Author Archives: admin


Nouveau calendrier scolaire : ah les jolis lobbys de vacances…

planche-blog

Lire plus

Cuisine vert avec Hubert !

Mardi 11 novembre, à 17h40 sur France Bleu Berry, j’ai présenté mon coup de cœur de la semaine :
Cuisine vert avec Hubert
Aurélie Renard et Aurélien Heckler
Éditions la palissade

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Le maître du monde – Benjamins Media

Mon coup de cœur de la semaine sur France Bleu Berry (4 novembre 2014).

Le maître du monde
Auteur : Vincent LOISEAU
Illustrateur : Charlotte GASTAUT
Éditions Benjamins Media

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Charles l’apprenti dragon…

Ma petite chronique du mardi 21 octobre du France Bleu Berry :
Charles l’apprenti dragon
Alex Cousseau et Philippe-Henri TurinSeuil jeunesse

Charles et un jeune dragon maladroit. Avec ses ailes de géant et ses pieds démesurés, c’est difficile pour lui de voler. C’est difficile aussi de cracher du feu et, à l’école, ses camarades se moquent de lui. Mais il écrit des poésies comme personne ! Un jour, il part découvrir le monde, cherche des amis, rencontre un cyclope et apprend à dessiner. Dans ses lettres illustrées de poèmes et de dessins, il raconte ses aventures à ses parents…

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

La grande traversée, éditions seuil jeunesse

Mon coup de cœur de la semaine sur France Bleu Berry :

La grande traversée
Agathe Demois et
Vincent Godeau
Seuil jeunesse

« C’est l’heure du grand départ ! Chaque année, rendez-vous est donné aux oiseaux du monde entier. Même jour, même heure, même arbre. Pour Rouge-Bec, c’est la première traversée. Il lui faut voler jusque l’Autre Côté. » De la banquise à la forêt tropicale, l’oiseau traverse à tire-d’aile 10 tableaux monochromes, au trait rouge, survolant tantôt une ville, un bateau, une gare… Au début du livre, une loupe à filtre rouge est insérée. En la faisant glisser sur les images, un incroyable univers surgit sous nos yeux. Le filtre rouge annule en effet le dessin rouge pour faire surgir le dessin bleu dissimulé dessous : 1000 scènes, détails, situations, personnages plus loufoques les uns que les autres prennent vie sous nos yeux ébahis…

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Le petit voleur de temps

Mon coup de cœur de la semaine sur France Bleu Berry…
Le petit voleur de temps
Nathalie Minne
Casterman
Cible : à partir de 5 ans

Avant, le petit voleur de temps n’avait pas conscience des secondes, des minutes, des heures. De l’aube au crépuscule, ses journées s’étiraient, toutes simples, toujours pareilles. Puis il rencontre une petite fille, et là, le temps prend un tout autre sens. Lundi, mardi, mercredi, jeudi… tant de jours à compter avant de la revoir enfin ! Parviendra-t-il à voler des minutes pour la retrouver et passer du temps à ses côtés ? Un temps précieux qui n’appartiendra qu’à eux deux.

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Que se passe-t-il dans le monde au temps de la construction des pyramides ?

Aujourd’hui, sur France Bleu Berry, j’ai eu envie de vous présenter 2 très chouettes documentaires :

Que se passe-t-il dans le monde au temps de la construction des pyramides
Thierry Delahaye et Benjamin Bachelier
Père Castor
Cible : à partir de 10 ans

Les volcans pour les nuls
Jacques-Marie Bardintzeff
Grund
Cible : à partir de 8 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Mon super livre de la politesse

Comme chaque mardi à 17h40 sur France Bleu Berry, voici mon coup de cœur de la semaine en littérature jeunesse !

Mon super livre de la politesse
Elisabeth Brami et Marie Paruit
Casterman
Cible : à partir de 4 ans

Miss Malpoli, tu exagères, tu es mal élevée et grossière, que comptes-tu faire ? Monsieur Poli, tu te tiens bien, et on ne te reproche rien, c’est super cool hein ? Si tout le monde était poli la vie serait plus jolie. A votre avis ?

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

La cuisine de Gudule : les chroniques de Krystel Jacob

Mon coup de cœur de la semaine :

La cuisine de Gudule
Fanny Joly
Hachette jeunesse
Cible : à partir de 5 ans

Je m’appelle Gudule. J’ai un petit frère : Gaston. Comme je suis une fille formidable, et très serviable, j’ai décidé d’aider mes parents. Comment ? En mettant la table et en préparant le dîner, tout simplement. Tout simplement ? En fait… pas vraiment ! Parce que cuisiner avec Gaston, c’est tout sauf simple, parole de Gudule !

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Le père Castor raconte ses histoires d’école

Comme c’est de circonstance, j’avais envie de vous parler d’histoires d’école…

Le père Castor raconte ses histoires d’école
Collectif
Père Castor/ Flammarion
Cible : à partir de 4 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

La malédiction de la pierre de lune

La saison reprend sur France Bleu Berry… Vous me retrouverez chaque mardi à 17h40 pour parler littérature jeunesse.

Pour commencer, j’avais envie de vous présenter mon roman coup de cœur de l’été !

La malédiction de la pierre de lune
Catherine Cuenca
Gulf Stream éditeur
Cible : à partir de 11 ans

A quinze ans, Carla voue une véritable passion pour la peinture. Mais au XVe siècle, une jeune fille est destinée à devenir une épouse dévouée et une femme d’intérieur accomplie. En cachette de son oncle Savino Ricci et grâce à la complicité de sa voisine Lena, Carla parvient tant bien que mal à assouvir son amour de l’art. Un jour que les deux amies se rendent à la droguerie pour acheter des pigments, Lena est attirée par un coffret contenant des pierres fines. La jeune fille, dont le mariage arrangé va bientôt l’éloigner de Carla, décide de lui offrir une de ces pierres de lune en cadeau d’adieu. Bientôt, dans les ruelles de Florence, les pas de Carla croisent ceux d’un cavalier ténébreux, un certain Vincenzo Montoni. Dès lors, la jeune fille reçoit des lettres mystérieuses, et d’inquiétantes apparitions commencent à se manifester…

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse : Mireille aux éditions Margot

C’était la toute dernière émission de la saison sur France Bleu Berry… On se retrouve le mardi 26 août pour la saison 2 !;-)

Mardi 1 Juillet 2014 :

Lulu la balayette
Maureen Dor et Anne Soline Sintès
Les éditions Clochette
Cible : 3/6 ans

Mireille
Anne-fleur Drillon et Eric puybaret
Les éditions Margot
Cible : de 6 à 99 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse : Le dragon de pierrecharve

Ma petite chronique du mardi 24 juin 2014 sur France Bleu Berry :

Le Dragon de Pierrecharve
Patrick Paris
Editions des rives du Chéran
Cible : à partir de 9/10 ans

Drôles de familles !
Sophie Adriansen et Claudine Aubrun
Nathan
Cible : 10/11 ans pour ceux qui passent en sixième

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse : la légende du papier découpé

Chronique de livres jeunesse du mardi 17 juin 2014 sur France Bleu Berry :

Les fous de foot
Roberto santiago et Enrique Lorenzo
Hachette jeunesse
Cible : à partir de 9 ans

La légende du papier découpé de Yangzhou
Isaly
Éditions Mazurka
Cible : à partir de 6 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse : Les fossiles ont la vie dure

Mardi 10 juin 2014, mes coups de cœur sur France Bleu Berry !

Les fossiles ont la vie dure
Martial Caroff
Éditions Gulf stream
Cible : à partir de 10 ans

Princesse Léa et le cartable magique
Gilles Corre et Caroline Hesnard
Éditions Balivernes
Cible : à partir de 6 ans
Image de prévisualisation YouTube

 

Lire plus

Chronique jeunesse : il faut délivrer Gaspard !

Chaque mardi à 17h40 sur France Bleu Berry, mes coups de cœur en littérature jeunesse :

Mardi 3 juin 2014

Il faut délivrer Gaspard
Geoffroy de Pennart
Éditions Kaléidoscope
Cible : à partir de 4 ans

L’odeur de la mer
Philippe Barbeau
Éditions Castor Poche
Cible : à partir de 9 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse : Rébellion chez les crayons

Chaque mardi à 17h40 sur France Bleu Berry,  je vous présente mes coups de cœur en littérature jeunesse :

Mardi 27 mai 2014

Rébellion chez les crayons
Drew Day Walt et Olivier Jeffers
Éditions Kaléidoscope
Cible : à partir de 5 ans

Drôle de bouilles
Christopher Harisson et Abigail Burch
Éditions Seuil jeunesse
Cible : à partir de 4 ans

Image de prévisualisation YouTube

 

Lire plus

Chronique jeunesse : une illustratrice à découvrir Caroline Hesnard

Comme chaque mardi sur France Bleu Berry, je parle de mes petits coups de cœur en littérature jeunesse. J’ai rencontré Caroline Hesnard au salon de l’envolée des livres et ses illustrations sont à son image : joyeuses et colorées !

Mon papa rien qu’à moi !
Christine Sagnier et Caroline Hesnard
Fleurus
Cible : à partir de 6 ans

Princesse Léa et le fantôme d’Alphonse III
Gilles Corre et Caroline Hesnard
Balivernes éditions
Cible : à partir de 5 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Fiche-moi la paix, Cupidon ! sur France Bleu Berry

Vendredi 16 mai, j’étais l’invitée de Thierry Chareyre sur France Bleu Berry pour parler de mon nouveau roman : Fiche-moi la paix, Cupidon ! Et visiblement, ce livre lui a beaucoup plu !
On a bien rigolé, raconté des tas de bêtises… Fiche-moi la paix, Cupidon n’est absolument pas autobiographique ! Enfin, pas à 100% 😉

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse : Louna et la chambre bleue

Ma petite sélection jeunesse du mardi 13 mai sur France Bleu Berry, 2 beaux albums de la maison d’édition Kaléidoscope :

Maman Arrive
Zaza Pinson et Laure Monloubou
Éditions Kaléidoscope
Cible : 4/6 ans

Louna et la chambre Bleue
Magdalena Guirao Jullien et Christine Davenier
Éditions Kaléidoscope
Cible : 5/6 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Fiche-moi la paix, Cupidon !

Nouveauté 2014 

couv-cupidon

Pour ceux qui suivent mon blog depuis le début, j’ai la grande joie de vous annoncer que Fiche-moi la paix, Cupidon, sort enfin en librairie dans sa version originale, pour adultes ! (Une version de ce roman pour la jeunesse a été publiée en 2012 sous le titre « l’équation amoureuse à trois inconnues ».)

Après une année de bons et loyaux services chez Courtevue & Associates à supporter, sans broncher, les humeurs de son petit patron, Léa Jane s’envole enfin pour la Toscane. Mais loin de passer le séjour reposant qu’elle imaginait, notre héroïne est malencontreusement touchée par la flèche de Cupidon.
Et si c’était LE grand amour ? Celui qu’on espère toutes rencontrer un jour. Le nouveau prince a vraiment l’air charmant, mais faire un choix n’est pas si simple, surtout lorsqu’on a déjà un jules et que les évènements se liguent contre vous.
Une histoire ordinaire, me direz-vous… C’est sans connaître Léa et son étonnante bande d’amis qui vont vous emporter dans une comédie pleine de rebondissements : des situations cocasses et tendres à la fois, un roman drôle et divertissant, une petite bulle de bonheur…
Roman : adultes.
ISBN : 978-2-9541732-9-0
Illustration de couverture : Krystel Jacob

Ce livre existe au format papier (12,90€) ou numérique (2,95€).
Si vous souhaitez un exemplaire dédicacé, c’est par ici (les frais de port sont offerts) :

Un prénom pour la dédicace ?


Lire plus

Chronique jeunesse : Enfants cherchent parents trop bien (pas sérieux s’abstenir!)

Voici les livres chroniqués sur France Bleu Berry le 6 mai 2014 :

Échange petit frère contre poisson rouge
Sophie Laroche
Snow moon / e-fraction
Cible : roman à partir de 7 ans

Enfants cherchent parents trop bien (pas sérieux s’abstenir !)
Elisabeth Brami et Loic Froissard
Seuil jeunesse
Cible : à partir de 6/7 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

France Bleu Berry : Princesse Yong-hee et la perle de la nuit

Voici les deux livres chroniqués le 29 avril sur France Bleu Berry…

Princesse Yong-hee et la perle de la nuit
Agnès Bertron-Martin et Aurélia Fronty
Edition du père Castor
Cible : 5/7 ans

Combien de jours restent-il avant mon anniversaire ?
Mark Sperring et sébastien Braun
Casterman
Cible : 3/6 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse : Le parfum du voyage…

Ma petite chronique du mardi 22 avril à 17h40 sur France Bleu Berry

Le parfum du voyage
Anne Bouin et Vincent Bourgeau
Editions Autrement
Cible : 6/7 ans

Touristoc La planète aux vacances
Sylvie Baussier, Pascale Perrier et Marie de Monti
Gulf Stream édition
Cible : 8/ 10 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique France Bleu : Cinq à table

Chaque mardi à 17h40 sur France Bleu Berry, mes petites chroniques en littérature jeunesse !

Mardi 15 avril 2014

A la maison, il y a des règles
Laurence salaun et Gilles Rapaport
Seuil jeunesse
Cible 4/7 ans

Cinq à table
Philippe Reyt
PHR éditions
Cible : à lire en famille (10 ans)

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

France bleu Berry : Et le vent s’en mêla…

Comme chaque mardi à 17h40, je vous présente mes coups de cœur sur France Bleu Berry:
Mardi 8 avril 2014

Et le vent s’en mêla
Anne Duvert et Patrick Abgrall
Un livre poétique, une belle métaphore sur l’amour…
Cible : collège

Les châteaux de la Loire
Trisha Krauss
Casterman
Un mini pop-up panoramique à emporter en voyage.
Cible : 7/10 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse : La balade de Lila…

Mes petits coups de cœur du mardi 25 mars 2014 sur France Bleu Berry

La balade de Lila
Anna Descy et Kestutis Kasparavicius
Éditions Clochette
Une jolie balade au pays des rêves
Cible : 5/7 ans

GénétiK, la planète modifiée
Sylvie Baussier, Pascale Perrier et Marie de Monti
Gulf stream éditeur
Un roman écolo intelligent et rigolo
Cible : 8/10 ansImage de prévisualisation YouTube

Lire plus

Chronique jeunesse : Dragons, père et fils

Mes petites chroniques du mardi 18 mars 2014 sur France Bleu Berry.

Dragons, père et fils
Alexandre Lacroix et Ronan Badel
Père Castor/Flammarion
Un album très rigolo sur les dragons et la tradition familiale
Cible : 5/7 ans

Rosie et rosette
Eléonore Thuillier
De la Martinière jeunesse
Un conte très rigolo qui parle du grand méchant loup
Cible : 4/6 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse : L’ami paresseux

Mes petites chroniques du 11 mars 2014 sur France Bleu Berry

Les dimanches du papa qui avait 10 enfants
Bénédicte Guettier
Casterman
Une des stars de la littérature jeunesse
Cible : 3/5 ans

La princesse pas toute belle, le prince pas tout beau et le vendeur de beauté
Dominick et Stéphanie Léon
Morey éditions
Un conte sublimement illustré
Cible : 5/7 ans

L’ami paresseux
Ronan Badel
Éditions autrement
Une histoire sans parole pour lire sans savoir lire
Cible : 4/6 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse : Mathieu Hidalf et la bataille de l’aube

Ma petite chronique du mardi 4 mars sur France Bleu Berry

Pirate des couleurs
Christine Beigel et Natacha Sicaud
Edition l’élan vert
Une belle collection pour s’initier à l’art (dans celui-ci, on présente Van Gogh)
Cible : à partir de 6 ans

Les enfants de l’O : tome 1 le cycle de Zarkan
Vanessa du Frat
Chromosome éditions
Un roman de SF pour les grands ados
Cible : à partir de 15 ans
www.lesenfantsdelo.com

Mathieu Hidalf et la bataille de l’aube
Christophe Mauri
Gallimard jeunesse
Ma série préférée ! Un roman à la fois drôle et plein de magie.
Cible : à partir de 9 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse : mes 2 papas

Ma petite chronique du 25 février 2014 sur France Bleu Berry

Contes d’un roi pas si sage
Ghislaine Roman et Clémence Pollet
Seuil Jeunesse
Un joli recueil de contes sur la sagesse
Cible : à partir de 7 ans

Mes 2 papas
Juliette Parachini et Marjorie Béal
Des ronds dans l’O
Un album plein d’amour sur les familles différentes
Cible : petits de 3 à 6 ans

Quel événement, un bébé
Elisabeth de Lambilly et Rémi Saillard
De la Martinière
Une chouette encyclopédie sur les bébés
Cible : à partir de 7 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse : Tante Hilda (le livre)

Chaque mardi à 17h40 sur France Bleu Berry, je vous présente mes coups de cœur en littérature jeunesse : mardi 18 février 2014

Le petit train de 8 heures
Eric Battut
L’élan Vert
Un bel album sur le train-train quotidien
Cible : à partir de 4 ans

Le grand méchant livre
Catherine Leblanc et Charlotte des Ligneris
Seuil jeunesse
Un hommage au petit chaperon rouge de Perrault
Cible : à partir de 5 ans

Tante Hilda
Jacques Rémy Girerd et Benoit Chieux
Flammarion
L’album tiré du film d’animation (conte loufoque écolo)
Cible : à partir de 6 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique livre jeunesse : pauvre Stupidon

La St Valentin approche et même si je n’aime pas trop cette fête commerciale, je n’ai pas pu résister à l’envie de vous parler d’amour…

La déclaration
Philippe Jalbert
Seuil Jeunesse
Un charmant album sur l’amour de 2 lapins : pas si simple de déclarer sa flamme…
Cible : à partir de 4 ans

Pauvre Stupidon
Maureen Dor et Pélagie Lamenthe
Editions Clochette
Un album très rigolo sur la St Valentin
Cible : A partir de 5 ans

Il suffit parfois d’un cygne
Emilie Chazerand et Nicolas Gouny
La souris qui raconte : www.lasourisquiraconte.com
Une histoire interactive et poétique sur l’amitié et l’amour de 2 enfants
Cible : à partir de 6 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique de livres jeunesse : Dans ma cachette, il y a …

Voici ma petite sélection du 4 février 2014 (sur France Bleu Berry, chaque mardi à 17h35)

Dans ma cachette, il y a…
Nathalie Dieterlé
L’élan Vert
Un album pour jouer à cache-cache
Cible : pour les 1/3 ans

55 oiseaux
Séverine Vidal et Csil
Winioux
Un bel album pour apprendre à compter
Cible : pour les 2/3 ans

Dis pourquoi la mer est salée
Eric Mathivet
2 coqs d’or (Hachette jeunesse)
Un livre pour répondre à toutes les questions des plus grands
Cible : 7-10 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

La vie secrète de Benjamin Mouchebœuf : édition 2014

Comme vous le savez, les éditions Volpilière ont fermé l’été dernier. Mon petit héros, Benjamin Mouchebœuf, y était né. Il a remporté le prix jeunesse de l’envolée des livres de Châteauroux 2013 et je ne pouvais pas le laisser mourir ainsi.
Deux maisons d’édition avaient accepté de le rééditer et ont finalement annulé le contrat (faute à la crise ou à pas de chance
J’ai donc décidé de lui offrir moi-même une seconde vie en version papier et numérique. Voici donc sa nouvelle couverture.
En espérant que vous lui réserverez un bel accueil…

couv-benji-FB

 

Lire plus

Chronique jeunesse France Bleu Berry : Le Cro-magnon et la Tro-mignonne

La petite sélection du mardi 28 janvier 2014 présentée sur France Bleu Berry (chaque mardi à 17h35)

Dis pourquoi le soleil se couche
Mathilde Paris
2 coqs d’or (Hachette jeunesse)
Un livre pour répondre à toutes les questions des petits
Cible : à partir de 4 ans

Bons baisers ratés de Venise
Davide Cali et Isabella Mazzanti
Gulf Stream édition
Un magnifique album pour découvrir Venise
Cible : à partir de 6 ans

Le cro-magnon et la tro-mignonnne
Maureen Dor et Loic Méhée
Editions Clochette
Un bel album/CD  sur les relations filles/garçons
Cible : à partir de 6 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse : l’aventure selon Mo

Voici la petite chronique du mardi 21 janvier sur France Bleu Berry

L’aventure selon Mo
Sheila Turnage
Seuil Jeunesse
Une enquête haletante, un livre drôle et touchant.
Cible : à partir de 10 ans

La 6eme, ma pire année à moi aussi
James Patterson
Hachette jeunesse
Un roman drôle et décalé.
Cible : à partir de 10/ 11 ans

Les Aventures fantastiques du jeune Antoine de Montplaisant
Jean de Loriol
Numeriklivres
Un roman d’aventure uniquement en numérique.
Cible : à partir de 10 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

J’ai oublié ma poésie : Chronique jeunesse

Voici ma petite sélection jeunesse du mardi 14 janvier :

J’ai oublié ma poésie
Alain Serres et Pef
Edition rue du monde
Un livre qui parle à tous les élèves
Cible : à partir de 6 ans

C’est beau l’amour
Christine Sagnier et Caroline Hesnard
Fleurus
Un joli petit roman sur l’amour
Cible : à partir de 7 ans

L’accumulatôr à bidouilleries
Leila Brient et Julie Grugeaux
Editions Winioux
Un format original, un bel album
Cible : à partir de 6 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Les chroniques jeunesse de Krystel Jacob sur France Bleu Berry

Il paraît que c’est de saison, alors je vous adresse mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année qui démarre !
Je vous souhaite plein de bonnes choses et puisque c’est ce qui nous intéresse ici, plein de bons livres (et de bons éditeurs pour les auteurs…)
Pour bien démarrer l’année, voici ma petite sélection de livres pour la jeunesse de cette semaine :
France Bleu Berry le 7 janvier…

Les Coquinettes
Fabienne Blanchut et Camille Dubois
Deux coq d’or
Une série trop mignonne pour les petites filles !
Cible : à partir de 4 ans

Martin et le mystère de la langue Bleue
Marie-andrée Verger
éditions Les p’tits cadets
Une intrigue policière qui se passe à Châteauroux.
Cible : à partir de 7 ans

Blanche
Olivier Pog et Alexandre Day
Éditions Margot
Une œuvre d’art à chaque page…
Cible : pour les grands

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Krystel Jacob sur France Bleu Berry

Noël approche à grands pas. Mais il est encore temps de piocher dans cette liste pour garnir la hotte du gros barbu !

24 contes pour attendre Noël
Anne Lanoë
Fleurus
Un livre de l’avent pour attendre Noël en lisant.
Cible : 5/10 ans

Histoires pour faire peur
Vincent Villeminot
Fleurus
Des contes pour se faire peur tout en rigolant
Cible : 6/9 ans

Jean-pierre, le poisson pané
Stéphanie Nervesa et Amandine Dugon
Éditions Rêves Bleus
Un énorme coup de cœur pour cet album vraiment très drôle (et très beau!)
Cible : 6/8 ans et adultes

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chroniques de livres jeunesse

Voici la petite sélection de la semaine :

Collège Art : silence on tourne
Alice Brière-Haquet
Castor poche
Un roman sur le monde de la musique, de la danse pour les accros à la nouvelle star et autres
Cible : à partir de 8 ans

 Le château des fantômes
Sophie Marvaud
Éditions Adabam
Une chouette série de romans historiques
Cible : à partir de 8 ans

Le bêtiseur
Maureen Dor
Éditions Clochette
Un très bel album/CD sur le thème des bêtises.
Cible : à partir de 4 ansImage de prévisualisation YouTube

Lire plus

Chronique livres jeunesse Krystel Jacob

Chaque mardi, vous pouvez me retrouver à 17h35 sur les ondes de France Bleu Berry. N’hésitez pas à me faire part de vos coups de cœur…

Cette semaine, voici ma petite sélection :

Pourquoi dit-on ?
Joëlle Rochard
Éditions Itak
Des histoires pour découvrir les proverbes
Cible : à partir de 6 ans

L’Arbre à l’envers
Pauline Alphen
Hachette jeunesse
Un joli roman sur la transmission, le souvenir…
Cible : à partir de 9 ans

Nina veut un animal
Christine Naumann-Villemin
Éditions Kaléidoscope
Un très bel album sur un des thèmes préféré des enfants
Cible : à partir de 4 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse de Krystel Jacob

Cette semaine, j’ai présenté sur France Bleu Berry cette petite sélection. N’oubliez pas qu’il y a un petit jeu à la fin de la chronique pour gagner de jolis livres !

Qu’est-ce que je m’ennuie
Christine Naumann-Villemin
éditions Kaleidoscope.
Cible : 3 / 4 ans
Un bel album pour les enfants qui ne savent pas s’occuper seuls.

L’histoire de France en BD
Dominique Joly
Éditions Casterman
Cible : à partir de 8 ans
Apprendre l’histoire en s’amusant : une BD ludique et très bien faite.

Litchi dans l’espace
Jacques-Marie Bardintzeff
Éditions le Pommier
Cible : à partir de 7 ans
Découvrir le système solaire en s’amusant : magnifique album.

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse sur France Bleu Berry : KRYSTEL JACOB

Cette semaine, encore de très belle découvertes…

Tournelune
Jean-Sébastien Blanck
Édition Alzabane
Un très beau conte sur la nuit, cet univers inquiétant…
Cible : à partir de 4 ans en lecture du soir et 7 ans en lecture seul

 3 nouveaux contes du père Castor
Collectif
Éditions Père Castor
De jolis contes à écouter (livre CD)
Cible : à partir de 2 ans

L’anniversaire
Pierre Mornet
Éditions Autrement
Un conte poétique. Un album… non, une œuvre d’art !
Cible : à partir de 11/12 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

12 novembre 2013 : chronique jeunesse sur France Bleu Berry

Cette semaine, encore de belles découvertes en littérature jeunesse ! Bonne lecture…

Jules le chevalier agaçant
Geoffroy de Pennart
Édition Kaléidoscope
Un album très rigolo sur l’histoire d’un dragon amoureux d’une princesse.
Cible : à partir de 6 ans

Nanard le petit Têtard
Céline Lamour-Crochet
Éditions p’tit baluchon
Un album pour les petits sur la différence
Cible : à partir de 3 ans

Les voyageurs des miroirs intérieurs
Kriss F Gardaz
Éditions du Préau
Un très bon roman fantasy pour ados
Cible : à partir de 10 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chroniques jeunesse sur france bleu 22 octobre 2013

Et voici ma petite sélection de la semaine ! Je me suis cassée la margoulette en trottinette (si, si !) juste avant de passer à l’antenne… Du coup, j’ai eu l’impression de raconter n’importe quoi ! D’avance, pardon 😉
Et désolée pour Trinôme éditions dont je n’ai pas eu le temps de citer le nom. C’est pourtant une petite maison dirigée par des passionnés…

1) Kids’voyage
Itak éditions
Ce sont les vacances scolaires : un guide de voyage conçu pour les enfants.
Cible : à partir de 6/7 ans

2) Mortelle adèle
Tan et Miss Prickly
Une série BD qui détonne dans le monde de l’édition jeunesse
Editions Tourbillon
Cible : collégiens

3) Poil d’or, le lapin géant
Marie Barillon, Jessica Albert
Un album qui renoue avec la tradition du conte d’antan
Trinôme éditions
Cible : 3/7 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique littérature jeunesse France bleu Berry 15 octobre 2013

Hier, sur France Bleu Berry, nous avons parlé d’amour… un thème récurrent en littérature jeunesse, dès le plus jeune âge…

Un Max d’amour monstre
Richard Couaillet et Aurélie Grand
Éditions Acte sud junior
Magnifique roman qui parle d’amour. Un petit garçon tombe amoureux d’une petite fille malade. Il voudrait lui donner son cœur pour la sauver.
Cible : 9/11 ans

Tendres bêtises à faire quand on est amoureux
Davide Cali et Robin
Sarbacane
Un joli album à double entrée : une pour les filles et une pour les garçons avec de jolies petites choses à faire quand on est amoureux…
Cible : 6/7 ans

Jean-Michel le caribou est amoureux
Magali le Huche
Actes sud Junior
Une BD qui raconte l’histoire rigolote de Jean-michel, un caribou très timide amoureux d’une chamelle…
Cible : 7/9 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

France bleu Berry : chronique jeunesse de krystel Jacob du 8 octobre 2013

L’autre Guili Lapin
Mo Willems
Éditions Kaléidoscope
Magnifique album qui mélange illustrations et photographies
Cible : 2/6 ans

Ouvre et découvre qui je suis,
Nicola Davies et Marc Boutavant
Édition du seuil
Un album documentaire sur le cycle de vie des animaux
Cible : 2/5 ans

Monsieur Matuvu
Catherine Lafaye Latteux et Alice de page
Éditions Mazurka
Un magnifique album illustré qui montre que l’argent ne fait pas le bonheur
Cible : 6/8 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique jeunesse du 2 octobre 2013 sur France Bleu Berry

Comme chaque mardi, la petite sélection à retrouver sur France Bleu Berry

Et si j’étais amoureuse ?
Claire Clément et Robin – édition Bayard –
Collection mes premiers j’aime lire
Roman très rigolo qui raconte l’histoire d’une petite fille qui veut vraiment
tomber amoureuse !
Cible : 6/8 ans

Trois jours en plus
Rémi Courgeon
Mango jeunesse
Pour une fois, j’aborde un sujet plus grave (à la demande de nombreuses mamans sur Facebook) : la disparition d’un proche.
Cible : 6/7 ans

Monsieur Loup a mal aux dents
Alain Boyer
Larousse
Cible : 2/5 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chroniques jeunesse sur France Bleu 24 septembre 2013

La petite sélection de livres jeunesse sur France Bleu Berry du 24 septembre 2013

Parce que
Agnès Laroche et Agnès Laroche
Éditions Alice jeunesse
Un album très rigolo sur les « pourquoi » « Parce que », une phase qu’on ne peut éviter chez l’enfant…
Cible : 3/5 ans

Pierre la lune
Alice Brière-Hacquet et Célia Chauffrey
Éditions Auzou
Un album magnifiquement illustré qui raconte l’histoire d’un petit garçon qui voulait décrocher la lune pour offrir à sa maman le plus beau des cadeaux.
Cible : 2/6 ans

Génial, mon école part en voyage en Paris
Laurent Audouin,
Éditions les petits bérets
Un bel ouvrage illustré et un ouvrage pédagogique où on apprend plein de choses sur Paris, les musées…
Cible : école primaire CE1/CM2

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Chronique du 17 septembre sur France Bleu

La petite sélection du 17 septembre sur France Bleu Berry. Encore de jolis livres à découvrir…

Et tu es né
Valérie Weishar Giuliani et cécile Vangout – édition L’élan vert
Livre poétique qui raconte l’immense bonheur que représente la naissance d’un enfant.
Moins de 3 ans

Le géant petit cadeau
Rémi courgeon – édition Flammarion
Un livre illustré sans texte qui nous donne envie de revenir aux choses simples…
3/5 ans

Jour de piscine
Christine Naumann-Villemin et Eleonore Thullier – édition Kaléidoscope
Quel enfant n’a pas peur de sauter du grand plongeoir ?
3/5 ans

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

France Bleu Berry : chroniques de livres jeunesse

Voici ma petite sélection de la semaine pour ma chronique sur France Bleu Berry
Les petites histoires du père Castor – Collectif – père Castor- 9,95€
Recueil de petites histoires à lire pour endormir les enfants
Cible : 2/7 ans
Charlotte est encore en retard – Pakita et Jean-Philippe Chabot – Rageot 5,20€
Collection l’école d’Agathe
Un roman très rigolo qui raconte l’histoire d’une petite fille qui arrive toujours en retard à l’école. Mais est-ce de la faute des enfants ?
Cible : 7/8 ans
Ici, super Juju, René Gouichoux et Thomas Baas – Nathan – 5,60€
Roman
Tous les enfants rêvent d’avoir des pouvoirs. Mais ce n’est pas de tout repos, surtout quand on est enfant…
Cible : Première lecture/ niveau facile : CP

Lire plus

Les chroniques jeunesse de Krystel Jacob sur France Bleu

Dans l’émission du 2 septembre, j’ai bien évidemment parlé de la rentrée des classes !!!
Premier jour de classe de Magdalena et Emmanuel Ristord, édition Castor Poche.
La rentrée des mamans de Jo Hoestland, Claude et denise Millet aux éditions Les belles histoires (Bayard)
L’école de Léon de Serge Bloch chez Albin Michel Jeunesse
J’espère vraiment vous donner envie de découvrir ces livres et leurs auteurs !

Lire plus

Mes chroniques sur France Bleu

Depuis la rentrée, j’ai le grand plaisir d’animer une chronique sur la littérature jeunesse sur France Bleu. Je ne les remercierai jamais assez car ça me permet de parler de ma grande passion – la littérature jeunesse – et de renouer avec mes amours de jeunesse : la radio !
Chaque mardi à 17h35, vous pouvez donc me retrouver dans « l’espace détente » de la délicieuse Patricia Darré qu’on ne présente plus. Pour écouter l’émission en direct, vous pouvez passer par ici  ou réécouter le podcast sur mon blog.
C’était la toute première, j’avais un trac de dingue, mais j’en suis sortie ravie !
J’ai présenté 3 de mes coups de cœur :

Un amour peut en cacher un autre de Stéphane Daniel aux éditions Rageot.
Qui a piqué mes croquettes de Gérard Moncomble et Frédéric Pillot chez Hatier.
Le monde imaginaire de Martin de Corinne Boutry et Laurent Bess aux éditions Mazurka.

–>

Lire plus

Benjamin Mouchebœuf : Prix jeunesse de l’envolée des livres

J’ai la grande joie de vous annoncer que mon roman « La vie secrète de Benjamin Mouchebœuf » vient de remporter le prix littéraire jeunesse qui sera remis lors du salon de l’envolée des livres de Châteauroux les 4 et 5 mai prochain.
Un  prix d’autant plus important à mes yeux qu’il est attribué par les enfants de la commission littéraire. Et c’est quand même pour eux que j’écris…;-)
Voilà, je suis juste follllle de joie !
krystel jacob : lauréate du prix jeunesse de l'envolée des livres 2013

Lire plus

Mon petit défi de 2013 : et si on apprenait à dessiner ?

Dans la série, soyons folle…
Ça fait très longtemps que je rêvasse devant les beaux crayons des illustratrices avec qui je collabore ! Je n’ai jamais dessiné, mais j’admire vraiment le talent de ceux qui parviennent à donner vie aux mots avec de jolies couleurs.
Bref, lors du salon du livre de Lorient, j’ai eu la chance d’avoir à ma table un auteur de BD fort sympathique qui m’a donné la motivation de m’y coller.

Ce sera donc mon défi de 2013 : cours de dessin intensif, formation aux scenarii de BD, mise en couleur, tout ça, tout ça…
Comme vous le savez, j’adore l’humour ! Et je trouve que le format BD s’y prête bien. Sans doute bien plus que le roman… C’est donc une piste que j’ai bien envie d’explorer.
Bien sûr, je n’aurai jamais le talent de mes collaboratrices préférées : Stéphanie Léon, Marty Crouz ou Marygribouille avec qui j’ai envie de bâtir de nouveaux projets cette année, mais j’aime bien savoir jusqu’à où je peux aller (avec beaucoup, beaucoup, beaucoup de travail).

Premier bilan :après 1 mois de cours de dessin (mon prof est génial, soit dit en passant).
On apprend à observer, à dessiner des choses simples, à trouver son propre style, à croquer à partir de modèles et photos. Pour l’aspect logiciels et colorisation, j’avais la chance de connaître ces petites bêtes pour avoir travaillé dans la communication dans une vie antérieure. Comme quoi, les expériences servent toujours même si sur le coup, on se demande ce qu’on fait là !;-)

bonnecopineintegrale

Lire plus

Première TV, ça se fête !

Coucou les amis,

Je sais que je ne vous donne plus tellement de nouvelles via le blog et que ce n’est pas bien, mais alors pas bien du tout ! 😉 Surtout, n’hésitez pas à me rejoindre sur FB ! J’y suis présente… heu, un peu trop !
Je cherche d’ailleurs un petit accessoire qui pourrait me lancer une décharge électrique (légère, hein!) quand je suis en train de lire les messages de mes amis plutôt que de plancher sur mon prochain roman. Si vous avez des idées…

Bref, j’ai aussi mon site Internet www.krystel-jacob.com qui vous permettra de comprendre pourquoi j’étais moins présente cette année : j’ai publié 3 livres et la promo, on ne se rend pas compte, mais ça prend un temps fou !;-)
Je voulais quand même partager avec vous ma première TV.  Pas pour jouer la mickette, mais toujours dans la logique de ce blog, pour dire que même si c’est un milieu extrêmement difficile, en persévérant, on arrive quand même à faire de petits pas.

Sinon, j’étais morte de trac en entrant sur le plateau, tout juste si je me rappelais comment je m’appelle, mais après la première question, ouf, tout m’est revenu !;-)
Expérience stressante, mais vraiment géniale !

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

L’autre visage d’Ophélie

Un jour, les habitants de la planète Zhorriblie virent arriver une drôle de fusée. Et à l’intérieur, ils découvrirent Ophélie… Elle était haute comme environ 20 pommes, avait le teint d’une pêche, des cheveux blonds comme les blés, des yeux verts comme la rivière, de petites dents blanches et lisses comme de la porcelaine. Mon dieu, qu’elle était laide… De mémoire de Zhorriblius, on n’avait jamais vu une chose aussi laide !

Un album jeunesse mêlant réel et fantastique qui aborde le thème de la différence d’une manière originale. Un conte sur l’écologie, le respect de notre planète et de ses habitants.

Découvrir la bande annonce : Image de prévisualisation YouTube

Morey éditions, Album 5/8 ans.
Illustrations : Stéphanie Léon
Parution en novembre 2012
ISBN : 979-10-90015-39-5

Si vous souhaitez un exemplaire dédicacé, c’est par ici : 9,90€ et frais de port offerts :

Un prénom pour la dédicace ?


 

Lire plus

L’autre visage d’Ophélie : petite chanson

À chaque fois que j’écris un livre, j’aime bien créer une petite chanson. C’est mon rituel et ça rentabilise les cours de technique vocale qui me coûtent un rein (rires).

Voici donc celle d’Ophélie :

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

L’autre visage d’Ophélie : la famille Jacob s’agrandit…

Dans cette grande aventure de l’édition, le moment le plus émouvant reste la sortie d’un nouveau livre ! On est excité, on peut même devenir carrément hystérique 😉
On lit et relit le BAT (bon à tirer) de peur de laisser passer la moindre coquille. En fait, la coquille, on la trouvera seulement lorsque le livre sera imprimé ! Mais bon, je m’égare…

J’ai donc la joie de vous faire part de la naissance de mon troisième livre : L’autre visage d’Ophélie.
Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un roman, mais d’un album illustré par la très très très talentueuse Stéphanie Léon.

Un jour, les habitants de la planète Zhorriblie virent arriver une drôle de fusée. Et à l’intérieur, ils découvrirent Ophélie… Elle était haute comme environ 20 pommes, avait le teint d’une pêche, des cheveux blonds comme les blés, des yeux verts comme la rivière, de petites dents blanches et lisses comme de la porcelaine. Mon dieu, qu’elle était laide… De mémoire de Zhorriblius, on n’avait jamais vu une chose aussi laide !

Un album jeunesse mêlant réel et fantastique qui aborde le thème de la différence d’une manière originale. Un conte sur l’écologie, le respect de notre planète et de ses habitants.

Il paraîtra en Novembre 2012 chez Morey éditions

Lire plus

Petit jeu pour la sortie de mon roman : l’équation amoureuse à trois inconnues

Aujourd’hui est un grand jour puisque c’est sortie officielle de mon nouveau roman !
Pour fêter ça, j’organise un petit jeu* pour gagner des exemplaires de L’équation amoureuse à trois inconnues.

Si vous souhaitez participer, c’est tout simple : vous me rejoignez sur Facebook !
Vous partagez le lien qui parle de ce petit jeu et à chaque fois qu’il y aura 50 partages, j’offrirai un exemplaire dédicacé à une personne tirée au sort parmi celles qui auront joué le jeu… Bonne chance !;-)

* Petit jeu sans prise de tête ni règlement d’huissier !

Lire plus

L’équation amoureuse à trois inconnues

Il s’agit de la version jeunesse de « Fiche-moi la paix, Cupidon ! »

Une comédie pour adolescents et pour ceux qui rêvent d’avoir encore 16 ans ! Laissez-vous emporter par le tourbillon « Léa Jane » : une histoire d’amour, de nombreux rebondissements, de la bonne humeur, et bien sûr, de l’humour !

Comme toutes les adolescentes, Léa Jane jongle péniblement entre le lycée, une famille recomposée et un jules, accro à la PlayStation. Heureusement, les vacances sonnent l’heure de la trêve : direction l’Italie ! Mais loin de passer le séjour reposant qu’elle imaginait, Léa est victime d’un malencontreux coup de flèche décoché par Cupidon. Et si c’était LE grand amour ? Le nouveau prince a vraiment l’air charmant, mais faire un choix n’est pas si simple, surtout lorsque les évènements se liguent contre vous. Une histoire ordinaire, me direz-vous… C’est sans connaître Léa et son étonnante bande d’amis qui vont vous emporter dans une comédie pleine de rebondissements : des situations cocasses et tendres à la fois, un roman drôle et divertissant, une petite bulle de bonheur…

Roman : à partir de 13 ans.
ISBN : 978-2-9541732-0-7
Illustration de couverture : Marygribouille

Si vous souhaitez une version dédicacée, c’est par ici : 12,90€ et frais de port offerts.

Un prénom pour la dédicace ?


Ce roman existe aussi au format numérique (2,68€)

Illustration de couverture : Krystel Jacob
ISBN :
978-2-9541732-1-4

 

Lire plus

Léa Jane en libraire…

Depuis le jour où j’ai créé ce blog, j’ai rêvé de ce moment. Eh bien voilà, c’est fait : Léa Jane sera en librairie le 14 mai 2012 !!! Champagne ! C’est ma tournée…
Il paraîtra sous le titre de « L’équation amoureuse à trois inconnues ». Ce n’était pas le titre original, mais la bonne humeur de Léa Jane est restée intacte.
Ce n’est pas non plus mon premier roman puisque la vie secrète de Benjamin Mouchebœuf est finalement sorti avant celui-ci, mais… Je suis contente, contente, contente !!!
Je vous laisse découvrir la bande annonce. D’ailleurs, je suis tellement contente que c’est moi qui chante !

Image de prévisualisation YouTube

Pour en savoir plus, retrouvez-moi sur mon nouveau site : www.lea-jane.com

Lire plus

Chronique livre jeunesse : 15 ans Charmante mais cinglée, Sue Limb.

Ça faisait très longtemps que ça me titillait, alors voilà, c’est fait ! Comme je passe désormais mon temps à écrire et que je n’ai malheureusement plus beaucoup de temps pour ce blog, je voulais trouver un autre moyen de vous faire partager ma passion pour la littérature jeunesse. Bon, j’avoue, je voulais faire de l’ombre à Gérard Collard, mon libraire et chroniqueur préféré !;-) L’exercice n’est pas facile, mais ça m’a beaucoup amusée et j’ai décidé de le faire chaque semaine.
Première chronique : 15 ans, charmante mais cinglée de Sue Limb, un livre qui m’a fait mourir de rire !!!

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Rencontre avec Myriam Salomon Ponzo : « Visions » la série des Gabriel Beauregard

J’ai rencontré Myriam sur Facebook. C’est un auteur d’une grande gentillesse, à l’esprit ouvert, qui a envie de faire différemment, de faire avancer les choses… Et c’est assez rare pour être souligné ! Nous avons décidé d’échanger nos romans dans le cadre d’un programme de « livres voyageurs ». J’ai donc reçu Visions, le deuxième épisode de la série « Gabriel Beauregard ». Même si je n’ai pas lu le premier volume, je suis tout de suite « rentrée » dans l’histoire. Celle de Simon Kane, écrivain à succès, qui se rend dans une petite ville du Montana pour écrire son prochain best-seller. Une grande et belle maison isolée au bord de l’eau, le rêve de tout écrivain ! Mais autant vous dire tout de suite qu’après avoir lu ce livre, je ne ferai JAMAIS ça !;-) Car rapidement, Simon Kane va s’apercevoir que quelque chose ne tourne pas rond. Il découvre des voisins étranges, a des visions d’horreur, celles d’un assassinat, d’un petit garçon… Il va également croiser le chemin de Gabriel Beauregard, un homme énigmatique… Quel est son rôle ? Je ne vous en dirai pas plus… (Oui, je sais, c’est pénible !)
En tout cas, ce livre a réussi à me tenir en haleine et à me surprendre ! Je vous invite à découvrir l’auteure de ce livre à travers cette petite interview :

Krystel : Ton envie de devenir écrivain… Elle vient d’où, ça remonte à quand ?

Cela remonte à 1998 où j’ai eu la première fois envie d’écrire. Depuis, cela ne m’a pas quitté.
Je sentais cela en moi depuis longtemps, mais n’avais pas eu l’occasion de me poser.
J’ai lu beaucoup depuis l’âge de 8 ans et ne me suis jamais arrêtée. L’amour de la lecture finit souvent par l’amour de l’écriture.

Krystel : As-tu une méthode particulière pour écrire ? Des petits trucs d’écrivain…

J’essaie d’être réceptive à tout ce qui m’entoure déjà, que ce soit visuel ou sonore. En principe, un détail infime est le départ d’une histoire.
Après je réfléchis longtemps sans rien écrire, car je ne veux pas me fermer des portes en me mettant un cadre trop fermé. En général, ça dure quelques mois voire quelques années ! Entre temps, je mets des notes dans un cahier en vrac que je classe par thème pour tel ou tel livre plus tard.
Quand je me décide à écrire un livre en particulier, je recommence à réfléchir au scénario. Ça peut durer très peu de temps ou très longtemps.
Ensuite, je fais un plan, je découpe mon histoire par scènes grossières.
Je laisse beaucoup de place à l’improvisation au moment de la rédaction même, pour garder une impression d’instantané qui caractérise mon style. Beaucoup de choses me viennent à ce moment-là sans que je y aie pensé auparavant. Des écrits instinctifs…

Krystel : Peux-tu nous raconter ton Koh-Lanta pour trouver un éditeur et pourquoi tu as choisi la voie de l’auto-édition (est-ce un choix ?) ?

Koh-Lanta, c’est plutôt sur mon vélo en raid l’été ! À vrai dire, j’ai envoyé à des éditeurs à peu près 4 fois !!!
Je pense que le plus important pour moi est le rapport aux lecteurs, l’humanité…
De temps en temps, j’essaie d’envoyer des manuscrits aux éditeurs, mais c’est rare. Le système actuel me déplaît et ne correspond pas à mes attentes morales. Cependant, si un éditeur m’appelle demain avec un super contrat, je signe évidemment ! Mais en lisant bien entre les lignes du contrat !! Je ne veux pas être pieds et poings liés, mais continuer à faire ce que j’aime.

Krystel : Si on parle gros sous, c’est tabou ? Peut-on vivre de l’écriture en France…

Honnêtement, vivre de l’écriture, certains le font déjà. Mais à quel prix ? Si c’est pour vendre son âme au diable, très peu pour moi ! Et puis quand on voit ce que touchent les auteurs édités… Il ne faut pas oublier que ce sont eux qui font le boulot, il serait temps de leur rendre justice. Pour moi les éditeurs (les grands, j’entends) qui prennent des risques pour découvrir un talent, n’existent plus. Le problème est qu’ils prennent la place des petits éditeurs qui le font à leur place et qui galèrent parce que les médias sont à la solde des grands (bien souvent). Évidemment, qu’il y a quelques exceptions, mais pas assez pour sortir la tête de l’eau.

Krystel : Enfin, si tu avais une baguette magique, tu en ferais quoi ?

Je donnerai la santé et l’éternité à ceux que j’aime (et moi-même) et nous partirions sur une autre planète ! Oui, c’est très égoïste ! Lol. Mais, au risque de paraître pessimiste, je pense que l’humanité est fichue, tout du moins si elle continue comme elle le fait.

Lire plus

Rencontre avec l’écrivain Sophie Adriansen : six façons de le dire

J’ai rencontré Sophie Adriansen sur le net il y a 2 ans (ou 3 ? Le temps passe si vite…) Depuis, il y a eu de vraies rencontres et nous suivons nos parcours respectifs, échangeons sur le petit monde de l’édition… Elle a publié « Je vous emmène au bout de la ligne » aux éditions Max Milo, « Six façon de le dire » aux éditions du moteur et a toujours plein de projets en tête. Je vous laisse la découvrir…

Ton envie de devenir écrivain… Elle vient d’où, ça remonte à quand ?

Aussi loin que je remonte dans mes souvenirs, elle a toujours été là, s’exprimant par les rédactions que j’aimais entreprendre dès que la consigne en avait été donné, puis entendre lire tout haut par la maitresse, des concours d’écriture pour enfants, des cahiers entiers noircis façon journal intime. C’est que le goût des livres, aussi, a toujours été présent, j’ai grandi entourée d’ouvrages en tous genres, et tout cela est très lié, la lecture nourrissant l’écriture, les mots donnant envie de lire toujours plus et d’écrire encore davantage…
Mais en réalité, c’était une envie d’écrire plus que de devenir écrivain. Parce qu’être écrivain a longtemps été pour moi quelque chose d’abstrait, puisque personne autour de moi ne semblait écrire et encore moins dire qu’il aimait cela. Je me taisais aussi, et je l’ai fait longtemps. A présent, je l’assume complètement !

As-tu une méthode particulière pour écrire ? Des petits trucs d’écrivain…

Je n’ai besoin ni d’un environnement particulièrement, ni de mise en condition quelconque pour écrire. Calme ou agitation, intérieur ou extérieur, tout me va. En revanche, je ne me lance dans l’écriture que lorsque tout est très clair et parfaitement dessiné dans ma tête. Cela ne veut pas dire pour autant que je suivrai à la lettre ce plan imaginaire, mais il me rassure, c’est mon fil d’Ariane. Et puis, comme beaucoup d’autres, j’ai toujours avec moi de quoi noter, pour consigner une expression, figer un dialogue, saisir une idée en vol… C’est mon meilleur rempart contre le manque d’inspiration !

Peux-tu nous raconter ton Koh-Lanta pour trouver un éditeur ?

Mon Koh-Lanta n’en a pas véritablement été un. Lorsque j’ai eu terminé, avec Rodolphe Macia, la première version de « Je vous emmène au bout de la ligne », j’ai spontanément pensé à Max Milo, parce que je connaissais leur production et qu’il me semblait que ce livre trouverait parfaitement sa place dans cette maison. Ils ont effectivement été intéressés tout de suite. Quant à ma participation à « Six façons de le dire », un recueil qui regroupe des textes de David Foenkinos, Mercedes Deambrosis, Christophe Ferré, Nicolas d’Estienne d’Orves et Yasmina Khadra aux côtés de mon histoire courte, c’est l’éditrice des Editions du Moteur, Emilie Frèche, qui m’en a fait la proposition par une journée d’hiver que je ne suis pas près d’oublier. Même si je recherche en ce moment un éditeur pour mon premier roman, je dois reconnaître qu’il y a pire, comme parcours du combattant…

Si on parle gros sous, c’est tabou ? Peut-on vivre de l’écriture en France…

Vivre des livres (c’est-à-dire des à-valoir, droits d’auteurs, droits d’adaptation, traduction, éditions poche et club, etc.) n’est envisageable que lorsque les publications se vendent à plusieurs milliers d’exemplaires chaque année. C’est donc, en France, réservé à un cercle d’écrivains assez restreint. En revanche, vivre de l’écriture est tout à fait possible, car celle-ci est un arbre aux branches aussi nombreuses que diversement lucratives : écriture journalistique et piges, animation d’ateliers d’écriture, nègre pour personnalités ou pour particuliers, collaboration littéraires en tous genres… Malgré tout, il persiste cette idée, pour ceux qui sont éloignés du monde des livres, qu’en écrire rend riche, et instantanément ! Il suffit pourtant de rappeler que l’auteur est, de tous les acteurs de la chaîne, celui qui touche le moins (entre 5 et 15¨% du prix de vente de l’ouvrage en moyenne, versés souvent 18 mois après parution) pour casser le mythe…

Ton actu littéraire, tes projets…

J’ai en permanence un texte « sur le feu ». Mais j’en varie la nature en intercalant des projets courts parmi d’autres plus longs. Les nouvelles, par exemple, sont de très bons exercices, qui me permettent de tester des choses sur le fond comme sur la forme. Deux d’entre elles ont été publiées cette année dans des revues (revue Dissonances en mai et revue Pr’Ose ! en septembre), une autre sera au sommaire de la revue Bordel à paraître en janvier 2012.Je viens d’achever un roman, et j’avais auparavant recueilli un témoignage, qui devrait paraître au début de l’année prochaine.

Enfin, si tu devais te réveiller demain matin et que ton plus grand rêve soit exaucé, ce serait quoi ?

Le respect des droits de l’homme partout dans le monde… Mais j’imagine que ça n’est pas exactement le sens de ta question ! J’aimerais, comme beaucoup de ceux qui écrivent, commencer chaque fois un roman avec sérénité, en sachant que quelqu’un s’en soucie, avec les moyens de m’y adonner à fond, sans autre pression que celui de mon propre rythme, et l’assurance qu’un public sera au rendez-vous.Mais déjà, le plaisir que me procure l’écriture, ainsi que les retours de lecteurs, exaucent un partie du rêve !

Pour en savoir plus sur Sophie, consultez le site dédié à « Je vous emmène au bout de la ligne » ou le blog littéraire qu’elle anime et qui est d’ailleurs en lice pour le grand prix ELLE des Blogueuses.

Lire plus

La vie secrète de Benjamin Mouchebœuf

Lauréat de l’envolée des livres 2013, prix des enfants de la ville de Châteauroux

Nouvelle édition 2014
À quelques jours de Noël, Benjamin surprend une conversation entre ses parents. Ils parlent d’expulsion, de Noël sans cadeaux, de Noël sans toit… Accompagné de ses deux soeurs, Sarah et Lulubelle, il décide de partir à la recherche d’Émile de Fargabosse, un mystérieux comte censé pouvoir les aider à sauver leur famille. Encore faut-il réussir à percer la carapace dans laquelle il a enfermé son cœur et le secret qui les lie.
Mais quand un petit garçon de 11 ans se mêle des histoires des grandes personnes, les choses se compliquent !
Et lorsque les lucifées, les drôles d’habitants du monde de la nuit, changent le cours des évènements du monde du jour, on frôle la catastrophe. Se promenant d’un monde à l’autre, Benjamin va découvrir que par amour, on peut faire de très belles choses et devenir un petit héros, même sans pouvoirs magiques…

Découvrir la bande annonce : Image de prévisualisation YouTube

Ce livre existe au format papier (9,90€) et numérique (2,68€)
Si vous souhaitez un exemplaire dédicacé, c’est par ici : 9,90€ et frais de port offerts

Un prénom pour la dédicace ?


Lire plus

Quand les éditions Volpilière passent à la télé et parlent de Benjamin Moucheboeuf…

C’est avec une grande émotion que j’ai regardé hier soir mon éditrice, Élisabeth Mozzanini des éditions Volpilière, à la télévision. Elle a bien sûr parlé de la sortie imminente de mon roman « La vie secrète de Benjamin Mouchebœuf » et vous ne pouvez pas imaginer ce que j’ai ressenti… Oui, je l’avoue, j’ai même versé ma petite larme ! Alors, je lui dis juste merci ! Merci pour tout ce travail accompli ces derniers mois, merci de défendre ses auteurs, merci pour tout !
Je vous laisse découvrir la rediffusion sur le site de TVFIL78… Le passage qui concerne mon éditrice s’intitule « Décryptage : quelle place pour les petites maisons d’édition ? »

Lire plus

Joyeux anniversaire au boudoir d’Eva Lunaba !

Eva Lunaba est une auteure que j’aime beaucoup. Tant pour sa plume fine et précise que pour ses qualités « humaines ». Pour fêter les 12 ans de son boudoir,  elle a organisé un petit jeu sympathique : imaginez un billet doux imaginaire que vous rédigerez, dessinerez ou photographierez pour déclarer votre flamme à un(e) inconnu(e). Le tout en moins de 1000 caractères. Voici ma modeste contribution et joyeux anniversaire à ton boudoir, Éva !

Lorsque je t’ai vu la première fois à la terrasse de ce café, j’ai su que j’aimerais tout de toi, que j’aimerais tout avec toi, que ce serait tout simplement toi… Tu devais avoir dans les 40 ans, je te regardais croquer la vie sur ton petit carnet. Architecte, artiste, simple gribouilleur ? Peu importe, je prendrai tout de toi. Je faisais semblant de regarder les vagues qui s’abattaient sur les rochers, les éléments étaient déchaînés, j’étais subjuguée. J’observais les ombres et les angles qui se dessinaient sur ton visage, je me demandais quels chemins sinueux et quelles impasses tu avais dû emprunter. J’avais envie de te demander : « voudras-tu m’aimer ? sauras-tu m’aimer ? ». Je t’ai suivi. Au fil des jours, ta rue est devenue ma rue, ton café est devenu mon refuge, j’ai même acheté un petit carnet et ta main a guidé la mienne. Chaque jour à 13h30, je venais à ce qui était devenu NOTRE rendez-vous. Un jour, tu m’as demandé du feu. Ta main a frôlé la mienne lorsque tu m’as rendu mon briquet. J’ai senti une petite flamme, une douce chaleur, mes joues s’empourprer. Je jouais à imaginer ta vie, notre vie… Puis il y eut ce baiser, cette main que tu as posée sur cette épaule qui n’était pas la mienne. Ce jour-là, j’ai su que ce ne serait pas toi…


Lire plus

Petite chanson tirée de mon roman La vie secrète de Benjamin Moucheboeuf

Dans mon roman jeunesse « La vie secrète de Benjamin Mouchebœuf » qui sort le 15 novembre prochain (ça approche à grands pas !!!), vous trouverez une petite chanson que j’ai écrite pour l’occasion. C’est l’hymne du monde de la nuit, le pays où vont se réfugier les enfants malheureux dans le monde du jour…
Je trouvais dommage que cette comptine reste enfermée dans les pages d’un livre et j’ai décidé de vous la chanter ! Je vous rassure, je n’ai aucunement la prétention d’envisager une carrière de chanteuse, mais j’ai pris beaucoup de plaisir à donner vie à ce petit monde.

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Écrire un livre, c’est facile !

Bon, je vous l’accorde, le titre est un brin provocateur…
Écrire un livre n’est pas si facile ! Il faut trouver l’inspiration, construire les personnages, ficeler l’intrigue, travailler son style, tenir le lecteur en haleine, écrire un premier jet, tout effacer, réécrire, corriger, corriger, corriger…

Quand on lit un roman, tranquillement installé sous sa couette, on ne se rend pas forcément compte du travail que ça représente. Il faut dire qu’on aime bien les légendes : elle écrivait une petite bafouille dans son journal intime à la terrasse d’un café lorsqu’elle rencontra un bel inconnu (un éditeur !!!) qui, ébahi par son style, publia sur le champ son ouvrage et l’épousa !

Quoi qu’il en soit, écrire est pour moi le plus facile ! J’adore ça ! Je ne me sens jamais aussi bien que lorsque je suis enfermée dans mon bureau, sans un bruit, avec mes personnages pour seuls compagnons. J’y passerais des heures, une vie…
Mais je ne me rendais pas compte qu’écrire un livre était bien autre chose ! Si on souhaite le publier, en tout cas…

Il faut d’abord trouver un éditeur et le chemin est long et semé d’embuches. Vous recevez tout un tas de petites lettres plus ou moins sympathiques qui vous expliquent que malgré TOUTES les qualités de votre manuscrit, celui-ci ne correspond pas EXACTEMENT à ce qu’ils recherchent actuellement. Lorsque vous leur demandez ce qu’ils recherchent EXACTEMENT, ils vous répondent qu’ils ne savent pas EXACTEMENT, mais pas ça, en tout cas !
Même si on est d’un naturel optimiste, il faut bien dire que cette étape a quelque chose de très démotivant. Mais un jour, vous recevez LE coup de fil ou LE mail tant attendu et là, vous sautez au plafond, buvez une coupette ou deux, terminez la bouteille et c’est reparti, vous voilà gonflée à bloc pour écrire une bonne dizaine de nouveaux romans.
Sauf que voilà, il vous faudra à nouveau chercher un éditeur. À moins que…
Allez, la semaine prochaine, on explore de nouvelles pistes…

Lire plus

Bande annonce de mon roman « La vie secrète de Benjamin Moucheboeuf »

Avant de vous en dire plus, je vous laisse découvrir la bande annonce de mon roman jeunesse « La vie secrète de Benjamin Mouchebœuf »

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Léa Jane change de nom…

Bonjour à tous !

Ça fait un moment que je ne vous ai pas donné de nouvelles… Je n’ai pas d’excuse, je n’avais tout simplement plus envie de bloguer. Ce sont des choses qui arrivent…
Mais je sens que ça me titille depuis quelques semaines. Je vais donc essayer de reprendre les choses là où je les avais laissées.
Alors quelles sont les news ? D’abord, j’ai changé de nom ! Ou plus exactement, j’ai repris mon nom. Ceux qui ont suivi mes petites aventures savent que « Léa Jane » est l’héroïne d’un de mes romans. De fil en aiguille, tout le monde a fini par m’appeler comme ça. Mais aujourd’hui, j’ai décidé de la laisser vivre sa vie. On en reparlera…
Dorénavant, vous pouvez m’appeler Krystel !

Deuxième nouvelle et non des moindres : j’ai la joie de vous annoncer la sortie prochaine de mon roman jeunesse, « La vie secrète de Benjamin Mouchebœuf ».
Ce qui mérite bien une petite coupe de champagne !
Un roman d’aventures à la fois ancré dans le monde réel et fantastique, destiné aux plus de 8 ans (les grands sont aussi les bienvenus). Édité par les éditions Volpilière, vous le trouverez en librairie le 15 novembre 2011.
Je suis impatiente et un peu fébrile à l’idée de cette rencontre tant attendue avec les lecteurs. En tout cas, c’est une merveilleuse aventure qui se poursuit !

Lire plus

Entretien avec J.Heska « pourquoi les gentils ne se feront plus avoir »

Je vous ai parlé de son livre récemment « Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir ». Aujourd’hui, j’ai la joie de le recevoir sur mon blog pour lui poser quelques petites questions sur sa nouvelle vie d’auteur. Merci J.Heska !

Léa : Ton envie de devenir écrivain… Elle vient d’où, ça remonte à quand ?

Tout dépend du sens de ta question ! Si tu parles de ma vocation en tant qu’artiste, c’est depuis très longtemps, depuis que j’ai compris que si je voulais lutter contre une invasion extra-terrestre, poursuivre un tueur en série, m’arrêter quelque temps pour vivre une histoire d’amour, reprendre mon mousquet en 1759 et stopper l’avancée anglaise sur Québec avant de m’envoler vers la planète Zorg, j’allais devoir trouver un moyen de l’exprimer, car ce serait (un tout petit peu) difficile à vivre dans mon quotidien.

Sinon, ma vocation en tant qu’écrivain est beaucoup plus tardive. J’ai toujours ressenti le besoin d’expulser les idées qui se bousculaient dans ma tête, mais je n’aimais pas la littérature. Je trouvais ça pompeux, arrogant, ennuyeux. Et puis, je me suis rendu compte qu’elle pouvait se révéler intelligente, pertinente, inventive, audacieuse. Et l’écriture est une forme d’expression artistique qui a d’immenses avantages : elle demande peu de moyens techniques et financiers, c’est une activité solitaire, en connexion directe avec mon esprit. Parfait pour moi !

Léa : As-tu une méthode particulière pour écrire ? Tes petits trucs d’écrivain…

Tu veux dire un truc un peu illégal qui me ferait planer pour écrire plus facilement ? 😉
Plus sérieusement, voici mes petits trucs d’écrivain, en vrac :
– Ne jamais se lancer sans avoir d’idées au préalable, et en disant  » on verra bien »
– Ne jamais céder à la facilité du type : « Oui, mes personnages sont inconsistants, mais bon, j’ai une bonne histoire pour compenser ! ». NAN
– Ne jamais négliger l’étape de correction. Un roman, c’est 10% de création pure (l’étape la plus sympa) et 90% de transpiration pour polir le diamant brut.
– Avoir toujours un petit carnet sur soi pour noter les idées (au début, je trouvais ça idiot, mais avec un iPhone, c’est plus fun)
– Rester « AWARE » (copyright Jean-Claude Van Damme). Écouter, voir, ressentir !

Léa : Peux-tu nous raconter ton Koh-Lanta pour trouver un éditeur ?

Oh, j’ai largement dépassé le Koh-Lanta ! C’est un Fear Factor avec obligation de dévorer cru un placenta de mouffette !

J’ai envoyé mon manuscrit à de nombreuses maisons d’édition, qui ont toutes décliné ma « gentille » offre. Finalement, un soir de déprime, je marque sur mon profil Facebook que je renonce à tout et que je souhaite m’auto-éditer. S’engage alors une discussion avec plusieurs personnes, notamment sur le fait que si mon livre n’a pas trouvé preneur, c’est qu’il est mauvais. Un d’entre d’eux, un éditeur pour une maison d’édition québécoise (Transit Editeur), accepte de le lire et à me faire une critique détaillée. Je lui envoie le manuscrit, sans trop y croire. Quelque temps plus tard, je reçois une réponse : il a adoré, et souhaite me publier !

Léa :  Si on parle gros sous, c’est tabou ? Peut-on vivre de l’écriture en France…

Vivre de l’écriture ? Mieux vaut ne pas trop y compter ! Ça peut paraître difficile à croire quand on nous présente sans arrêt des success-stories à la Marc Lévy ou la Bernard Werber, mais concrètement il existe très peu d’écrivains « pro » en France.
Prenons ma situation. Avec un calcul tout simple (environ 10% sur chaque roman vendu), pour me dégager un salaire correct au dessus du SMIC, il me faudrait en vendre au moins 15 000. Sachant qu’un jeune auteur écoule pour un premier roman environ 500 exemplaires de son œuvre et que le mien est considéré comme un best-seller plus de 2 000 ventes, on voit encore le chemin qu’il reste à parcourir ! Allez, plus que 13 000 exemplaires ! Mais je crois que je vais garder mon boulot encore quelque temps :)

 Léa : Ton actu, peux-tu nous parler de la sortie de ton livre ?

Mon livre est sorti depuis le 14 février et a eu la chance d’être en rupture de stock dès la première semaine. La nouvelle réimpression est arrivée fin mars, et le succès est toujours au rendez-vous ! J’ai de très bons retours des lecteurs  et de la presse . Je n’arrête donc pas en ce moment, avec la promotion, les dédicaces avec les lecteurs, les rencontres avec les journalistes, etc. Mais je pense très sérieusement à mon second livre (et non, ce ne sera pas Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir 2 ;-))

 Léa : Enfin, si tu devais te réveiller demain matin et que ton plus grand rêve soit exaucé, ce serait quoi ?

Ben en fait, je l’ai réalisé ! J’ai publié mon roman et j’ai pu le voir dans les rayons de la FNAC ! Donc il faut que je me trouve un autre rêve à présent : devenir le maître du monde !

Lire plus

Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir, J.Heska

Comme vous le savez, je pleurniche régulièrement sur le fait qu’on ne trouve pas assez de romans drôles dans les rayons. Eh bien, cette fois, j’en tiens un, et un bon ! L’auteur est un jeune homme charmant (un vrai gentil), rencontré grâce à la blogosphère et « Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir » est son premier roman. J’espère qu’il y en aura plein d’autres !!!

Voici le pitch :

Jérôme est un jeune informaticien plutôt gauche et mal dans sa peau qui a du mal à s’intégrer à la société. Comme il le dit lui-même, il est invisible pour son entourage, insipide pour ses collègues, insignifiant pour sa petite amie.

Un jour, il tombe sur un article dans un magazine de psychologie bon marché censé aider les gens à régler un certain nombre de problèmes dans leur vie. Dans son cas, la thérapie préconisée va le conduire beaucoup plus loin que prévu. Jérôme va en effet jeter les bases d’une véritable théorie pour contrer la méchanceté humaine et devenir malgré lui le chef de file d’un mouvement philosophique, le « cimondisme », qui va prendre une ampleur inattendue et finir par révolutionner le monde.

J’ai vraiment passé un excellent moment en suivant les péripéties de Jérôme et de sa petite bande. J’ai ri, j’ai souri, j’ai souffert pour et avec lui ! J.Heska dépeint avec beaucoup d’humour et un ton un poil désabusé (juste comme j’aime !) des situations dans lesquelles chacun se reconnaîtra. Vous ne regarderez plus vos collègues de bureau de la même manière après avoir lu ce livre…

Sous ce style fluide et léger se cache une vraie critique de notre société et de nos comportements individuels.
Un livre que je classe dans ma petite catégorie personnelle « antianxiogène ». Un livre drôle et intelligent à la fois !

Mention spéciale pour les « antipathes ». Maintenant, lorsque je rencontre un type vraiment très très con ou que je le vois jeter négligemment à terre le papier gras entourant le pain au chocolat qu’il vient d’engouffrer, j’ai envie de lui flanquer ma carte de Cimondiste sous le nez !!!
Bon, pour comprendre tout ça, il va falloir lire le livre 😉

J.Heska anime également un blog. Je vous conseille d’aller y faire un petit tour pour plus d’informations.

Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir, Transit éditeur, J.Heska.

Lire plus

Une nouvelle maison d’édition participative, Patrick Le Lay lance M@n éditions.

Je me sens un peu rouillée après cette longue absence ! J’ai l’impression de revenir dans une maison qui n’aurait pas été habitée depuis longtemps. Je pense que je vais passer un petit coup de peinture dans les jours qui viennent et réagencer le tout. En attendant, je me lance…

Vous en avez peut-être entendu parler, Patrick Le Lay, l’ex-PDG de TF1 lance un nouveau concept d’édition en partenariat avec l’éditeur Léo Scheer. À mi-chemin entre My Major Company Books et France Loisir, M@n (c’est son petit nom) se veut participatif.

Chez My Major Company, vous misez de l’argent sur un auteur pour devenir coéditeur de son livre et lorsque la cagnotte atteint les 20 000 €, banco, il est édité.
Chez M@n, vous devez débourser 50 € pour devenir membre de la communauté. Ce qui vous donne le droit de déposer votre manuscrit pour le soumettre à l’avis du public, de voter pour votre roman préféré et de recevoir la sélection des 3 livres édités par le site. D’où le parallèle avec France Loisir…

La question est : y a-t-il un intérêt pour un lecteur lambda de faire partie de cette communauté et de recevoir des livres qu’il n’aura pas forcément choisis ?
L’autre question est : y a-t-il un intérêt pour un auteur de faire partie de cette communauté alors qu’il est si facile de faire éditer son livre ? Je plaisante, bien sûr ! Pour l’auteur, la part de rêve que véhicule ce genre de concept est plus qu’évidente. Et le nombre de Français ayant un manuscrit dans leur tiroir est énorme.

Qu’on le veuille ou non, les auteurs sont donc devenus une cible courtisée… Un vrai marché !
Après la ménagère de moins de 50 ans, voici venu le temps de séduire l’aspirant écrivain de 18 à 99 ans…
Affaire à suivre ici : www.editions-man.com

Lire plus

2011 : le retour !

Bonjour à tous,

Désolée d’avoir disparu ainsi ! Beaucoup de boulot, de nouveaux projets, de rencontres avec des gens pas très sympathiques qui m’ont un peu passé l’envie de bloguer …

Mais promis, je reviens vous voir début 2011 et vous raconte toutes ces péripéties !

Je vous souhaite d’excellentes fêtes de fin d’année.

Bien à vous…

 

Lire plus

Coup de coeur roman jeunesse : « Si par hasard c’était l’amour » de Stéphane Daniel

Rayon jeunesse, j’ai eu un énorme coup de coeur ! Stéphane Daniel m’a enchantée avec son « petit » Gaspard Corbin qui découvre l’amour. « Si par hasard c’était l’amour » et « L’amour frappe toujours deux fois » sont deux bijoux que j’ai dévorés, moi la grande ado de 37 ans…
On sourit à chaque page, on rit même aux éclats. Je dois même dire que j’y ai retrouvé du « Nicole de Buron » au masculin. Et comme vous le savez, c’est le plus grand compliment que je puisse faire à quelqu’un…
Un livre à conseiller aux jeunes et aux moins jeunes pour lutter contre la morosité livresque ambiante !

Léa : Votre envie de devenir écrivain…

Elle est née de l’envie d’écrire qui elle-même est née du bonheur de savoir lire. J’ai été aspiré par les livres tout petit et depuis, je n’arrête pas de tourner dans le siphon. Pour autant, je continue plus
à me rêver qu’à me croire écrivain. C’est bien aux lecteurs de me dire si j’en suis un. Sinon, c’est un peu facile, non ?

Léa : Pourquoi avoir choisi le secteur « jeunesse » ? Est-ce un choix ?

A la veille d’écrire mon premier roman, j’étais à l’avance convaincu qu’aucun éditeur n’en voudrait. Le professeur des écoles que j’étais déjà utilisait avec bonheur la littérature jeunesse dans sa classe. Je me suis dit que ma connaissance du monde de l’enfance pouvait être un atout dans l’écriture d’un texte destiné à ce public. En effet, ce qui compte, en plus d’une bonne histoire, c’est le ton juste. Mon roman, « Un tag pour Lisa », a été retenu par Marie Lallouet, alors éditrice chez Casterman. Ayant un pied de ce  côté-ci de l’édition, j’ai choisi d’y mettre les deux, puis les trois, puis les quatre… Un jour, quand je serai grand, je serai un mille-pattes. J’ai tout de même effectué une incursion chez les adultes avec un livre intitulé « Au bonheur des pères », témoignage sur la paternité vue de l’intérieur.

Léa : Vous êtes l’auteur d’une cinquantaine de livres. C’est impressionnant !!! Comment parvenez-vous à écrire autant ? Avez-vous une méthode particulière ?

Oui, j’en conviens, je suis très impressionnant. Mais quand on y réfléchit, pas tant que ça (comme quoi, on ne devrait jamais conseiller aux gens de réfléchir). J’ai publié presque une cinquantaine de textes depuis 1993, romans pour les plus jeunes, les moins jeunes, les ados, textes en revue, nouvelles dans des recueils collectifs, albums, mais beaucoup d’entre eux sont assez courts pour pouvoir être écrits assez rapidement. Ce qui me fait plaisir, c’est que je n’ai pas de texte en souffrance (j’adore cette expression !).  Le tiroir est vide. Ce qui m’ennuie, c’est d’avoir de nombreux textes épuisés (le tiroir se remplit).
J’exerce mon métier d’enseignant à mi-temps, deux jours par semaine, et j’écris le reste du temps. Je consacre aussi l’essentiel de mes vacances scolaires à cette merveilleuse activité. J’ajoute que
j’écris facilement parce que j’écris depuis toujours. Et toujours, ce n’est pas rien !

Léa : D’habitude, je demande aux auteurs de me raconter leur Koh-Lantapour trouver un éditeur. Mais pour vous, finalement, ça s’est passé assez simplement… Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Le même que 99% des gens. J’ai écrit un texte, j’ai préparé 20 exemplaires de ce texte, que j’ai envoyés à 20 éditeurs différents,  qui m’ont répondu qu’ils n’étaient pas intéressés, que ça ne rentrait pas dans le cadre de leur collection, qu’il valait mieux pour la santé de la littérature française que j’enterre mon stylo dans un trou très profond d’un désert australien hostile… Sauf que l’un d’eux m’a téléphoné pour me dire : « Votre roman m’intéresse ». Et un, ça fait tout.

Léa :  Si on parle gros sous, c’est tabou ? Peut-on vivre de  l’écriture en France…

Très rarement, et quand c’est le cas, presque toujours très mal. Les droits sur un roman sont en moyenne de l’ordre de 5%, ce qui correspond environ à 20 ou 30 centimes d’euro par exemplaire vendu.
Calculez le nombre d’exemplaires à vendre pour que les gains soient significatifs ! D’autant que la durée de vie d’un livre se raccourcit de plus en plus. Pour ce qui me concerne, je suis très loin de pouvoir en faire mon activité principale.

Léa : Votre actu, pouvez-vous nous parler de votre dernier livre ?

En ce moment, en kiosque, le DLIre d’octobre contient une de mes histoires, « Les griffes du temps ». Deux petits romans pour premiers lecteurs viennent de sortir, « La fille du Chevalier Têtenlère » chez
Rageot, et « La télécommande magique » aux Éditions du Rouge Safran.
Deux petits romans et un album sont attendus pour le premier semestre de 2011, je travaille en ce moment à un roman pour des lecteurs de fin de primaire, et je pense sérieusement à mon ami
Gaspard qui trépigne dans la blancheur d’un paquet de feuilles A4.

Léa : Pour terminer, quel(s) conseil(s) pourriez-vous donner à un jeune auteur qui souhaite être édité ?

Ecrire, écrire, écrire. Écrire beaucoup. Le diamant, il attend dans le charbon.

Pour en savoir plus sur Stéphane Daniel :
Rageot-Editeur
La Charte des Auteurs

Lire plus

My Major Company Books : un petit clic pour Laurent Boyet

Non, je n’ai pas disparu ! Je travaille sur plusieurs projets qui me prennent tout mon temps… Et j’ai également un peu moins envie de bloguer ces derniers temps ! Ce sont des choses qui arrivent…

Bref, je vous ai déjà parlé de My Major Company Books et du futur Grégoire de l’édition. Eh bien, il se pourrait que ce soit mon ami Laurent Boyet ! Avec déjà trois romans à son actif, il tente aujourd’hui l’aventure de l’édition participative et il a besoin de nous, de vous !
C’est un écrivain à la voix forte, qui dépeint si bien les sentiments. C’est aussi un homme adorable avec un coeur gros comme ça !
Alors, je vous invite juste à consulter sa page, lire les extraits de son prochain roman et si vous aimez, à cliquer pour devenir fan ! Tout simplement…

Ça se passe ici !

Lire plus

Sois « belle » mère et tais-toi, interview de Sarah Farri

J’espère que vous avez tous passé de bonnes vacances ! Les miennes furent excellentes, merci !

Pour inaugurer la rentrée, j’ai la joie de recevoir notre première invitée pour une petite interview. Et c’est Sarah Farri qui s’y colle ! Sarah est une auteure qui a un immense talent : celui de vous faire rire tout en vous faisant grincer des dents. Son premier roman est une belle réussite. J’espère qu’il y en aura bien d’autres ! Sarah, c’est aussi une merveilleuse rencontre. De celles qui vous prouvent qu’Internet peut aller bien au-delà de simples relations virtuelles. C’est bien simple, si c’était un mec, je l’épouserais ! Mais bon, elle est déjà mariée et en plus, dans son roman, elle nous parle plutôt de divorce et de famille recomposée. Alors, je vous laisse simplement la découvrir…

Léa : Ton envie de devenir écrivain… Elle vient d’où, ça remonte à quand ?

Je regretterai peut-être un jour cette confession, mais c’est en 1984 que tout a commencé… Un jeudi pluvieux, une cours de récré, un coeur en compote, de la langue de boeuf sauce piquante prévue au déjeuner, une musique mélancolique qui commence à me trotter dans la tête : ni une ni deux, j’ouvre mon sac US, je déchire une feuille A4 de mon cahier d’anglais, je prends mon stylo montre et je me mets à accrocher des mots sur la mélodie. Et c’est ainsi qu’est né « L’école, l’école »… Un tube qui n’aura, malheureusement, jamais été classé au Top 50.

Grisée par cette première expérience « littéraire », je me suis alors mise à écrire des poèmes… puis des historiettes… puis des bribes de manuscrits… et quelques 25 années plus tard, me voilà à répondre à une interview pour la sortie de mon tout premier roman (lol).

Léa : As-tu une méthode particulière pour écrire ? Tes petits trucs d’écrivain…

Mon truc, c’est justement de ne pas en avoir. J’écris à l’instinct, sans plan de route établi à l’avance. Je pars d’une idée ou d’une situation puis je laisse le film se dérouler. Du coup, je ne peux écrire que dans le calme le plus absolu (aussi bien intérieur qu’extérieur… d’où des rythmes de travail assez irréguliers).

Léa : Peux-tu nous raconter ton Koh-Lanta pour trouver un éditeur ?

SBMETT est en fait mon 2ème roman. Le tout premier, écrit un an et demi plus tôt, s’intitulait « La Méchante Reine ». J’y abordais exactement le même sujet, mais avec une approche « hyperréaliste ». Verdict des éditeurs (enfin ceux qui avaient daigné motiver leur refus, soit 3 sur 16) : « Roman plein de qualités qui aurait mérité d’être traité avec plus de légèreté ». Ego dans le caniveau « ils ont pas voulu de mon bééébééé ». Doute « pff, de toute façon, je n’y arriverai jamais ». Remise en question « aurais-je fait fausse route ? » Prise de conscience « c’est vrai que l’humour, c’est peut-être plus pertinent comme approche » et quelques semaines plus tard, je me remettais au boulot. Objectif : parvenir à rire d’un quotidien pas toujours facile à vivre.

« La Méchante Reine » laisse alors place à « Sois belle « mère » et tais-toi ! ». La suite ? Une rencontre aussi belle qu’inattendue avec une éditrice de coeur, Laura Mare, et le début d’une grande aventure.

Léa :  Si on parle gros sous, c’est tabou ? Peut-on vivre de l’écriture en France…

Il me semble que ça ne devient tabou qu’au moment où l’on parvient à en vivre justement. C’est bon, j’ai encore de la marge, alors parlons-en. Un auteur touche en moyenne 8 à 10 % du prix HT… soit moins de 2€ par livre, et ce dans le meilleur des cas. Mettons de côté les impôts (pour ne pas pleurer tout de suite), pour arriver à un SMIC annuel, il faudrait déjà en vendre près de 700 par mois, pendant 12 mois ! Je n’ai plus les chiffres en tête, mais je crois me souvenir que la moyenne des « bonnes » ventes dans les petites et moyennes maisons d’édition se situerait entre 300 et 2000 ventes, AU TOTAL… Tout est dit.

Moralité : Vivre ou écrire, il faut choisir…

Léa : Ton actu, peux-tu nous parler de la sortie de ton livre ?

« Sois belle « mère » et tais-toi ! » est sorti le 2 avril 2010. Un beau bébé de 309 pages aux couleurs très girly qui fait le bonheur de sa maman (normal), mais aussi celui de très nombreuses lectrices… et de lecteurs !

Le pitch ? Cap de la trentaine, dix ans de mariage, un enfant, il n’en faut pas plus pour que Lola décide un matin de recouvrer son indépendance. Fraîchement divorcée, elle savoure alors pleinement sa liberté, jusqu’au jour où l’amour vient de nouveau frapper à sa porte. Un « amour » accompagné d’une paire d’enfants, qui va embarquer notre héroïne – bien malgré elle ! – dans un univers où l’improvisation est reine : celui de la famille recomposée…

Léa : Enfin, si tu devais te réveiller demain matin et que ton plus grand rêve soit exaucé, ce serait quoi ?
Que rien n’ait changé depuis la veille !

Pour en savoir plus sur Sarah Farri, retrouvez-là sur son site Internet
Et en prime, je ne peux m’empêcher de vous faire découvrir cette parodie pleine d’humour réalisée par Sarah !

Image de prévisualisation YouTube

Lire plus

Léa Jane est en vacances, son blog aussi !

Lire plus

Le 21 Juillet, c’est mon anniversaire !

Eh oui, il n’y a pas longtemps, c’était l’anniversaire de mon blog. Aujourd’hui, c’est le mien ! Pourquoi je vous dis ça ? Parce que j’adoooooooooore recevoir des appels, des messages et des cadeaux ! C’est MA journée, je fais ce que je veux ! Et j’en profite pour faire une petite piqûre de rappel à mes amis qui auraient malencontreusement oublié cette date importante. Enfin, en général, je leur rebats les oreilles avec ça 15 jours avant… Donc pas d’excuse !

Non, en fait, je voulais juste vous dire que mon blog et moi même partions en congé pendant un petit mois.
Je ferme un peu plus tôt que prévu, car je veux ab-so-lu-ment rendre mon prochain roman à mon agent avant la fin de l’été ! Parce qu’à la rentrée, nouveau tournant, nouveau challenge !
Pour ceux qui suivent mes petites aventures, vous savez que j’avais pris un an pour me consacrer à l’écriture (le premier qui me parle de congé sabbatique, je le …) et malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin.

Je reprends donc le chemin du boulot… ou plutôt de l’école ! Je dois donc remettre le nez dans les bouquins, réviser mes cours, acheter ma trousse et mes p’tits crayons. Une rentrée normale, sauf que cette année, la prof, c’est moi !!! Et on ne rigole pas !

Je vous embrasse, vous remercie pour vos encouragements et vous donne rendez-vous le 21 août avec, peut-être, quelques bonnes nouvelles côté Mont Édition !
@ bientôt
Léa

Lire plus

Une petite interview de Léa Jane par Sophielit

Une fois n’est pas coutume, c’est une petite interview de votre « serviteuse » que je vous propose. Sophielit, celle qui lit beaucoup beaucoup, a décidé de donner la parole à ses amis blogueurs cet été et j’ai eu l’honneur d’y participer. Merci Sophie ! En prime, je vous présente ma vraie trombine…

Pour inaugurer cette rubrique estivale, je vous présente Léa Jane et son blog pétillant http://www.roman-a-lire.com/.

Pourquoi ai-je voulu le partager avec vous ?

Parce que Léa a osé se laisser guider par ses envies, et que cela lui réussit ; parce que son blog est une mine de trouvailles, de bons mots et d’infos ; parce qu’on peut y lire sa plume d’auteur, de lectrice, de fille, de femme, d’intervieweuse, de maman…

1. Ton blog en quelques mots ?
Mon blog est né il y a un an lorsque j’ai décidé de faire une pause dans ma carrière et de tout plaquer pour réaliser un vieux rêve un peu fou… Celui de devenir écrivain.
J’ai eu envie de partager cette aventure avec les internautes, de leur raconter mes joies, mes doutes, ce qu’était le travail d’un auteur, mon Koh-Lanta de l’édition… Mais aussi de me confronter à la critique des lecteurs en mettant des extraits de mon premier roman en ligne.
C’était aussi un moyen de réussir mon “coming out” professionnel
Je ne voulais surtout pas que ce blog devienne polémique et “tape” sur le monde de l’édition en décourageant au passage les auteurs en herbe. Je souhaite juste que les lecteurs passent un bon moment en lisant mes petits billets, qu’ils se sentent bien sur mon blog et que cela leur donne envie d’essayer de réaliser leurs rêves.
Aujourd’hui, si je devais faire un petit bilan, je dirais qu’il n’y a que du positif ! Ce que je préfère par-dessus tout, ce sont les échanges avec d’autres auteurs (édités ou en devenir, comme moi), des éditeurs ou des passionnés de littérature. Et les merveilleuses rencontres qui dépassent aujourd’hui le stade du virtuel. Certains internautes sont même devenus de véritables amis.

2. Comment créées-tu l’interactivité sur ton blog ?
En réalité, je n’ai pas vraiment cherché à créer de l’interactivité ou à mener des actions marketing pour booster l’audience de mon blog. Les choses se sont mises en place d’elles-mêmes. Devenir écrivain est le rêve de 3 Français sur 5 et nous avons vite formé une petite communauté. Mon inscription sur Facebook a quand même accéléré les choses.
Je fais également beaucoup d’interviews d’auteurs qui nous racontent leurs parcours jusqu’au Mont Edition. J’aime cette notion de partage d’expériences et mes lecteurs aussi.
Dans le même registre, j’ai lancé un appel à témoins sur le thème “patron, boulot, bobo” (le tome 2 de mon roman traite de l’univers impitoyable du monde du travail). J’ai invité les internautes à partager leurs petites aventures ou mésaventures dans leurs recherches d’emplois ou expériences professionnelles et j’ai reçu un nombre incroyable de réponses.

3. Que devient ton blog pendant les vacances ?

Vacances ou pas, l’activité sur mon blog est surtout fonction de mon rythme d’écriture sur mes romans. Il y a des jours où je me lève à 5h00 et où mes personnages s’emparent de moi et ne me lâchent plus jusqu’au soir. Dans ces moments-là, je suis incapable d’écrire sur mon blog, de répondre au téléphone ou de parler à qui que ce soit. En ce moment, je travaille sur 3 histoires en même temps et je me fais tirer les oreilles par mes amis blogueurs !
Je vais tirer le rideau quelques semaines en août pour prendre de vraies vacances. Me retirer dans dans ma tanière, un endroit reculé sans eau ni électricité (nan, je plaisante !), mais sans Internet et donc sans blog ! Mener une vie presque monacale (excepté le mojito et 2 ou 3 autres petits détails) et terminer tranquillement les livres en cours.

4. Que lis-tu pendant ces vacances ?

En ce moment, j’écris pour les enfants et les adolescents. Je suis donc montée au grenier chez mamie Jane et j’ai ressorti les livres que je dévorais étant enfant. Je redécouvre la bibliothèque verte, le club des 5, Fantômette et les autres…
Pour comparer mes vieux souvenirs avec ce que lisent les ados d’aujourd’hui, j’ai aussi mis dans ma valise :
• Un été de choc de Meg Cabot
• Si par hasard c’était l’amour de Stéphane Daniel
• Le retour de l’allumeuse de E. Lockhart

5. Quels sont tes projets de rentrée pour le blog ?
Ma bonne résolution pour la rentrée est de poster tous les jours ! Bon allez, tous les deux jours… J’ai prévu un format un peu plus court, mais quand je suis lancée, j’ai souvent du mal à m’arrêter. Je vais créer une nouvelle rubrique dans le genre “Léa les bons tuyaux”, avec une foule de conseils qui pourront servir aux auteurs en herbe, les nouvelles formes d’édition, les pièges à éviter…
Je vais également lancer un petit truc assez rigolo (enfin, j’espère), pour mettre en scène mes textes. Mais ça, vous le découvrirez à la rentrée !
Enfin, j’espère avoir l’immense joie de vous annoncer que ça y est, mon roman va être édité et vous faire partager la suite de cette belle aventure.

Je vous invite à découvrir le blog de Sophielit, une amie blogueuse et bientôt auteure…

Lire plus

De la publicité dans les livres… Les romans épargnés ?

Je faisais quelques petites recherches sur les moyens de faire connaître un livre lorsque je suis tombée sur un article intéressant sur le blog « Actua Litté« . Un post qui parle de l’utilisation des livres comme outil de promotion pour les entreprises.

En tant qu’ex du marketing (les erreurs de jeunesse, que voulez-vous, on en fait tous !), j’avoue que ce sujet m’a toujours intéressée.
Les livres d’entreprise ont toujours existé, notamment ceux qui retracent l’histoire d’une marque, souvent à l’occasion d’un anniversaire. Mais ce qui est plus nouveau, c’est le sponsoring d’un livre par une marque avec une mise en avant de leurs produits. Comme l’indique cet article, on trouve ce phénomène dans les livres de cuisine : Tipiak et le livre Les céréales. Prenez-en de la graine ! de Valérie Duclos ou  Nestlé Dessert et le livre C’est fort en chocolat de Trish Deseine.

Mais il y a une question que je me suis toujours posée : pourquoi les romans sont-ils encore épargnés ? La pub étant présente partout, peut-on imaginer voir apparaître un logo Danone en quatrième de couv ou une pleine page L’Oréal au centre d’un livre, parce qu’il le vaut bien !

Est-ce légalement interdit ? Est-ce que les éditeurs s’y refusent ?
C’est juste une question que je me pose comme ça en passant…
Et, heu, sinon, je lance un appel au Guide du Routard et aux marques Durex et Nutella, pour qui je fais de la « pub » dans mon roman !

Lire plus

Myriam Chirousse « Miel et vin » et bien d’autres choses…

« Miel et vin » est sans conteste l’un des plus beaux romans que j’ai lus ces dernières années. Un de ceux qui vous transportent dans un autre univers, que vous ne pouvez plus lâcher et qu’en même temps, vous savourez, vous dégustez, page après page. Myriam Chirousse a un talent rare, une plume à la fois précise et légère. Myriam, c’est aussi une charmante auteure que j’ai eu la chance de rencontrer au Salon du livre de Paris et avec qui j’adore échanger. Nous avons quelques points communs que vous découvrirez en lisant cette petite interview…

Léa : Ton envie de devenir écrivain… Elle vient d’où, ça remonte à quand ?

Je ne crois pas que j’ai eu envie de « devenir écrivain ». Je veux dire que je n’ai pas envisagé l’écriture comme un métier, une position sociale à atteindre. Un jour, je ne sais plus quand, je me suis mise à écrire et voilà : c’était là. Ça a toujours été une pratique plutôt qu’un désir à réaliser. Je ne me souviens pas de moi en train de ne pas inventer des histoires et des personnages. Ce besoin de raconter est apparu très tôt, dans l’enfance. Je crois qu’il vient d’une incompréhension profonde du monde qui m’entourait. Pour apprivoiser la vie, les enfants ont besoin de jouer, en laissant libre cours à leur imagination. Chez moi, ce jeu de l’imagination s’est mis à utiliser les mots, les phrases… L’écriture est une incroyable salle de jeu ! Vous avez tout, vous pouvez tout construire, et surtout des univers où vos émotions trouvent refuge. C’est vital. Ça permet de respirer là où il n’y avait pas d’air. Je crois que je n’aurais pas pu grandir sans écrire.

Léa : As-tu une méthode particulière pour écrire ? Tes petits trucs d’écrivains

Une méthode, non… Mais voici quelques idées qui me guident et que j’essaie d’appliquer :

1) Travailler, travailler, travailler… Mettre une phrase après l’autre, comme les pieds pour marcher : c’est le meilleur moyen d’avancer.
2) Se souvenir que l’écriture m’est vitale : même lorsque je ne peux lui consacrer qu’une heure par semaine, être bien consciente que cette heure constitue le cœur de ma vie.
3) « Écrire vrai » ou « écrire juste » (comme on chante juste). C’est-à-dire écouter attentivement la voix du roman en soi pour la restituer le plus fidèlement possible sur le papier.
4) Ne pas comparer ce que l’on écrit à ce qu’ont écrit les autres, ou ce que l’on a écrit soi-même avant. Ne pas juger ce que l’on est en train de créer… tout en restant très exigeante, attention ! Garcia Marquez a dit que la qualité d’un écrivain ne se mesure pas à ce qu’il publie, mais à ce qu’il jette dans sa corbeille.
5) Et puis… écrire comme on prépare un petit dîner pour des amis : « avec amour » et en cherchant la saveur !

Léa : Peux-tu nous raconter ton Koh-Lanta pour trouver un éditeur ?

Je me le suis épargné ! J’ai un contrat avec un agent littéraire, Virginia Lopez-Ballesteros. C’est son métier de dénicher le bon éditeur en fonction du livre, de cibler les envois, de jauger les propositions de réécriture, de lire à la loupe les contrats… Pour Miel et vin, elle a fait une demi-douzaine d’envois et, dans le lot, il y avait Buchet Chastel, tout de suite très emballé. Virginia a donc mis quelques mois là où j’aurais mis dix ans ! Mais il faut malgré tout une sacrée dose de patience et de détachement : la confrontation avec le monde éditorial est toujours éprouvante quand on débute.

Léa : Si on parle gros sous, c’est tabou ? Peut-on vivre de l’écriture en France…

En France comme ailleurs, il n’y a que très peu d’écrivains qui vivent exclusivement de leur plume. Il faut vraiment avoir de très grosses ventes… ou de très petits besoins ! Toutefois, à côté de ses droits d’auteur, un écrivain peut arrondir ses fins de mois grâce à d’autres activités liées au monde des lettres : donner des conférences, faire des ateliers d’écriture, écrire un article de temps à autre, etc. Sans parler des bourses et des aides auxquelles on peut postuler. Je crois que la France est un pays où il y a quand même un certain budget, public ou privé, pour la vie littéraire.

Mais, au-delà de la question de la possibilité, je me demande souvent si c’est souhaitable de ne vivre que de sa plume. Si le fait de pouvoir payer ma facture d’électricité ou le crédit de ma maison reposait exclusivement sur le prochain livre que je vais écrire, j’y perdrais forcément de la liberté au moment d’écrire. L’instinct de survie se mettrait en marche et, même inconsciemment, je me sentirais alors obligée de « produire » un manuscrit dans certains délais, que le texte soit bon ou pas. Je me demande si ce ne serait pas courir à l’échec… ou au désenchantement, ce qui serait encore pire ! Non, non, quand j’imagine la possibilité de ne vivre que de ma plume, ça me fait plutôt stresser que rêver ! Pour payer mes factures, je suis heureuse d’avoir mon métier de traductrice.

Léa : Ton actu, peux-tu nous parler de ton dernier livre ?

Mon premier roman, Miel est vin, est sorti l’année dernière chez Buchet Chastel. Il a bien marché, a reçu de très chouettes critiques et s’est retrouvé 3ème finaliste du Prix des Libraires 2010. Il paraîtra au Livre de Poche l’année prochaine.
Par ailleurs, je viens d’achever un court roman pour adolescents qui s’intitule Cantique des Elfes, mais je n’ai pas encore de date de publication. Enfin, je suis d’ores et déjà en train de travailler au troisième, une histoire de pirates qui cherchent l’El Dorado et tombent dans la mer des Sargasses…

Léa : Enfin, si tu devais te réveiller demain matin et que ton plus grand rêve soit exaucé, ce serait quoi ?

Avoir des ailes ! Très grandes, mais repliables à volonté, pour pouvoir m’envoler chaque fois que j’en ai envie.

Myriam Chirousse, Miel et vin Buchet Chastel, 2009

Le blog de Myriam Chirousse

Le site de notre agent littéraire

Le site de son éditeur Buchet Chastel

Lire plus

Ecrire pour les ados : avons-nous oublié ce que c’est que d’avoir 16 ans ?

Non, je ne suis pas une grosse feignasse ! Je sais que je ne suis pas très présente sur mon blog en ce moment et que je laisse davantage la parole à d’autres auteurs. D’ailleurs, la semaine prochaine, je reçois deux nouvelles écrivaines que j’adore !

Ce n’est pas non plus que je n’ai plus rien à vous dire… C’est juste que je suis super occupée ! J’ai réécrit une partie de mon tome 1, quasi terminé un autre roman, écrit une partie de mon tome 2, fait le plan du 3, participé à un jury pour un super projet de livre dont je vous reparlerai… Plus la vraie vie, je ne m’en sors pas !

En ce moment, j’écris pour les ados… Alors, je fais comme les acteurs avant de tourner un film, je m’imprègne, je m’immerge dans ce monde que je commence à regarder d’assez loin maintenant.
Peut-on leur parler de tout ? Comment ? Doit-on avoir le même langage ?
Prenez le sexe, par exemple ! A 15, 16 ans, on a les hormones qui se réveillent… Enfin, pour certains, elles sont déjà très actives… Pourtant, si vous lisez des livres pour ados, il y a finalement assez peu de scènes « d’amour » ! Pourtant, avec ce qu’on voit à la télé…

Ce matin, j’ai donc acheté un magazine destiné aux ados. Le monsieur de la librairie m’a regardé d’un drôle d’air en me demandant si je ne m’étais pas trompée.
– Modes et travaux, c’est plus haut sur l’étagère !
Pourtant, avec mon look de teenager attardée, je pensais faire illusion. Vous croyez que c’est juste ces quelques rid(ules) ridicules qui peuvent me trahir ?

Bref, je l’ai quand même acheté  et  je me dis que je me pose bien des questions pour pas grand-chose ! Parce que quand on lit leur rubrique SEXO, eh bien, elles appellent un chat, un chat !

Au programme… comment pimenter son couple ? Je ne savais même pas qu’à 16 ans, on avait besoin de piment… Voici quelques exemples :

« S’offrir des sex-toys ». Alors là, je dis BRAVO ! Parce que moi, j’ai coupé une scène de mon roman qui parlait d’un joli canard Sonia Rikiel et d’un DVD du Kamasutra en 3D…

« Faire une séance photo privée ». Commencez par faire des photos soft puis attaquez dans le sensuel, le but étant tout de même de succomber à la tentation.
Ma fille ne lira jamais ça, c’est clair ! Remarquez, elle n’ a que 4 ans ! Bref, la dame du magazine ajoute tout de même « fais bien attention à conserver les photos et fais-les avec un mec qui ne s’amusera pas à les publier sur Internet« . Tu m’étonnes !

« Jouer à dada » Sur le coup, je n’étais pas bien sûre d’avoir saisi. Une histoire de cheval et d’amour bestial…

Suit tout un tas d’autres conseils que je prendrais bien pour moi, même si j’ai 36 ans…

Tout ça pour vous dire qu’on est bien loin de mon « OK podium » à moi quand j’avais leur âge…
Pourtant, côté littérature, la bibliothèque rose est restée très « rose » et je me demande bien pourquoi …

Lire plus

Martine Pagès : de Céanothes et Potentilles au guide de la défume…

J’ai aujourd’hui la joie de recevoir Martine Pagès. Une sensibilité à fleur de peau, un dynamisme et un enthousiasme à toute épreuve, une très jolie voix littéraire… Une actu riche puisqu’elle publie deux livres cette année : « Céanothes et Potentilles » aux éditions Volpilère et « mon guide de la défume » aux éditions Guy Tredaniel.

Léa : Ton envie de devenir écrivain… Elle vient d’où, ça remonte à quand ?

Un chien écrasé sous mes yeux. Les cris de sa petite maman, dix ans. Les murs de ma ville placardés par mes soins, j’avais tapé le récit, outrée par le comportement du conducteur qui avait pris la fuite. La mairie m’appelle, me propose un concours local. J’ai 30 ans. Je joue la carte de la « nouvelle ». Piètre texte à mes yeux. Mais tout le monde l’aime. J’écoute les conseils, je ne lâche plus ma plume. Plus jamais.

Léa : As-tu une méthode particulière pour écrire ? Tes petits trucs d’écrivain…

Eh bien, je n’en ai aucun. Euh, pardon, si… mais je les garde jalousement !

Léa : Peux-tu nous raconter ton Koh-Lanta pour trouver un éditeur ?

Oh là là, c’est assez particulier. Bon, eh bien, comme tout le monde, au départ, j’ai dépensé une petite fortune en reliures, encres, envois, etc. Puis deux concours littéraires remportés (PPDA 2007 et Volpilière 2008) ont donné du poids, de la crédibilité à mon profil. En fait, mon premier roman est une commande de l’éditrice de la maison Volpilière. Mon texte « Léa, ma vie », avait été retenu pour être publié dans le recueil « Un parfum d’enfance », suite au concours. Elisabeth Robert-Mozzanini avait été si séduite par mes écrits qu’elle m’avait demandé un roman court. « Céanothes et Potentilles » naissait. Je dois une fière chandelle à Élisabeth qui m’a fait une confiance aveugle. Je prédis une longue vie à Volpilière, qui sait aussi prendre soin comme personne de ses auteurs. Qu’elle lise ici mille mercis ! Idem pour mon fidèle ami et acteur, Philippe Leroy-Beaulieu, qui a signé une chanson, un poème magnifique, en première page…
Pratiquement dans le même temps, la journaliste scientifique et amie, Laure Pouliquen, présentait avec détermination mon ouvrage sur le sevrage tabagique aux éditions Guy Tredaniel. J’avoue que deux livres sortis la même année, c’est vraiment formidable… et c’était inespéré…

Léa :  Si on parle gros sous, c’est tabou ? Peut-on vivre de l’écriture en France…

C’est une question à laquelle je répondrai en son temps, en avril 2011, quand les droits me seront versés. Non, ce n’est pas tabou et c’est important d’en parler. On est en pleine crise, je suis la première à prier pour que mes livres se vendent. Je trouverais très démago de lire des propos sur « l’Art », le « don de soi », sans un mot sur la façon dont on en vit, ou pas. Je suis d’ailleurs obligée, dans cette attente, d’être salariée dans une société et d’y remplir des tâches qui me permettent de percevoir un revenu régulier. Mon activité de photographe ne suffit pas non plus à m’assurer un train de vie correct. Cessons de nous voiler la face. Au même titre, si les droits perçus dans un an sont conséquents, je serai ravie d’annoncer la couleur. Histoire de passer un message encourageant ! 😉

Léa : Ton actu, peux-tu nous parler de la sortie de ton dernier livre
?

« Mon guide de la défume » se porte plutôt bien. Il s’agit d’une sortie assez fulgurante, l’ouvrage étant disponible chez les blockbusters et édité chez Tredaniel éditions dont la réputation n’est plus à faire. Laure Pouliquen a rédigé la préface, un bijou. J’ai de nombreux retours. Il est né en avril, c’est un peu tôt pour avoir du recul, mais je n’ai eu aucun retour négatif.

Léa : Enfin, si tu devais te réveiller demain matin et que ton plus grand rêve soit exaucé, ce serait quoi ?

Rattraper le temps perdu, dire à mon papa, de son vivant: « Je t’aime ». Mon plus grand raté…

Les livres de Martine Pagès :
– « Un parfum d’enfance », éditions Volpilère (recueil collectif) mon texte: « Léa, ma vie » 2008
– « Céanothes et Potentilles », éditions Volpilière 2010
– « Mon guide de la défume », éditions Guy Tredaniel 2010

Pour en savoir plus…

Le site de Martine Pagès: http://mondossierdepresse.free.fr/
Son blog: http://pagesma.typepad.com/blog/

Lire plus

Licenciée à cause d’un blog…

Ce n’est pas la première fois que je lis ce type d’histoires, mais celle-ci a particulièrement attiré mon attention… Sans doute, parce que c’est typiquement le genre de choses qui aurait pu m’arriver si je n’avais pas quitté mes patrons avant d’écrire… (Et là, je souris en imaginant la tête de ceux qui me connaissent et qui vont acquiescer comme ces petits chiens qui disent oui, ceux qu’on voit dans certaines catégories de voitures…).

Virée à cause de son blog !

Je parle de l’histoire de Jess, une blogueuse, (ex) employée dans un hôtel qui a été licenciée pour faute grave après avoir publié sur un blog des petites anecdotes liées à sa vie professionnelle.
Des billets rigolos, des photos humoristiques avec sa mascotte Winnie l’ourson, des dialogues avec ses collègues … que ses patrons, eux, n’ont pas trouvés très drôles.

Pourtant le trait est forcé, les situations romancées… La jeune femme accorde qu’elle s’est inspirée de la réalité (comme nous tous !), mais qu’elle a toujours veillé à respecter l’anonymat de ses personnages. Il n’empêche qu’on lui reproche certains détails permettant d’identifier son lieu de travail.

Je connais d’autres situations tout aussi édifiantes… Alors peut-on raconter sa vie, même de manière romancée sans courir le moindre risque ?
Hum ! Si on croise cela avec le projet de loi du sénateur, Jean-Louis Masson, visant à lever l’anonymat des blogueurs non professionnels… ça risque de devenir très difficile.
Attention, je suis la première à bondir lorsque je vois quelqu’un qui profite d’être bien à l’abri derrière son écran et son pseudo pour balancer des propos teintés de méchanceté gratuite ou carrément diffamatoires !

Mais la frontière entre la protection des uns et la censure des autres semble bien mince…

Le blog de Jess, la blonde qui dérange

Lire plus

Entretien avec Emmanuel Parmentier, « Mon frère »…

C’est aujourd’hui Emmanuel Parmentier qui se prête au jeu de la petite interview. Emmanuel est un jeune écrivain très prolixe que j’ai rencontré via Facebook. Un vrai passionné, ça se sent tout de suite… qui écrit aussi bien pour la jeunesse que pour les adultes. Un auteur attachant et très sympathique, ce qui ne gâche rien !

Léa : Ton envie de devenir écrivain… Elle vient d’où, ça remonte à quand ?

Emmanuel Parmentier : J’ai toujours aimé lire. Depuis tout petit… Un jour, j’ai franchi la barrière, tout simplement. Et tout naturellement… Le goût de la lecture m’a donné à mon tour envie d’écrire.

Léa : As-tu une méthode particulière pour écrire ? Tes petits trucs d’écrivain…

Je prends des notes partout. Dans la rue, dans le train, dans les endroits les plus improbables… Mais pour écrire, j’ai besoin de calme et d’isolement.

Concernant l’écriture proprement dite, je n’aime pas les recettes « toutes faites », j’ai besoin de me « mettre en danger ». J’essaie d’aborder l’écriture de chacun de mes livres différemment.

Léa : Peux-tu nous raconter ton Koh-Lanta pour trouver un éditeur ?

J’ai mis environ six ans à trouver un éditeur. J’entends par là un « vrai » éditeur, qui croit en votre livre, en votre travail, et qui assume comme il se doit tous les coûts.

J’ai reçu des dizaines et des dizaines de lettres de refus, et au moment où je n’y croyais vraiment plus, eh bien, un de mes manuscrits a été accepté…

Léa : Si on parle gros sous, c’est tabou ? Peut-on vivre de l’écriture en France…

Je ne connais pas beaucoup d’auteurs qui vivent de leur écriture. Un auteur ne gagne pas grand-chose sur un livre, 8-10 % du prix hors taxe en moyenne, et il suffit de faire le calcul… Ça représente déjà un paquet de livres pour se faire un salaire.

Personnellement, je commence à bien vendre pour un « jeune » auteur. Mais de là à en vivre…

Léa : Ton actu, peux-tu nous parler de la sortie de ton dernier livre ?

Mon dernier livre, qui vient juste de paraître, est un roman ado-adulte, Mon frère. L’histoire d’un ado qui perd son grand frère dans un accident de voiture et qui va devoir faire face… Un roman qui parle de la mort, mais paradoxalement plein de vie, plein d’entrain… Un roman où il est aussi beaucoup question de cinéma. Mais je n’en dirai pas plus…

Léa : Enfin, si tu devais te réveiller demain matin et que ton plus grand rêve soit exaucé, ce serait quoi ?

Le mot « guerre » aurait disparu du dictionnaire.

Les livres d’Emmanuel Parmentier :

–       Solitudes (nouvelles, éditions Les Nouveaux Auteurs, 2008)

–       Mon copain Antoine (roman jeunesse, éditions Edilivre Aparis, 2008)

–       C’est quoi un bon livre ? (album jeunesse, éditions Grrr…Art, 2009)

–       Eclairs de lune (poésie, éditions Edilivre Aparis, 2010)

–       Mon frère (roman, éditions Grrr…Art, 2010)

Pour an savoir plus, retrouvez-le sur son blog :

http://emmanuelparmentier.blogspot.com

Lire plus

Over the rainbow : la musique a des mots que les mots ne connaissent pas

Lorsque j’écris, chaque livre est toujours associé à une musique qui danse dans ma tête.

Pour le tome 1 des aventures de Léa Jane, c’était « Lost in love » de Legend B
Pour le tome 2, « Heavy cross » de Gossip

Et aujourd’hui, c’est « Over the Rainbow » qui m’accompagne dans les aventures de Benjamin. Une de mes versions préférées est celle d’Israel Kamakawiwoʻole, même si j’adore la version originale de Judy Garland dans le magicien d’Oz.

Image de prévisualisation YouTube
Lire plus

Monde du travail : que c’est bon d’être blonde…

Désolée si je ne suis pas très présente en ce moment, mais je suis au coeur d’une aventure qui m’accapare entièrement ! Non, je n’ai pas un autre homme dans ma vie… Enfin si, il s’appelle Benjamin, mais n’existe que dans ma tête et sous ma plume.

Le tome 2 des aventures de Léa Jane est toujours en gestation lui aussi et comme vous le savez, je m’intéresse au monde du travail et à ses petits travers.

On savait déjà qu’à poste égal, un homme gagne entre 10 et 30 % de plus, cette différence s’accentuant au fil de la carrière ! Ben oui, c’est normal, une femme, une fois qu’elle a des enfants, évite de terminer à 20 heures tous les soirs et devient moins « corvéable ». En bref, vous devenez une grosse feignasse ! Et ça, en général, le gentil patron n’apprécie guère… Alors forcément, les promotions diminuent !

Mais ce qu’on sait moins, c’est que les blondes sont mieux payées que les autres (selon une étude menée par des chercheurs de l’université de Queensland)! Eh oui… 7 % de différence tout de même ! ça vaut le coup d’investir dans une petite teinture capillaire, non ?
Enfin, moi je dis ça, en même temps, je suis blonde !

Bon, la même étude a montré que les blondes seraient plus nombreuses à épouser des hommes riches.
Plus vénales les blondes ? Mah non ! Pure coïncidence…
Ce que ne dit pas l’étude, c’est s’il y a plus de femmes blondes écrivain(e)s… Une petite idée sur la question ?

Lire plus

Bonne fête maman ! Attention, séquence émotion…

En ce jour de fête des mères, je voulais en profiter pour remercier la maîtresse de Loupichat, qui nous a épargné le magnifique collier de nouilles, le vase tube à médicaments ou la boîte à bijoux camembert et coquillages ! Non, cette année, j’ai eu le droit à un super truc à poser sur mon bureau pour mettre mes trombones et punaises avec une tête de vache et une photo de fifille. C’est de toute beauté…

J’en profite aussi pour dire à ma môman à moi que je l’aime.

Et pour revenir 4 ans en arrière, le jour de la naissance de celle qui allait faire de moi une mère…
Je vous livre le seul pseudo poème que j’ai écrit de ma vie, kitchissime à souhait, mais à replacer dans son contexte. J’ai écrit cette bafouille la nuit de mon accouchement, dans ma petite chambre d’hôpital. Fallait bien occuper le temps ! Et, je précise que c’était avant la péridurale !

Une nuit un peu particulière s’annonce
Un peu longue certainement
Un peu angoissante
Mais aussi un peu excitante

La dernière avec mon gros ventre
La dernière sans ce nouveau membre

Une journée un peu particulière s’annonce
Un peu longue certainement
Un peu angoissante
Mais aussi très émouvante

Le plus beau jour de notre vie se prépare
Cadeau tant attendu qui viendra combler nos espérances
J’ai peur de l’inconnu, mais hâte de faire sa connaissance

Hâte de croiser son regard
De voir ton regard croiser son regard

J’espère qu’elle tiendra beaucoup de toi
En ayant un petit brin de moi
Qu’elle soit un petit nous
Que nous aimerons comme nous aimons chaque morceau de nous
Comme j’aime chaque morceau de toi

je te dis donc à demain pour cette nouvelle vie à trois

Et interdit de rigoler !!!!!! Ah Ah Ah ah ah
Promis, depuis, j’ai définitivement arrêté la poésie…

Lire plus

My Major Company Books : qui sera le Grégoire de l’édition ?

Toi, plus moi, plus eux, plus tous ceux qui le veulent,
Plus lui, plus elle, et tous ceux qui sont seuls,
Allez venez et entrez dans la danse,
Allez venez, laissez faire l’insouciance.

Tout le monde connaît Grégoire et la façon dont les producteurs internautes de My Major Company l’ont propulsé en tête des hits !
Celui qui est derrière tout ça est le fils Goldman. Oh là là, ce qu’il ressemble à Jean-Jacques !
La grande nouveauté, c’est qu’ils se lancent dans le domaine de l’édition en s’associant avec XO.
Même principe participatif : les internautes peuvent devenir coéditeurs et participer au lancement du livre en misant des sous sur un auteur.

Dès que vous avez récolté 20000 euros, vous signez un contrat chez XO avec un tirage minimum de 10000 exemplaires. Sympa !
Bon, 20000 euros, c’est une belle somme et il vaut mieux avoir pas mal d’amis ou une grande famille…
Le site vient tout juste d’être lancé et une auteure a déjà récolté plus de 10000 euros !

Certains auteurs sont mis en avant avec présentation, extraits du livre, vidéo et photos (très pros) et une mention spéciale « sélection MMC Books ». Kesako ? Voici ce qu’on trouve sur leur FAQ :

Qu’est-ce que la Sélection MMC Books ?
En vous inscrivant sur My Major Company Books, vous êtes d’abord « au banc d’essai ». Les internautes peuvent découvrir vos extraits et votre univers, mais ne peuvent pas encore miser sur votre livre.
L’équipe de MMCBooks lit tous les textes postés sur le site et sélectionne les livres qui obtiennent une jauge et sur lesquels les internautes peuvent miser : c’est la Sélection MMC Books.

Je trouve le concept plutôt sympathique, même si j’émets quelques réserves quant à sa déclinaison dans le monde de l’édition. Écouter une chanson prend 3 ou 4 minutes, alors qu’un livre… je ne sais pas vous, mais moi, j’ai besoin de le lire en entier pour savoir s’il me plaît !

Mais comme je suis joueuse et que le monde de l’édition est très très difficile, ça pourrait me tenter…
Allez, faites 4 chèques de 5000 pour Léa Jane et on n’en parle plus !!!

En savoir plus : MyMajorCompagnyBooks

Lire plus

Bientôt la coupe du monde de foot ! La France perd et gagne…

Bientôt la coupe du monde ! J’ai Hâââââte !
Mah non, je rigole, je DÉTESTE le foot !

J’ai eu une petite lueur d’espoir en me disant que l’Afrique du Sud, c’est très très loin et qu’il serait difficile pour mon jules de siéger toute la soirée devant la télé, zapette en main. Tu parles ! Avec la technologie actuelle, à part moi, tout le monde s’en fiche du décalage horaire !

Autre frémissement qui m’a redonné le sourire : TF1 a cédé une partie de ses droits de retransmission à Canal+ et à France Télévision. Et nous, on n’a pas Canal+ !
Mais bon, je n’ai pas rigolé longtemps : tous les matchs diffusés sur Canal sont en doublon sur France 2 ou 3, par respect pour le footballer moyen de moins de 50 ans (celui qui boit de la Heineken en mangeant des Mc Cain) !

Le seul espoir qu’il me reste (et j’ai conscience que ce que je vais dire peut heurter la sensibilité des plus fous de foot d’entre vous), c’est que l’équipe de France soit éliminée le plus rapidement possible ! Comme ça, hop-là, on zappe jusqu’à la finale, qu’on regarde quand même, pour la beauté du jeu !
Woooooooooooooooouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu
Mais non, je ne suis pas comme ça …
N’empêche que la chaîne de magasin qui t’offre ta télé si la France gagne la coupe du monde croise aussi les doigts !

Bon, si on les regarde sous un autre angle, et notamment lorsqu’ils posent nus (enfin, torses nus, ce ne sont pas des femmes, hein !) pour Vanity Fair, ils ne sont pas si mal ces joueurs de foot ! Le port altier, des p’tites fesses bien rebondies, de jolies tablettes de chocolat qu’on peut admirer sans prendre un gramme… Peut-être que si on organisait les matchs différemment. On a bien le  foot de rue, pourquoi pas le foot tout nu… Après tout, ce genre de campagne sert à attirer les femmes dans les stades, non ?

Allez, je vous taquine… Mais je crois que j’ai gardé une petite dent contre la coupe du monde !
Revenons 4 ans en arrière, coupe du monde 2006…
On est en finale, on est en finale, on est, on est, on est en finale !
Tout va bien, mon jules est aux anges comme des millions de Français !
Sauf que moi, j’ai eu la bonne idée de mettre au monde la chair de notre chair pendant un match important ! Alors quand vous vous tordez de douleur et que vous suppliez gynéco chéri de calmer un peu le jeu, qu’il passe la tête à travers la porte pour demander à son collègue : « on en est où ? », et qu’il revient vers vous en disant : «ma p’tite dame, va falloir accélérer le travail parce que vous allez me faire louper tous les buts !» Grrrrrrrrrrrr, je hais le foot !

Photo : Annie Leibovitz

Lire plus

Comment sont-ils devenus écrivains : le mythe JK Rowling

Dans la série, « avant d’être célèbres, ils ont tous essuyé des refus », on ne peut pas passer à côté de l’incontournable JK Rowling…
Même si j’entends déjà certains me dire : »ouais, l’argent, la gloire, c’est surfait ! », qui n’aurait pas envie de connaître un tel succès ?!

En 1990, l’idée de Harry Potter germe dans la tête de Joanne Kathleen.
C’est dans un train bondé qui la ramène vers Londres qu’elle imagine ce petit monde. L’image me fait sourire quand on pense aux millions de gens qui se sont ensuite laissés bercer par ses aventures dans leur propre wagon.

De la petite graine qui mûrit à l’achèvement du manuscrit, quelques années passent…
La légende dit qu’elle a écrit son livre à la terrasse d’un café. Quand même, 5 ans, ça fait long sur une terrasse. Non, sans rire, il paraît qu’elle y courait vraiment dès que sa fille était endormie dans sa poussette.

En 1995, elle envoie enfin son manuscrit à un agent littéraire qui lui renvoie illico presto le paquet. Puis à un second, Chritopher Little, qui sera le bon.
Mais les maisons d’édition sont nombreuses à refuser notre ami Harry. Il faudra un an à son agent pour trouver la bonne et signer un contrat avec Bloomsburry.
Je lisais une interview de Barry Cunningham, l’éditeur en question, et voici ce qu’il en dit :

Je n’avais aucun a priori, j’ignorais que mes confrères l’avaient décliné. Je n’ai pas rechigné sur la longueur, j’ai jaugé la capacité à capter l’attention. Je l’ai acheté une bouchée de pain, 2 000 £, pour publication immédiate. Je me souviens de ma rencontre avec Jo, elle était vraiment nerveuse! On devait déjeuner ensemble. Alors que je ne pensais qu’à passer la commande, elle est entrée dans le vif du sujet en me demandant mon avis sur les suites. Elle m’a exposé le plan des sept tomes qu’elle comptait rédiger. Elle avait une confiance inébranlable. Je m’inquiétais, car j’avais devant moi une jeune mère, sans aucun soutien. Même quand un livre pour enfants a du succès, on ne gagne pas des mille et des cents. Je lui ai conseillé de se prendre un petit boulot pour arrondir ses fins de mois.

La suite de l’histoire, tout le monde la connaît…

Quelques 300 millions d’exemplaires vendus, traduits dans 62 langues.
JK Rowling est aujourd’hui plus riche que la reine Élisabeth, avec une fortune estimée, selon le Times, à 280 millions de livres (400 millions d’euros).
Un joli conte de fées !

Sources :
Site officiel de JK Rowling
Interview Barry Cunningham
Photo JK Rowling

Lire plus

Le blog de Léa Jane souffle sa première bougie !

Comme le temps passe vite… Cette semaine, c’est l’anniversaire de mon petit blog qui souffle sa première bougie ! Alors, joyeux anniversaire my blog !
Il y a un an, je décidais donc de faire un break pour me consacrer à l’écriture et d’ouvrir ce blog pour partager cette aventure.

L’heure du premier bilan a sonné :

– Le premier tome des aventures de Léa Jane « Fiche-moi la paix Cupidon! » est bouclé.
Une histoire d’amour, de ruptures, d’infidélités, mais avant tout une histoire d’humour…
Sur ce point, je suis assez contente, car la première partie de ma mission est accomplie. Au départ, lorsque vous couchez les premiers mots, les premières lignes, les premiers chapitres, vous avez des doutes… Car vous ne pouvez pas savoir si vous serez capable d’écrire toute une histoire.
Donc, expérience très positive sur ce point !

– Le second volume est en cours d’écriture. Léa Jane découvre que dans le monde professionnel, il y a toujours pire ailleurs ! Chercher un emploi, apprendre à déjouer les pièges de ses collègues et patrons… Bienvenue dans l’univers impitoyable du monde du travail !
Est-ce que c’est plus facile d’écrire un tome 2 ? Oui et non. Réponse de Breton(ne) !
Oui, parce que si on en a déjà écrit un…
Et non, parce qu’on se demande s’il sera aussi bien, mieux, moins bien… Et surtout parce qu’en parallèle, on attend que le tome 1 soit édité…

– Un troisième roman (top secret) est également en cours d’écriture. Oui, je suis tombée dedans et je n’arrive plus à m’arrêter !

Et côté édition…
Côté édition, comme certains le savent, j’ai trouvé un agent littéraire : Virginia LópezBallesteros. Et pour moi, c’est déjà un grand pas. Certains y sont hostiles, d’autres ont peur de je ne sais quoi, ont des à priori…
Moi, c’était mon choix et j’en suis ravie. D’abord, parce qu’elle connaît bien mieux que moi le monde de l’édition et ensuite, parce que ça me permet de me concentrer uniquement sur l’écriture.

Et maintenant ? On adopte la position du lotus et on croise les doigts. Remarquez, faut être souple ! J’essaie (je dis bien « j’essaie ») de la laisser travailler tranquillement.
Ça paraît super long pour celui qui attend (en l’occurrence moi) ! Et pour les autres aussi, à en juger par le nombre de : »Alors, c’est quand que tu vas être éditée ? » que je reçois chaque semaine.
C’est un monde où il faut être patient. Très patient. J’ai gagné au moins 2 échelons sur l’échelle de la zénitude avec tout ça.

Et côté blog…
Je remercie du fond du cœur les personnes qui ont pris le temps de parcourir ce blog, celles qui m’accompagnent et qui m’envoient plein de petits messages d’encouragements.
J’ai également fait de très belles rencontres, des auteurs, des blogueurs, des éditeurs (un merci particulier à Laura Mare et Élisabeth Robert de La Volpilière).
En tout cas, je ne regrette rien, c’est une très belle aventure…

Et la suite…
Administrer un blog demande quand même un peu (beaucoup) de temps, de travail et de rigueur…
C’est parfois difficile à concilier avec l’écriture d’un roman. Alors avec deux, je ne vous dis pas !
Parce que je suis concentrée sur mes histoires et que je ne peux pas vous dévoiler tout ce qui passe dans ma p’tite tête…
Je vais donc légèrement modifier le format de ce blog. Enfin, vous verrez…
Allez, c’est parti pour une deuxième année ! Qui m’aime me suive. À l’attaque du Mont Édition, plus motivée que jamais !

Lire plus

Avant d’être célèbres, les écrivains ont tous essuyé des refus !

Je m’interroge en ce moment sur les débuts des écrivains. Ceux qui jouissent aujourd’hui d’une certaine notoriété. Difficile de trouver des infos, même pour Léa la fouine ! On a souvent l’impression qu’ils ont envoyé leur manuscrit à un seul éditeur (un des plus grands de préférence), qui devant tant de génie, est tombé à genoux et a prononcé la formule magique : abracadabra, gratte-toi le bras, écrivain célèbre tu deviendras !

Comme j’adore les contes de fées, je m’intéresse aujourd’hui à Didier Van Cauwelaert. Simplement parce que j’ai bien aimé la façon dont il raconte son parcours. Même si l’histoire semble un peu romancée, on sent que ses marraines ont mis un peu de temps avant de se pencher sur son berceau !

Didier Van Cauwelaert est né à Nice en 1960. À huit ans, pour devenir indépendant et nourrir sa famille, il décide de publier des romans. Face aux refus des éditeurs (une demi-douzaine par mois) et aux menaces de ses parents, il est sur le point d’abandonner la littérature à dix ans et demi, lorsqu’il croise Greta Garbo dans un restaurant.
Du hasard de cette rencontre naît l’idée d’un entretien imaginaire. De larges extraits paraîtront dans le courrier des lecteurs de
Télé 7 Jours. Cette première publication inespérée sauve ses ambitions d’écrivain. Il reprend donc son stylo, ses enveloppes et le fichier des éditeurs parisiens.

Après quelques années consacrées au théâtre (il joue Sartre, met en scène Beckett, Anouilh, lonesco) et une brève carrière de critique littéraire pour enfants à FR3 Côte-d’Azur, il finit par trouver un éditeur qui s’intéresse à lui, en 1981, après treize ans de traversée du désert. On comprend donc son agacement lorsqu’on lui attribue une réussite rapide.

D’après ce que j’ai pu trouver sur Internet, l’éditeur en question serait François Nourrissier, des éditions du Seuil, qu’il quittera ensuite pour Albin Michel.
Son premier roman « Vingt ans et des poussières » se verra attribuer le prix de la fondation Del Duca. Bien d’autres suivront… Le prix Roger Nimier en 1984 pour « Poisson d’amour », le prix Gutenberg en 1987 pour « Les vacances du fantôme » et le prix Goncourt en 1994 pour « Un aller simple ».
Joli parcours ! La morale de l’histoire est toujours la même : persévérance et patience sont les qualités essentielles d’un écrivain ! Ouh, c’que c’est dur !

Source : Site officiel de Didier Van Cauwelaert

Lire plus

Salons du livre : un écrivain, ça mord ou pas ?

Ce week-end, j’ai profité du Salon du livre de Châteauroux pour rendre visite à quelques auteurs rencontrés sur la toile. De jolies rencontres comme je les aime…

Mais je me suis rendu compte que la vie d’auteur n’est pas si facile (enfin ça, je le savais déjà, mais j’en découvre tous les jours !).

Un salon du livre, c’est une centaine d’auteurs avec des centaines de livres à découvrir.
Un salon du livre, ce sont des écrivains que vous ne connaissez pas forcément, assis derrière de petites tables avec leurs petits noms.

On s’approche, ça mord ou pas ?
Vous passez nonchalamment, jetez un coup oeil insistant-mais-pas-trop à la couverture du livre, n’osez pas le toucher, de peur… qu’il ne vous morde ?
Peut-être vous dites-vous qu’une fois dans vos petites mains, vous n’allez jamais oser le reposer sans l’acheter, juste sous le nez de l’auteur !

Mais rassurez-vous, un écrivain comprend très bien que vous ne pouvez pas acheter TOUS les livres !
Et  souvenez-vous d’une chose : un auteur n’est pas un vendeur ! Même s’il est bien entendu ravi que vous achetiez son livre et que vous l’aimiez, c’est avant tout un être passionné ! Alors, n’ayez pas peur, approchez-vous et discutez avec eux… Ce sont des gens adorables qui n’ont qu’une envie : partager cette passion !
Ils vous expliqueront pourquoi ils ont choisi tel ou tel thème, les messages qu’ils ont voulu faire passer ou leur parcours d’auteur… Et ça, c’est très intéressant !

J’ai essayé de me projeter 5 minutes de l’autre côté de la table et je me suis dit que ce n’était pas si simple…
Regarder les gens qui passent, sourire mais pas trop, engager ou non la conversation avec les personnes qui s’attardent devant vous, séduire sans agresser… Pfiou, tout un métier auquel l’auteur n’est pas forcément préparé ! Enfin, tout dépend de votre caractère. Certains auteurs sont très à l’aise dans la phase promotion, d’autres sont plus timides ou réservés. En clair, ce n’est pas parce que vous écrivez de bons livres que vous êtes un grand communicant prêt à haranguer les foules…

J’aurais deux ou trois petites suggestions à faire aux organisateurs de salons :

La première (soufflée par ma cop Caro) serait d’installer les auteurs sur des tables et chaises hautes, genre tabouret de bar ? Pas pour boire un godet… encore que ! Mais comme vous êtes observateur, vous avez noté que le visiteur se tient debout alors que l’auteur est assis et que l’un regarde l’autre de haut et vice et versa. Ça n’a peut-être l’air de rien, mais être au même niveau facilite l’échange. Faites donc l’essai, du haut de vos 1m60, discutez avec un champion de basket (et sans talons s’il vous plait !), et vous verrez ce que je veux dire…

La seconde serait de placer devant les auteurs des petits papiers avec la quatrième de couv du livre. Le lecteur intéressé pourrait faire tranquillement son choix et acheter l’ouvrage, non pas directement à l’auteur, mais à la boutique du salon.
Bon, ok, ça obligerait le lecteur à faire un deuxième tour de salon pour la petite dédicace et au niveau logistique, que tout le monde s’y retrouve sur qui a vendu quoi !  Je ne suis pas organisatrice de salons… N’empêche que ce serait plus agréable pour tout le monde.

Quoi qu’il en soit, un salon du livre, c’est avant tout une fête. Un plaisir partagé entre auteurs et lecteurs. Et ça, c’est à ne manquer sous aucun prétexte. En tout cas, moi j’ai hâte !

* photos :  jolies rencontres Nicole Voilhes et Marie-Laure Bigand (Laura Mare), Caroline Vermalle (Calmann Levy) et Elisabeth Robert (La Volpilière)

Lire plus

Même pas peur ! coquilles et autres grosses bourdes…

Vous l’avez certainement vu circuler sur vos réseaux sociaux, mais je n’ai pas pu résister !
J’espère qu’il ne s’agit que d’une (énorme) coquille et qu’il n’y a pas eu de victime…
Je fouinais pour trouver l’explication (sans la trouver), lorsque je suis tombée sur un florilège qui vaut lui aussi son pesant de cacahuètes :

M. Jean C. remercie chaleureusement les personnes qui ont pris part au décès de son épouse.
(La Voix du Nord)
L’église étant en travaux, ses obsèques ont été célébrées à la salle des fêtes.
(Midi Libre)
Comme il s’agissait d’un sourd, la police dut pour l’interroger avoir recours à l’alphabet braille.
(Le Parisien)
Détail navrant, cette personne avait déjà été victime l’an dernier d’un accident mortel.
(L ’Alsace)
A aucun moment le Christ n’a baissé les bras.
(Le Paroissien de Lamballe)
Le syndicat des inséminateurs fait appel à la vigueur de ses membres..
(Ouest France)
Les kinés se sont massés contre les grilles de la préfecture.
(Presse Océan)
Visiblement, la victime a été étranglée à coups de couteau.
(Journal du Dimanche)
Journée du sang : s’inscrire à la boucherie.
(Var Matin)
C’est la foire des veaux et des porcs : venez nombreux !
(La Vie Corrézienne)
Le rapport de la gendarmerie révèle que Alain P. se serait suicidé lui-même.
(Nord Eclair)
La conférence sur la constipation sera suivie d’un pot amical.
(Ouest-France)
Ses hémorroïdes l’empêchaient de fermer l’œil.
(Charente Libre)
Mise au point aux Etats-Unis d’une méthode qui permet de déterminer avec 100% d’exactitude le sexe d’un bébé dès le dixième mois de grossesse.
(Midi Libre)
Il y aura un appareil de réanimation dernier cri.
(Le Courrier picard)
Deux conducteurs étaient interpellés par les gendarmes en état d’ivresse.
(Var Matin)

Source (non vérifiée par mes soins) : Groupe Facebook bêtisier de la presse française

Lire plus

Tous les trucs fous que je rêve de faire et que je ne ferai jamais…

Je ne sais pas si c’est le soleil qui pointe le bout de son nez ou une réaction purement hormonale, mais j’ai envie de mettre un grain de folie dans ma vie. Mais quoi, comment et avec qui le faire ?

Partir pour un tour du monde à vélo ? Sachant que Loupichat a encore des petites roues…
Trouver de faux papiers et m’enfuir au Mexique ? Hum, pas franchement le meilleur plan pour assurer la promo de mon livre…
Vendre tout ce que nous possédons, moi et (surtout) mon chéri et nous laisser guider par un moine tibétain dans la quête de notre surmoi très intérieur, vers une vie meilleure. Enfin, je garde quand même mon ordinateur et une connexion haut débit, sinon je ne vais nulle part !

En manque d’inspiration, je suis allée faire un petit tour sur Internet pour voir ce que mes congénères font de fou dans la vie…

Passons sur les premiers résultats du moteur de recherche : « les 30 trucs pour rendre fou un mec », « je me suis fait tatouer le prénom de tous mes ex, car plus on est de fous, plus on rit… » ou « Ragoutoutou, le ragout de mon toutou, j’en suis fou »

En creusant un peu plus, ce qu’on trouve est assez surprenant.
À la question : « Quelle est la chose la plus folle que vous ayez faite dans votre vie ? » Voici un petit florilège des réponses…

– En 1989, j’ai tenu tête pour la première fois à mon père et lui ai dit que j’allais me marier. J’avais 37 ans.
– J’ai envoyé un poème anonyme à mon mari, qui a remercié sa secrétaire. Ils ont aujourd’hui 2 enfants.
– Je me suis mariée une première fois, une deuxième fois et jamais deux sans trois.
– Il y avait plein de monde aux caisses du supermarché. J’ai pris mon gilet, je l’ai roulé en boule et mis sous mon débardeur pour faire croire que j’étais enceinte.
– Je me suis envolé vers le Canada pour rejoindre une fille que je pensais être amoureuse de moi. Enfin, c’est ce que je pensais jusqu’à ce que je rencontre son mari…
– J’ai arrêté d’avoir peur de tout et j’ai affronté la vie.
– J’ai volé des cartes postales pour les revendre au nom de ma paroisse.
– Un matin, je suis entrée dans une agence de voyages et je leur ai demandé le premier avion, pour n’importe où. Je ne suis jamais revenue.

Mis à part la dernière réponse, il n’y a pas grand-chose qui me tente… Et je dois dire que je m’attendais à des choses beaucoup plus « fun » !
J’ai donc orienté mes recherches vers les grands rêves des Français. Et là, nouvelle surprise en découvrant ce sondage du CSA (novembre 2009) !

Français : à quoi rêvez-vous ?

1 : avoir une maison à la campagne
2 : gagner au loto
3 : vivre le grand amour
4 : vieillir en forme
5 : devenir célèbre, ex æquo avec devenir fonctionnaire (j’avoue que c’est ce qui m’a fait le plus rire).
À choisir…
6 : avoir des enfants
7 : vaincre les maladies
8 : un monde plus bio
9 : avoir du temps

Des aspirations très réalistes (au loto et à la célébrité près)…
Peut-être est-ce parce que 75% des gens déclarent vivre la vie dont ils rêvaient (toujours selon le même sondage).
Que les gens se contentent de ce qu’ils ont. Hum, pas très français, ça !
Ou peut-être est-ce parce que le monde est déjà assez fou…
Et vous, qu’en pensez-vous ?

Lire plus

Terminé le baby blues. Léa jane est à nouveau enceinte … Mais de quoi ?

Et voilà, je suis de retour !
Après un bon bain de foule dans notre chère capitale, salon du livre oblige…
Comment c’était ? Super !
Bon, je n’ai pas fait 1 heure 1/2 de queue pour avoir un petit autographe de Musso, Werber ou Anna Gavalda…

Mais j’ai fait de très belles rencontres. A commencer par mon agent(e), venue de Madrid pour l’occasion, mais aussi des éditeurs (mon futur éditeur ?) et des auteurs adorables (Myriam Chirousse, Sarah Farri et j’en passe…).
Et je vous dis pas la fierté d’arborer mon premier pass « auteur ».
D’accord, un rien me met en joie !
Ce qui est amusant, c’est de voir la tête des gens qui scrutent votre petit sésame et tournent les talons en voyant votre nom : pffff, même pas connue celle-là !
N’empêche que c’est génial pour éviter la cohue à l’entrée du salon ou sortir faire une petite pause sandwich chez Momo (quoi, vous ne connaissez pas Momo ?).
Sauf que du coup, avec ces allées et venues, j’ai perdu Monsieur Jane et Loupichat et on a dû faire un appel au micro, mais bon, je vous passe les détails…

Et après ?
Ben après… vacances, Bretagne, soleil (si !), plage (j’vous jure), fruits de mer… Le pied ? Ben non !
La tête n’y était pas ! Je me sentais bizarre, passant du rire aux larmes, envie de tout mais envie de rien, oppressée, pressée, stressée, avec une drôle de sensation qui me retournait le bidon…
Je me suis dit, tiens tiens, ça me rappelle quelque chose, tu ne serais pas enceinte ma fille ?!
Mais non, rien dans le tiroir. Monsieur le test a été formel : Loupichat n’aura pas de petit frère. Enfin, pas cette fois !
Pourtant, je sentais qu’il y avait quelque chose à l’intérieur de moi qui grandissait et qui n’avait qu’une envie : SOR-TIR de mon corps !

Et j’ai fini par comprendre… Je suis tout simplement enceinte de mon deuxième roman !
Ces derniers mois, j’ai connu une petite période de baby blues après avoir confié roman numéro 1 à sa nounou. Tout ce que j’écrivais finissait dans la corbeille et je ne faisais que penser à ce qu’allait devenir mon premier bébé, si j’allais être une bonne mère… Mais heureusement, la nature est bien faite et je suis aujourd’hui prête pour ce second accouchement !

Alors, je me déclare officiellement en congé maternité !
On en profite, on se concentre, on s’enferme dans sa bulle, on laisse agir les hormones et on écrit…
Et si c’était des jumeaux ?

Lire plus

Léa Jane en mission secrète…

Lire plus

Vendre ses livres d’occasion : et le droit d’auteur dans tout ça ?

Je suis interdite de librairies !
Pour certains, ce sont les casinos, pour d’autres les bistros…
Ben, moi, ce sont les librairies, ou tout rayon culturel où on trouve des petites choses à feuilles.

Pourquoi ? Parce qu’il paraît qu’il y en a 70 cartons au grenier et que je prends trop de place avec mes livres !
Qui a décidé ça ? L’odieux père de mes enfants (pardon chéri) !
Alors, l’autre jour, pleine de bonne volonté, je me suis dit que j’allais essayer d’en vendre quelques-uns…

Des places de marchés pour vendre ses livres d’occasion, il en existe beaucoup sur Internet.
J’ai donc décidé de faire un petit test sur l’une d’entre elles avec un livre de Katherine Pancol, « Les Yeux jaunes des crocodiles ». Snifff !

Côté fonctionnement, c’est très simple. En quelques clics, j’ai ouvert un compte et rempli ma petite fiche de vente.
État du livre : bon (mais j’adore corner les pages ), prix : 4 euros (je me suis alignée sur les autres vendeurs parce qu’il y avait déjà 25 exemplaires des « yeux jaunes » en vente).
Côté tarif, le site prend entre 8 et 14% de commission sur la vente et vous donne une somme forfaitaire pour les frais d’envoi (payés par l’acheteur). Je n’ai pas pu en savoir plus à ce stade, car la page du site était « temporairement indisponible ».

24 heures plus tard, petit message, mon livre est vendu !
Chouette, je vais donc recevoir mes 4€ et 2,39 € de frais de port et pouvoir enfin m’acheter un livre pour me récompenser d’avoir fait un peu le vide dans la maison.
Je file donc à La Poste et après une heure de queue, je paie 3,02€ de frais de port et 0,50€ pour l’enveloppe. ça y est, je suis en train de bouffer ma marge !

Je rentre confirmer que j’ai bien expédié ma commande et regarde ma facture de plus près. En fait, la commission du site est de 2,06 euros ! Glups ! Je n’ai pas fait math sup, mais j’ai du mal à comprendre comment 14% de 4 euros font 2,06€.
En fouinant bien dans les conditions générales de vente, j’ai fini par comprendre. Le site prend bien une commission de 14% sur le prix de vente du livre, mais aussi sur les frais de port (???). A laquelle s’ajoute de la TVA à 19,6 (je ne suis pas fiscaliste, mais il y a un truc qui me turlupine dans cette histoire de TVA supportée par le « particulier » vendeur sur les produits d’occasion)… Et aussi des frais de gestion de 1 euro par vente.

Bilan de l’opération:

Gain réel pour le vendeur ci-après dénommé Miss Jane, c’est à dire moi : 0,81€
Gain de place dans la maison : néant
Chagrin lié à la perte de ce livre : Enooooorrrrrrrme

Quant à l’acheteur, par rapport au prix du livre neuf et en incluant les frais de port, son économie réelle aura été de 91 centimes. Bon d’accord, elle aura le plaisir de lire MON livre. Mais, c’est pas folichon, nos petites affaires…
Permettre à ceux qui ont de petits moyens d’accéder aux produits culturels qu’ils disent… Hum !

Alors, moralité de cette histoire :

Le seul à se frotter les mains dans cette affaire est le site en question qui a empoché une commission de 32% sans gérer ni achat, ni stockage, ni logistique d’envoi.
En faisant ce petit test, je me suis rendu compte que décidément, vendre des livres et gagner des sous, ce n’est pas simple ! Enfin, pas pour tout le monde…
81 centimes par livre, c’est très peu ! Mais c’est aussi, à peu de chose près, ce que gagne un écrivain sur la vente d’un de ses livres… Sur le marché du livre neuf uniquement !
Et là, j’ai une petite pensée pour Katherine (Pancol).
Katherine, je suis désolée, à cause de moi, sur cette vente, tu ne toucheras aucun droit d’auteur ! Et je m’en veux ! Tu ne peux pas savoir à quel point !

Pour ceux qui me connaissent, ce n’est pas mon genre de râler (ou si peu !)…
Mais aujourd’hui, nous sommes bien loin de l’atmosphère « troc et puces » dans lesquels on pouvait dénicher ou vendre une poignée de CD ou de bouquins. Les plus grands vendeurs se sont lancés sur ce marché considérable et il est possible de trouver des exemplaires d’occasion dès le lendemain de la parution d’un livre en librairie.

Certains réclament un « droit de suite » perçu sur les livres d’occasion revendus sur Internet pour les reverser aux différents ayant droits, auteurs et éditeurs.
Je vote pour !
Juste parce que j’ai envie que les écrivains aient encore envie d’écrire de belles histoires et que les éditeurs aient encore envie de donner vie à ces livres…

Lire plus

Laissez-moi rire ! Cherche livres drôles désespérément…

L’autre soir, je préparais la popotte, la télé en sourdine, un verre de vin à la main (pour mon lapin), lorsque j’ai été prise d’une envie irrépressible de rire. Un de ces fous rires incontrôlables qui finissent par vous faire pleurer et vous laissent délicieusement détendue, comme si vous aviez évacué ce trop-plein de je-ne-sais-quoi bloqué à l’intérieur de votre petit corps.
Le pire, c’est que je ne savais même pas pourquoi je riais toute seule…

J’ai fini par identifier la cause à la deuxième vague de soubresauts en entendant l’écho sortir de mon petit écran.
Ma télé rigole ! Alors, moi je rigole ! On est comme ça chez les Jane !
C’est bien connu, le rire est communicatif. Tout comme la morosité…
Bref, revenons à ma télé et cette émission sur la rigologie.

Kesako ? La rigologie ® est un ensemble de techniques psycho-corporelles d’éducation émotionnelle destiné à stimuler la joie de vivre, l’optimisme, la créativité et d’une manière plus générale la bonne santé mentale et physique.

Vous saviez qu’un enfant rit en moyenne 400 fois par jour et un adulte seulement 15 fois ! Et encore, il paraît que 15% des gens ne rigolent jamais ! Si, si, on en connait tous (notre patron, le monsieur des impôts ou celui en combinaison bleue sur sa moto).
Le médecin de la télé nous explique qu’à l’âge adulte, le rire est socialement réprimé.
Pourquoi ? Je ne sais pas ! Ce n’est pas parce qu’on est adulte qu’on sait tout.
Dès les premières années, sur les bancs de l’école, on nous apprend à nous tenir tranquille, bien droit, impassible, à travailler l’expression parfaite, celle qui fait mine de boire les paroles de la maitresse, sans sourire, sans frémir pendant 6 heures d’affilée. Sinon, c’est la colle assurée ! Ben oui, on est là pour apprendre, pas pour rigoler ! C’est bien connu, il y a un temps pour tout… Devenir adulte, c’est devenir responsable, sérieux…

Sauf que souvent, avec tout ça, on oublie de prendre le temps de rire ! Certains sont même obligés de réapprendre à rire en adhérant à des clubs où on se bidonne pendant une heure. On a essayé à la maison. Bon, les cinq premières minutes, on se sent légèrement ridicule, mais après, ça fait un bien fou. Et rire, c’est super bon pour la santé !
Outre ses vertus relaxantes, l’effet du rire crée une sorte de massage interne qui agirait sur les poumons, les organes abdominaux et sur le système cardio-vasculaire.
Une étude récente, menée à l’université du Maryland à Baltimore montrerait même que le rire et le sens de l’humour sont efficaces pour prévenir la survenue des crises cardiaques. Alors, à consommer sans modération !

N’empêche que ! On a beau être motivé, on n’a pas tous les jours envie de rire lorsqu’on est pris par son quotidien, son boulot ou les infos.
La solution : un film comique ou un bon livre plein d’humour ?
Ça y est, vous voyez où je veux en venir ! Mais non, je ne vais pas vous prescrire mon futur livre bourré d’humour (:-)) Enfin, pas pour le moment…
Mais quand on y pense, on trouve énormément de films ou de livres sombres, émouvants, poignants, qui parviennent à vous tirer une petite larme… Mais combien de livres vous font sourire et vous offrent une bonne tranche de rire ?

Même en cherchant bien ? Assez peu …
Pourquoi ?  C’est une question que je me pose souvent… Est-ce que ça vient des auteurs qui préfèrent écrire des choses plus sérieuses ? Est-ce que ça vient des lecteurs qui finalement n’ont pas envie de rire ? Le rire est-il artistiquement réprimé ?
Le débat est ouvert chers amis… Et je suis preneuse de listes de livres qui vont ont fait mourir de rire !

Lire plus

Appel à témoins : patron, boulot, bobo…

Vous tremblez, car votre boss fait de votre vie un enfer ?
Vous vous demandez chaque matin ce que votre supérieur hiérarchique a encore bien pu inventer pour que vous coltiniez son boulot en plus du vôtre ?
Miss 90C a obtenu le poste que vous convoitiez et vous vous demandez pourquoi ?

Non, je ne prépare pas la prochaine émission de Delarue ! Je travaille juste sur le tome 2 des aventures de Léa Jane… C’est encore top secret, mais Miss Jane va connaître bien des déboires sur le plan professionnel. Et vous allez en rire, à ses dépens… Quelle ingratitude !
Pour l’inspiration, je dirais que j’ai eu la chance dans mon parcours, de rencontrer quelques beaux spécimens de la gent patronale.
J’ouvre le journal, je regarde les infos, je pige les arrêts des prud’hommes, j’appelle mes meilleurs amis… Tout le monde a une petite anecdote à raconter. OK, sur le coup, ce n’est pas forcément drôle pour la personne qui le vit, mais colorier les petites scènes du quotidien pour les rendre croustillantes… C’est mon truc !

Alors, si vous avez envie de partager vos petites aventures ou mésaventures dans vos recherches d’emplois ou expériences professionnelles, n’hésitez pas ! Je vous prête une oreille compatissante et peut-être aurez-vous la surprise de découvrir comment mon héroïne s’est royalement sortie de cette situation . Ou pas…

Pour me contacter : lea (at) roman-a-lire.fr

Lire plus

News from Mont Edition : Vous avez dit agent littéraire ?

Quand Monsieur le gendarme me dit « Papiers », j’ai toujours envie de lui répondre « Ciseaux ». Je sais… ce que je peux être puérile des fois ! En plus, ce n’est pas le sujet…
Mais quand on me dit « agent littéraire », j’ai envie de vous répondre, « c’est ma tournée ! »

Vous vous souvenez, il y a quelque temps, j’avais fait un post sur les agents littéraires dont on parle en France : Susanna Léa, Samuelson, Pierre Astier, Virginia López Ballesteros et Marie-Sophie Dumontant. Je me demandais comment on les approchait …
En fait, j’ai fait ma petite cachotière ces derniers temps. Oui, je sais, ce n’est pas très gentil…
Allez, je vous le dis, mais c’est bien parce que c’est vous… C’est officiel, j’ai un agent.
Virginia López Ballesteros, une femme adorable au petit accent espagnol délicieux. Et moi, je l’aime déjà !

Comment tout ceci est arrivé ?
La réponse est toute simple. Je l’ai contactée en suivant les instructions sur son site Internet. Je lui ai envoyé un CV, un synopsis et les premiers chapitres de mon manuscrit. Elle m’a dit qu’elle avait envie de lire la suite. J’ai relu ce mail 217 fois. Je le lui ai envoyé et ai patienté en relevant mes mails toutes les 7 secondes. Lorsque j’ai reçu ce OUI tant attendu, je suis restée le regarder sans trop y croire, j’ai sauté au plafond et j’ai ouvert une petite bouteille de champ. Juste une coupette, me promettant de la finir lorsque nous aurons signé avec un éditeur. Mais bon, vous savez ce que c’est, le champagne, quand ça trainaille, ça perd ses bulles et c’est moins bon !

Alors voilà, le chemin est encore long pour atteindre le Mont Edition, mais ça avance, ça avance…
Dans ce parcours, j’ai rencontré deux autres femmes merveilleuses dont je vous parlerai plus tard… Deux éditrices que je remercie sincèrement, du fond du cœur.

Lire plus

Voyante, ma belle voyante, dis-moi si je vais éditer mon roman ?

Qui n’a jamais été tenté d’aller voir Madame Irma pour qu’elle vous dise : « Ma p’tite dame, je n’ai jamais vu un tirage aussi bon ! Vous allez rencontrer le prince charmant, il vous prêtera sa carte Gold, vous aurez deux merveilleux petits lardons et lorsque vous divorcerez, vous rencontrerez un autre prince encore plus charmant. »
Si on en sort léger et plein d’envies, moi je dis, c’est mieux qu’une séance chez le psy !

Ne rigolez pas ! Beaucoup d’hommes politiques et autres célébrités y courent lorsqu’ils doivent prendre une grande décision genre, est-ce que je dépose une motion de censure ou dois-je adopter un cinquième enfant ?
Bref, depuis un moment, je suis spammée par les sites de tirage de cartes en ligne. Le mot gratuit a attiré mon attention et, bonne comme je suis, j’ai décidé de me dévouer et de tester pour vous.

En arrivant sur le site, on vous demande votre petit nom, votre date de naissance et on vous propose tout un choix de tirages : le tarot de l’amour, le tarot de la chance, magie blanche (?!)…
Une fenêtre s’ouvre avec sa photo et on vous annonce que Madame la grande voyante va s’occuper de vous dès qu’elle aura terminé sa consultation avec sa patiente, enfin, sa cliente.
Alors, moi, j’ai opté pour le tirage : « Votre voeu le plus cher va-t-il se réaliser ? »
Bon, mon vœu, vous savez ce que c’est ! Pas elle, mais elle se débrouille bien !
ELLE me pose tout un tas de questions en m’ appelant par mon prénom (oui, c’est vrai, je le lui ai donné en entrant. N’empêche que ça crée des liens !)

Léa, votre voeu concerne un amour parti, mais que vous voudriez voir revenir ? Non
Léa, votre voeu concerne un travail que vous voudriez obtenir ? Ben, non, pas vraiment !
Chère Léa, votre voeu concerne la chance et votre désir de gagner une importante somme d’argent à un jeu de hasard ? Heu, encore raté, même si ça me tente aussi…

Comme, je ne rentre pas dans les cases, ELLE finit par me demander ce que c’est. Je lui livre donc mon secret : je voudrais éditer mon livre, mais chut, parce que normalement si on le dit, ça ne se réalise pas !
ELLE me dit que c’est drôle, c’est justement ce qu’elle avait ressenti…
ELLE me demande de me concentrer très fort et de cliquer sur 3 cartes du tarot de Marseille qu’ELLE étale devant moi. ELLE me rassure de suite en me disant qu’elle sent une chance incroyable, qu’elle doit travailler pour étudier mon jeu, mais que dans une demi-heure, j’aurai la réponse dans ma boîte mail. Quel stress !!!
Le temps s’égraine lentement mais l’étude tant attendue finit par arriver (30 minutes précises. Ponctuelle Madame la voyante !).

Bilan : Yes ! Yes ! Yes ! Mon voeu le plus cher va se réaliser. Mon livre va être édité. Si, si, c’est écrit noir sur blanc ! Dans les prochaines semaines, les bonnes nouvelles vont tomber.
ELLE me dit aussi qu’elle sent se tisser entre elle et moi des liens spirituels très spéciaux , qu’elle sait des choses dont elle doit absolument me parler si je veux vraiment que mon rêve se réalise…
Mais pour cela, il faut que j’aille tirer 4 autres cartes. Et là, il faut que je me serve de la carte Gold du prince charmant !
Depuis, ELLE m’envoie chaque jour un petit mail de relance… Il faut vraiment qu’elle me parle, elle a vu des choses, ce serait vraiment trop bête de passer à côté pour une histoire de code à 4 chiffres…

Enfin, quand je dis ELLE, je ne voudrais pas briser le rêve de ceux qui croient au père Noël, mais dans un de mes anciens jobs, j’ai participé à la création d’un site de voyants…
ELLE n’est pas vraiment une dame. ELLE, c’est juste une base de données, un programme informatique bien goupillé, qui vous sort une étude en fonction des cartes que vous avez tirées. Et encore… ELLE m’a fait une étude sur ces 3 cartes : « la Tour, l’Hermite et le Pape », alors que moi, je sais bien que j’ai tiré « l’Etoile, le Monde et le Mat ». ELLE ferait bien de changer de lunettes !

Sinon, perso, je crois qu’il existe vraiment des gens qui ont un don. Il m’est arrivé d’en consulter, en vrai, dans leur cabinet, et de voir leurs prédictions se réaliser. Si, si ! Des choses très précises en plus.
On m’a même prédit que je deviendrai écrivain, t’as qu’à voir !
Que mon premier roman serait bien accueilli et le second, un succès. Alors, ça tombe bien, parce que je suis justement en train de l’écrire !
Alors, gentil éditeur, voilà de quoi achever de te rassurer, non ?



Lire plus

Florence Dell’aiera Morey : jeune auteure cherche éditeur

Depuis un petit moment déjà, je m’intéresse au parcours de jeunes auteurs : comment ont-ils réussi à se faire éditer, ce qui les motive, leurs petits trucs d’écrivains…
Grâce à ce blog, j’ai fait de très belles rencontres. Des gens passionnés par l’écriture et qui partagent ce rêve de devenir écrivain. Florence Dell’aiera Morey en fait partie. Florence, c’est un peu une copine de galère avec qui on échange et partage nos petits trucs sur le monde de l’édition. On se soutient, on se remonte le moral en se disant qu’un jour c’est sûr, on y arrivera !
Elle me fait aujourd’hui un grand plaisir en se prêtant au jeu d’une petite interview…

 

Léa : Qu’est-ce qui t’a donné envie de devenir écrivain ? Te souviens-tu d’un élément déclencheur précis ou as-tu toujours eu ce désir en toi ?

Florence : Plusieurs choses ! Dans le désordre : mon mari, que j’ai poussé à écrire. Mes traumas de l’enfance, dont j’aimerais témoigner, mais les romans commencés à l’adolescence sont encore au fond d’un tiroir.  Mon premier enfant, qui m’a fait comprendre que je n’étais pas le centre du monde ! Du coup, j’ai laissé mes rêves de scène et de cinéma. J’ai écrit des scénarios de courts et un long métrage (qui ont rejoint les précédents au fond du tiroir) et j’ai participé à des concours de nouvelles avec mon mari Michaël Morey… Pour résumer, je dirais que j’ai toujours eu ce besoin d’écrire et dès le départ, ce fut dans un contexte de réalisme mêlé à du fantastique.

Léa : Comme tu es décidément mon double, tu as aussi décidé de faire une pause dans ta carrière pour te consacrer à l’écriture et réaliser ton rêve (oui, on est folllllllles à lier !). Comment le vis-tu aujourd’hui ?

C’est à mon mari qu’il faudrait poser cette question ! Il travaille la nuit et écrit le jour. Il m’a donc dans les pattes maintenant ! Ce n’est pas simple de se retrouver en permanence chez soi du jour au lendemain et de s’astreindre à un travail quotidien. Mais en se fixant des dates butoirs, en se donnant des objectifs à atteindre (notamment avec des concours de roman), j’y arrive. À mon plus grand étonnement d’ailleurs.

Je n’ai pas le temps de m’ennuyer, car j’écris mes propres romans et je participe à ceux de Michaël. Je m’occupe aussi de toute la partie communication et démarche commerciale, c’est-à-dire la recherche d’éditeur, pour lui et pour moi.

Léa : As-tu une méthode particulière pour écrire ? Plan, notes ou au fil de tes pensées… Régulièrement ou uniquement lorsque tu sens l’inspiration ?

Il y a deux choses : l’inspiration, les idées. Je les ai en permanence ! J’en ai bien pour quinze ans !
Et puis, il y a la construction (ce qui comprend tout le reste ! Et l’écriture à proprement parler) avec la psychologie des personnages, les lieux, la réflexion sur l’intrigue et comment faire en sorte qu’elle fonctionne le mieux possible.

J’ai une façon de travailler qui est très « scénaristique » (pour les scenarii, je fonctionnais sous forme de fiches). Ce peut être à double tranchant, car la forme très structurée dont j’ai besoin (sinon je partirai dans tous les sens alors que je dois gérer plusieurs personnages, intrigue et sous-intrigue… ) m’enchaîne aussi ! Mais pour moi, un roman (souvent de plus de 400 pages) est une partition de musique. Il y a la portée, les notes et la composition que l’on crée en assemblant le tout : une symphonie, un opéra, une fantaisie… Personnellement, j’estime écrire des œuvres populaires. Je me laisse emporter par les personnages, la « musique » de l’histoire, bien sûr, mais sans jamais oublier mes plans que je restructure lorsqu’il le faut.

Léa : Peux-tu nous parler du roman que tu es en train d’écrire ?

Il s’agit de Catharsis. La saga de Zaphir & Salomé dont les vies se trouvent transformées du jour au lendemain à cause du plus cruel des inquisiteurs ayant vécu au Moyen-Age : Robert le Bougre. Sous couvert de récit fantastique et d’actions, l’histoire parle de la transformation chez l’adolescent et le jeune adulte, de la recherche de soi, de son identité. Tout individu a d’abord été un enfant et un adolescent, et ce n’est pas parce qu’un jour la société le reconnaît comme adulte qu’il ne se pose plus de questions ou qu’il a oublié celles qu’il s’est posées alors !

Tout nous ramène toujours à notre histoire familiale, à nos ancêtres, à nos traumas et à la façon que l’on a d’y répondre. Le titre de ce roman est donc un jeu de mot entre cathare (pour la partie touchant au personnage de Cyrielle, jeune cathare brûlée vive pour ses croyances, ce qui, je trouve, est toujours d’actualité) et  la « catharsis », la transformation. Chacun des personnages du livre est voué à se transformer, que cela soit en fantôme, en immortel ou en passant de l’état adolescent à celui d’adulte. C’est ce que j’aimerai explorer au fil de leurs aventures ésotérico-fantastiques.

Léa: Tu as une autre petite “particularité”, ou plutôt vous… Ton mari, Michaël Morey partage la même passion et écrit lui-même des romans. Comment ça se passe à la maison ? Chacun relit le manuscrit de l’autre ? Vous travaillez ensemble ?

Comme tu l’as compris en lisant les premières réponses, je ne peux pas parler d’écriture sans parler de Michaël ! Nous avons la même passion. Nous avons évolué avec l’écriture dans notre couple. Nous avons tenu bon et depuis quinze ans nous écrivons ensemble et depuis peu, chacun de notre côté. Nous n’avons pas la même façon d’appréhender l’écriture. Michaël est bien plus libre que moi. Nos idées, nos thèmes nous rapprochent. Mais une fois passée la phase de recherche, la phase d’écriture est différente. Michaël écrit chaque jour de manière linéaire. Pour ma part, je travaille tout en amont en fonction de mes personnages et des grilles. Je fais très attention au rythme, c’est pour cela que je travaille sur les romans de Michaël. Pour le moment du moins.

Léa : Tu es en quête d’un gentil éditeur. Tu peux nous raconter comment tu t’y prends ? Comment tu les cibles…

Attention, cela risque d’être long ! Je regarde tout d’abord en librairie, en bibliothèque, sur les sites de vente… quels sont les auteurs publiés dans un genre similaire au nôtre et chez quel éditeur ils sont édités. Je créer un fichier par éditeur sur lequel se trouve tous les renseignements glanés sur Internet. Les plus importants étant les mails des directeurs éditoriaux ou de leur assistant (voire stagiaire si j’y arrive) au service manuscrit. J’envoie par mail une présentation avec photo et résumé du livre afin d’accrocher mon interlocuteur et de lui envoyer le manuscrit en son nom propre. Lorsque j’envoie le manuscrit, je réitère en joignant une lettre d’accompagnement avec photo et tout ce qui peut me mettre en valeur ainsi que le manuscrit.  Mon but est de marquer ma différence et de sortir du lot, comme le ferait un agent littéraire pour son auteur. Il doit le placer. Je dois donc faire de même avec Michaël et moi ! Je fonctionne toujours du plus gros au plus petit (sauf que je ne suis encore jamais passé ni à l’éditeur moyen ni au petit puisque dès le premier envoi nous avons été appelés par les éditions Albin Michel et qu’ensuite je n’ai pas pu démarcher comme je le souhaitais pour des raisons personnelles et professionnelles).

Léa : On dit que vivre de l’écriture en France est mission impossible. Tu en penses quoi, toi ?

Je pense qu’effectivement, il ne faut pas se leurrer, nous sommes dans un pays ou les auteurs (sans qui il n’y aurait pas de livres) sont les derniers maillons de la chaîne, ce qui est assez paradoxal ! Il faut donc avoir un ou plusieurs boulots à côté de l’écriture pour la plupart d’entre nous…
Mais je suis une rêveuse ! Je vis aussi sur mes rêves et il paraît qu’il font avancer !
Je pense donc qu’il est possible de vivre un jour de cette passion et que les aventures de nos héros plaisent au plus grand nombre de lecteurs. En terme de vente (parce que c’est bien de cela qu’il s’agit), cela veut dire que ça peut exploser !
Pourquoi Michaël et moi ne serions-nous pas les futurs Werber, Chattam, Loevenbruck ou Levy ? Quand on veut, on peut. Voilà ce que je pense. Ensuite, cela appartient aux Dieux… et aux lecteurs !

Léa : Tu l’imagines comment ta future vie d’écrivain ?

Je ne l’imagine pas souvent ! Mais lorsque je le fais, toute seule dans mon coin, j’entraperçois ce que vivent les auteurs cités plus haut ! En vérité, je ne sais rien de leur vie, si ce n’est qu’ils sont lus. Donc j’espère que nous serons lus à notre tour. Le monde appartient peut-être à ceux qui se lèvent tôt, mais il appartient aussi et surtout à ceux qui croient en eux ! Il n’y a rien de présomptueux à cela. Je crois en moi et en Michaël. Cela me motive pour écrire chaque jour. Je peux enfin le faire sans me cacher, sans être frustrée à cause d’un travail alimentaire, je ne vais pas me priver.

Léa : Enfin, si je te prête ma baguette magique, qu’en feras-tu ?

Je multiplierai les ventes des livres de Michaël afin qu’il puisse laisser son travail alimentaire pour pouvoir se consacrer exclusivement à l’écriture et ne plus le voir partir le soir pour travailler dans le froid de l’hiver.

Pour découvrir l’univers de Florence Dell’aiera Morey, rendez-vous sur son blog
Merci de nous avoir fait entrer dans ton petit monde. On te souhaite de trouver très vite un éditeur, une belle rencontre avec les lecteurs et tout le succès qui va avec…

Lire plus

Identité remarquable : vous avez dit auteure au foyer

Je traverse une petite crise identitaire en ce moment…
Je tombe souvent sur Madame Bobotte en faisant mes courses. Passées les questions existentielles sur le temps qu’il fait (quel froid aujourd’hui, oh ce vent, marre de cette pluie, il fait trop lourd, ça va craquer !), elle me demande ce que je fais…

– Et bien, heu… j’ai une boîte.
– Si ça marche ?
– Ben là, je fais un break. Non, pas pour élever mes enfants. J’ai écrit un roman.
– Chez qui je suis éditée ?
– Ben, c’est que je ne suis pas encore éditée…
– Quand est-ce que je reprends un vrai travail ?
– Mais, c’est beaucoup de travail !
– Si je suis femme au foyer ?
– Mais noooonnnnnn !
– Comme ça, au moins, vous avez le temps de bien vous occuper de votre mari et de vos enfants. D’ailleurs, il lui faudrait un p’tit frère à votre Loupichat.
– Grrrrrrrrrrrr, elle ne m’a jamais vue aux fourneaux celle-là.

Ah, ces petites cases ! Rien ne va plus quand on ne rentre plus dedans…
Avant, c’était simple, j’étais une de ces « desperate business wife » qui n’arrive pas à jongler pour caser sa fille, qui travaille le dimanche et annule ses vacances parce qu’un petit client a décidé qu’une fois tous les deux ans, c’est amplement suffisant.
Madame Bobotte disait de moi (derrière mon dos) : Pfffffff, c’est bien la peine de faire des gosses si c’est pour dépenser ses sous à payer des nounous !

Et aujourd’hui ?

Aujourd’hui, je travaille dur sept heures par jour pour donner vie à mes petits personnages. Je regarde grandir Loupichat, prends le temps de faire ce que j’aime avec ceux que j’aime. Bon d’accord, je fais aussi la lessive, les courses, le ménage et la popotte…
Madame Bobotte dit de moi (toujours derrière mon dos) : c’est bien beau tout ça, mais ça ne nourrit pas son homme ! C’est bien la peine de faire des gosses si on ne gagne pas de sous pour pouvoir leur offrir tout ce qu’ils veulent !

Alors, je me suis dit qu’il fallait absolument que je me trouve une nouvelle case pour lui rabattre le caquet. Auteur au foyer ? Oui, ce statut provisoire me plaît assez. Avant de devenir auteur édité, bien sûr !
Mais Madame Bobotte, qu’est-ce qu’elle va en penser ?

Lire plus

C’est la Saint-Valentin, haut les coeurs !

C’est un peu comme Noël ou la fête des Mères… Nul ne peut ignorer que le grand jour où tout le monde s’aime, j’ai nommé la Saint-Valentin, approche à grands pas (heu, pour mon jules, c’est dimanche !!!).

La Saint-Valentin, c’est quoi ? C’est le jour où tous les messieurs font la queue chez le fleuriste pour acheter des roses rouges_une valeur sure_, le jour où les restaurants sont bourrés de ces petits couples si mignons qui se caressent la main et se regardent dans le blanc des yeux. Elle est bonne ta quiche, mon coeur ? Oui chérie, passe-moi la salade !

C’est le jour où tout ce qui se vend prend la forme d’un coeur.

C’est aussi le jour où les célibataires jurent que c’est le dernier qu’ils passent sous leur couette à regarder Bridget Jones (sinon sur Canal +, y a le match de foot Bordeaux/Saint-Étienne. Et ça, c’est vraiment trop de la loose pour la Saint-Valentin !). L’année prochaine, c’est sûr, ils auront eux aussi droit à leur morceau de quiche, même s’ils doivent revoir un peu à la baisse leurs prétentions !

Bref, on peut clamer haut et fort qu’on déteste la Saint-Valentin, qu’il n’y a pas besoin d’attendre ce jour-là pour dire à l’autre combien on l’aime, que c’est une fête commerciale et tout et tout…

Mais, mais, mais …
Si je n’ai pas mon petit bouquet de fleurs ou mon pendentif en forme de coeur, si mon jules oublie de me souhaiter cette fête que je dis détester… Qu’est-ce que je vais faire d’après vous ? Ben, je vais râler ! Et me dire que s’il n’est même pas capable d’y penser avec tout ce tapage, c’est vraiment pas la peine de me dire qu’il m’aime le reste de l’année ! Pffffffffffffffffffff, la com-plex-ité de cette petite bonne femme ! Pourtant cette femme, c’est vous, c’est moi, c’est p’t’être même votre femme !

L’année dernière, monsieur Jane m’a emmenée dans un charmant petit village qui s’appelle… Saint-Valentin, le village des amoureux. Il y a le jardin des amoureux avec des arbres à coeur où graver vos petits noms, le kiosque des amoureux pour le petit baiser romantique, le coeur des amoureux où glisser vos trombines pour la photo souvenir, la maison du sentiment amoureux, La Poste des amoureux (avec les timbres coeur, bien entendu !), la boutique des valentins sans oublier le restaurant « Au 14 février ». Leur slogan : la table des amoureux qui séduit les amoureux de la table. ça ne s’invente pas !
Sans rire, les gens viennent du monde entier y déclarer leur femme, enfin, leur flamme ! Kitch à souhait, super mimi, tout ce que j’aime !

Bon, et moi, qu’est-ce que je vais lui offrir à mon amoureux cette année ? Ben rien ! Parce que c’est une fête commerciale ! Et oui, je suis comme ça… Mais lui,  j’espère qu’il n’est pas à court d’idées sinon ça va chauffer !

Lire plus

La musique a des mots que les mots ne connaissent pas

Vous vous souvenez, je vous avais fait partager la musique qui m’accompagnait lors de l’écriture du premier tome des aventures de Léa Jane.
Pour le tome 2, c’est radicalement différent mais toujours aussi pêchu
Cet opus nous transporte dans l’univers impitoyable du monde du travail et dieu sait qu’on a besoin de prendre des forces pour y survivre !

Et oui, chers amis, le monde est parfois cruel…

Écoutez et savourez !

Lire plus

La boulette de Bernard-Henry Levy ou comment dans la vie, on vous attend au tournant…

Depuis hier, pas moyen de cliquer quelque part, d’ouvrir un journal, de tourner le bouton du poste radio ou de télévision sans tomber sur cette histoire de boulette de BHL. Non, je ne parle pas de substance illicite !
Pour ceux qui vivent sur une île déserte, sont actuellement privés de télé ou n’en auraient pas entendu parler, voici la petite histoire…

Pour faire court, dans son dernier livre, BHL s’en prend au philosophe Kant, s’appuyant (notamment) sur un ouvrage intitulé « La vie sexuelle d’Emmanuel Kant ».
Jean-Baptiste Botul, l’auteur de ce livre, aurait définitivement démontré « au lendemain de la seconde guerre mondiale, dans sa série de conférences aux néokantiens du Paraguay, que leur héros était un faux abstrait, un pur esprit de pure apparence ». Vous n’avez pas tout compris ? Moi non plus. C’est pas grave…

Le souci, et ce qui crée ce buzz, c’est que ce Monsieur Botul n’existe pas vraiment.
Il s’agit d’une blagounette très sérieuse de Frédéric Pagès, agrégé de philo et journaliste au Canard Enchaîné.
La vie sexuelle d’Emmanuel Kant raconte l’histoire farfelue d’une communauté d’Allemands de Königsberg (devenu Kaliningrad) ayant fui au Paraguay pour constituer une colonie strictement régie par la philosophie kantienne. C’est sûr, ça aurait dû faire tilt chez le philosophe. Le titre de l’ouvrage peut-être aussi … (il faut savoir que Kant est réputé puceau).
En tout cas,  on ne le redira jamais assez, en toute circonstance, vérifiez vos sources !

N’empêche que !
BHL, moi, je le connais peu. Je n’ai jamais lu un de ses livres. Je n’ai rien contre (ni pour).
Le personnage m’intrigue un peu … C’est  le seul philosophe vivant que je connaisse et je me demande comment il a réussi à faire ça…
Mais je ne peux pas m’empêcher de m’interroger sur le plaisir qu’ont les gens à vous attendre au tournant, à guetter le moindre de vos faux pas et d’en faire une affaire d’état.
Enfin, quand je dis vous, je parle surtout des personnes qui ont une certaine notoriété.

Quoique …
Dans le monde professionnel, il y a toujours quelqu’un pour se réjouir de cette présentation hyppppper importante que vous avez lamentablement plantée devant le comité de direction , de cette promotion que vous n’avez pas obtenue, toujours quelqu’un pour faire circuler la rumeur que Mr Le Tyran, le responsable RH, couche avec son assistante…
Dans la vie de tous les jours aussi, il y a toujours quelqu’un pour se moquer de vos rondeurs trop prononcées, de vos oreilles trop décollées, de vos chaussettes dépareillées…

Bref, je me demande pourquoi il y a tant d’Oranginas rouges !!!! Pourquoi les gens sont si méchants !

Pour en revenir à BHL, passé ce petit moment de solitude, ça lui offre un joli coup de pub…
Pour Monsieur Botul/Pagès, c’est assez flatteur qu’un philosophe ait pris sa thèse au sérieux…
Et pour moi, le comportement humain reste une source d’inspiration inépuisable !

Je lisais ce matin dans mon petit magasine Cosmo cette petite phrase : Ce sont les faiblesses des autres qui font notre force.

Alors, méditons…

Lire plus

Et les bonnes résolutions dans tout ça ?

Avec ce début d’année un peu mouvementé, je me suis rendu compte que je n’avais même pas pris de bonnes résolutions pour 2010 !
Mais franchement, cette année, je ne suis pas inspirée…
Je suis donc allée regarder parmi les bonnes résolutions que prennent les autres Français :

En tête, faire plus de sport.
Alors, le sport et moi c’est une longue histoire… Championne de dispense de gym de la maternelle à la terminale. Deux genoux cassés (en même temps ! chute de poney), triple fracture des poignets, fissure de la clavicule et j’en passe…
Alors le sport, je ne suis pas sure que ce soit me rendre un grand service ! J’ai bien pensé à une Wii Fit…

Faire un régime.
Alors là, je vous arrête tout de suite. Parce que pour moi, les fêtes ont rimé avec bouillon de poule et antiviraux. Alors, les abus et les kilos en trop, connais pas. Faut bien qu’il y ait quelques points positifs à tout ça !
Pour ce qui est des 5 fruits et légumes par jour, j’vous jure que j’essaie ! Ne jurez pas Léa Jane !

Trouver un meilleur équilibre entre sa vie familiale et professionnelle.
Mon jules a opté pour ça. Il a tenu deux jours, avant de rentrer à 20h30 !
Pour moi, l’équilibre familial, ça marche pas mal depuis que je fais un break pour écrire.
Maintenant, va falloir trouver un équilibre artistico-professionnel.
P’t’être que je pourrais cocher ça comme grande résolution pour 2010 ?

Pour ceux, qui sont comme moi, un peu en panne d’idées (à ma décharge, ça fait déjà 35 ans que j’en prends et que je ne les tiens pas), vous saviez qu’ils avaient lancé des kits « bonnes résolutions » à offrir ?

A l’image des Smartbox, une collection propose notamment un coffret « Arrête de fumer ! » avec un séminaire de quatre heures suivi d’un soutien personnalisé de deux mois, le tout sous forme d’une carte prépayée. Une offre inédite en effet. On prend de bonnes résolutions pour vous ! Y a des jours, on se demande pourquoi on se creuse la tête…

Et sinon, le kit « Édite ton roman en 2010 », ça existe ?

Lire plus

Calamity day chez les Jane, entre réalité et fiction.

Vous ne vous dites jamais que vous auriez mieux fait de rester couché ?

Moi, ce matin, quand le réveil n’a pas sonné, j’aurais déjà dû me méfier…

Le papa de Loupichat bondit, allume la lumière (pléonasme, je sais, mais ça fait tellement mal aux yeux !), ouvre les volets, vous demande s’il a une chemise de repassée :  « Dépêche-toi, t’es en retard, tu ne t’es pas réveillée ! ». Ben ça, je sais, merci !
Vous posez doucement un pied à terre, mais même en prenant toutes les précautions du monde, c’est le pied gauche qui a été le plus rapide. Ça y est, vous êtes réveillée. Mais de mauvais poil !
Vous vous ruez dans la chambre de Loupichat, allumez, ouvrez les volets, songez qu’elle n’a rien de repassé : « Dépêche-toi, on va être en retard à l’école ! ». Elle se met à pleurer. Vous vous énervez.

Vous appuyez machinalement sur le bouton de la cafetière et courez pour être la prem’s dans  la salle de bain. Loupé !
Loupichat pleurniche encore parce qu’il n’y a plus de Chocopops . Son papa aussi, car vous avez oublié de mettre l’eau avec le café, alors forcément, c’est moins bon…
Ah le p’tit dej de la famille Ricoré…

Vous finissez par embarquer tout le monde dans la voiture et déposez vos petits paquets devant leurs bureaux avec leurs cartables. Flute, vous avez oublié leurs gouters.
Vous filez chez L’clerc avant que la horde de retraités ne se rue sur les rayons. (c’est effroyable de voir comme ils se battent pour un rosbif !). Vous remplissez  votre chariot le plus vite possible_ on verra bien ce qu’on peut faire à manger avec tout ça_ et arrivez à la caisse à bout de souffle.

Vous fourragez dans votre sac à la recherche de votre porte-monnaie. Ouiiiiiiiiin ! Vous vous souvenez que vous l’avez laissé bien en évidence sur la table de la cuisine avec le gouter pour ne pas l’oublier. « Vous voulez que je vous garde tout ça ? » vous demande la caissière visiblement agacée. Vous regardez votre pile de surgelés en train de suer et remontez les allées du supermarché pour tout remettre en rayon.
Vous rentrez chez vous, attrapez votre petite carte toute bleue, songez que sans elle vous êtes bien peu de choses et refaites le tour des rayons que vous connaissez par coeur. Bon, y a plus de rosbif, vous arrivez après la bataille.
Vous sortez enfin, soulagée, et voyez un attroupement sur le parking.
AH ah ah, y a une voiture qui recule toute seule. La couleur vous rappelle vaguement quelque chose. Heureusement, un gentil poteau la stoppe dans sa course. Merdasserie ! Vous la reconnaissez, c’est la vôtre de voiture !!! Enfin, celle du papa de Loupichat.
Vous prenez votre voix la plus enjouée :  « Heu, ça va mon chéri ? Oui, moi aussi, juste un petit accrochage, trois fois rien ! Heu… comment fait-on un constat avec un poteau ? Non, ce n’est pas moi, je n’étais même pas dans la voiture ! ». Vous ne comprenez pas trop ses explications derrière ses cris d’orang-outan. Belle soirée en perspective…

Vous rentrez enfin à l’abri dans votre nid douillet. Vous vous préparez un bon plat de lasagnes pour vous remettre de vos émotions (1 minutes 30 au micro-ondes, merci Marie !) . Le téléphone sonne. C’est l’école. Vous avez oublié qu’il y a grève de cantine aujourd’hui. Loupichat vous attend toute seule, en pleurs derrière la vitre . Vous baissez les yeux, prenez votre air de mère repentie et récupérez votre progéniture, vous confondant d’excuses auprès de la maîtresse. Vous avez l’impression d’avoir 5 ans.

Il est 13h30 et vous n’avez qu’une envie, vous coucher… Qui sait ce qui va bien pouvoir se passer dans les 6 heures à venir ! Dans un cas extrême comme celui-là, mieux vaut trouver une activité calme et sans danger. Écrire un petit chapitre de votre roman ? Mouais. Est-ce bien raisonnable ?

Oui, je sais ce que vous pensez : la vie est une vraie source d’inspiration, profitons-en ! Vous avez raison. C’est justement là où je voulais en venir.
On dit souvent que la qualité première d’un écrivain est une grande imagination. Certes. Ce n’est sûrement pas en faisant ses courses que JK Rowling a créé  l’univers de Harry Potter. Remarquez, il parait que c’est à la terrasse d’un café.
Mais en observant attentivement ce qui se passe chez vous, autour de vous, les choses, les gens, leurs réactions, petites manies, vous trouverez une super mine à exploiter.
Bon, il ne s’agit pas de tomber dans le récit (c’est un autre genre). C’est là que l’imaginaire entre en scène… le style, la structure du récit… Avant que votre vie ne devienne un roman qui intéresse le lecteur, il y a quand même un peu (beaucoup) de boulot !

Mais en tout cas, avant, votre vie à la Pierrette Richard vous agaçait profondément !
Maintenant, vous ouvrez simplement votre carnet et notez, notez, notez…

Lire plus

Nouveau talent : entretien avec Caroline Vermalle

Caroline Vermalle est l’auteur du roman « L’Avant-dernière chance » (ed. Calmann-Lévy). Elle a remporté la deuxième édition du prix Nouveau Talent 2009 Fondation Bouygues Telecom / Metro.
Un prix dont la particularité est de récompenser un premier roman qui intègre le langage SMS et des messageries instantanées à la structure narrative du récit.

Attention, ce n’est pas un roman écrit en langage incompréhensible, loin de là !
Je l’ai lu, trouvé beau, doux, bien écrit et avec une dose de SMS utilisée à bon escient !
Elle me fait aujourd’hui l’honneur de répondre à quelques questions sur son parcours.

Léa : Quand vous êtes-vous dit que vous aimeriez devenir écrivain ? Y a-t-il eu un élément déclencheur ?
A 9 ans je me souviens avoir écrit un thriller passionnant dans le style d’Agatha Christie, qui devait bien faire au moins… une page ! Quelques étapes-clé comme le séminaire de dramaturgie de Robert McKee et de longues années à écrire pour la télévision britannique. Et bien entendu la découverte du concours de roman à l’initiative de la Fondation Bouygues Telecom.

Léa : Qu’est-ce qui vous a poussé à participer à ce concours ? Ecrire un roman pour un concours, c’était assez risqué, non ? Vous aviez songé à un plan B ? En tout cas, bravo, le risque a payé !
J’ai écrit “L’avant-dernière chance” spécifiquement pour le concours/Prix Nouveau Talent. C’était un défi, je voulais d’abord me prouver que j’étais capable d’écrire un roman. Etre écrivain demande un apprentissage long et rigoureux – j’étais donc à des années lumière d’imaginer que ce premier essai aurait le succès qu’il a finalement eu !

Léa : Vous pouvez nous raconter ce que vous avez ressenti à l’annonce des résultats ?
Une très grande surprise, un bonheur jubilatoire et une profonde anxiété, dans cet ordre. Le tout arrosé d’une quantité indécente de champagne.

Léa : Comment vit-on cette nouvelle vie ? La promotion, les dédicaces, la rencontre avec ses lecteurs ?
On vit la promotion d’un premier roman à peu près comme on surfe un tsunami. Les premiers mois ont été ennivrants et fous et riches et extraordinairement bruyants. Puis petit à petit tout redevient calme. Aujourd’hui c’est juste moi devant mon écran…

Je continue, en revanche, les séances de dédicace – c’est la cerise sur le gâteau. “L’avant-dernière chance” délie les langues – peut-être parce que l’histoire parle de relations grands-parents/petits-enfants ou peut-être juste parce qu’il est optimiste en ces temps de crise, qui sait. Quelques rendez-vous sont déjà pris pour 2010 : un café littéraire le 20 mars à Vendôme et le Salon du Livre à Châteauroux en avril. J’ai hâte !

Léa : Avez-vous une méthode particulière pour écrire, des petits trucs d’écrivain ?
De la rigueur dans la structure narrative. Beaucoup de recherche dans les sujets abordés pour éviter les clichés. Et le travail effectué entre 5h et 8h du matin est incontestablement le meilleur. Je le sais bien… encore faut-il pouvoir se lever ☺

Léa : Vos projets pour la suite ? Un second volet ? Je ne peux pas m’empêcher de vous demander si vous allez conserver une part de langage SMS ou si la page est tournée ?
Pour les SMS, la page est effectivement tournée. Mais certains personnages de “L’avant-dernière chance” n’ont pas tout révélé, alors ils réapparaîtront dans “Le Vent se Lève Tard”. Je peaufine encore mon manuscrit. Il y a également sur mon bureau le scénario d’une bande dessinée, des notes pour un 3ème roman, ainsi qu’une nouvelle à moitié finie.

Léa : Si on parle ventes et gros sous, c’est tabou ? Peut-on vivre de l’écriture en France ?
Question en effet délicate. Prenez le cas de “L’avant-dernière chance”. Il est publié chez Calmann-Levy et lauréat d’un prix littéraire. Les critiques sont excellentes, que ce soit sur les blogs de lecture ou sur France Culture. Il a fait également l’objet de deux autres éditions, une à gros caractères (chez les éditions A Vue d’Oeil) et une autre, à venir été 2010, en Allemagne. Bref, “L’avant-dernière chance” marche. Suis-je heureuse ? Je suis comblée ! Suis-je riche ? J’en suis très, très, très loin… Rendez-vous dans 10 ans et je pourrai peut-être vous dire si on peut vivre de la littérature !

Léa : Vous consacrez-vous uniquement à l’écriture ou exercez-vous un autre métier en parallèle ?
J’écris à plein temps mais ma “vraie” carrière est dans les documentaires TV – métier que j’ai exercé 8 ans à la BBC à Londres. Je travaille donc actuellement en tant qu’auteur et script-doctor sur des documentaires français.

Léa : Enfin, si vous deviez vous réveiller demain matin et que votre plus grand rêve soit exaucé, ce serait quoi ?
L’assurance que je pourrai garder pour le restant de mes jours ce que je possède aujourd’hui.

Merci Caroline !
Envie d’en savoir plus et de lire L’avant-dernière chance ?

http://www.amazon.fr/Lavant-dernière-chance-Caroline-Vermalle/dp/270213999X

Lire plus

Ce qui fait le prix d’un livre…

Le prix de vente d’un livre se situe généralement entre 15 et 25 euros. Trop cher, râlent certains… Pas assez rentable, disent les autres !
Mais contrairement à certaines idées reçues, ce ne sont ni les auteurs, ni les éditeurs qui mangent la plus belle part du gâteau.

Il y a d’abord la fabrication du livre à proprement parlé. Et le papier, ça coûte cher ! Puis viennent les distributeurs et les diffuseurs. Alors, pour info, le diffuseur est le « représentant » ou le commercial qui présente les nouveautés aux libraires, grandes surfaces et autres détaillants, celui qui enregistre les commandes et les réassorts.
Le distributeur, c’est celui qui assume les tâches liées à la circulation physique du livre (stockage, transport) et à la gestion des flux financiers qui en sont la contrepartie : traitement des commandes et des retours, facturation et recouvrement.

Puis vient le détaillant, celui chez qui vous achetez vos livres, qui est de loin, le plus gourmand !
Et la bougie sur le gâteau, c’est la TVA, réduite pour le livre…

Quand on regarde ça de plus près, on comprend aisément pourquoi certains se livrent une guerre sans merci pour s’imposer sur le marché de la vente en ligne et de l’e-book. Economie de structure pour l’un et de coûts de fabrication pour l’autre…

Dans 10 ou 15 ans, le livre sera-t-il un objet électronique exclusivement vendu en ligne ?
Si on parle gros sous, l’économie pourrait varier entre 10 et 40% sur le prix des livres … A moins qu’on ne répartisse ce gain en donnant plus de crème chantilly à l’auteur ? Personnellement, je vote pour cette mesure ! Adoptée à l’unanimité, ok !

Non, sans rire, un livre c’est aussi un objet magnifique, fait avec beaucoup d’amour par de véritables passionnés juste pour vous… Alors, il ne doit pas disparaître !
D’abord, parce que j’adore corner les pages et ensuite parce que je passe déjà mes journées derrière un écran ! Alors sortir ma petite liseuse le soir, pas question !
D’autant qu’aujourd’hui, mes petits yeux sont relativement en bon état, mais dans un avenir pas si lointain, c’est la presbytie qui me guettera !

Et rien ne doit perturber ce délicieux moment de détente. Celui où je m’ immerge complètement sous la couette (sauf la mimine qui tourne la page) et dans une merveilleuse histoire, avant de sombrer dans un profond sommeil, accompagnée de ces nouveaux amis imaginaires.

Enfin, tout ceci n’engage que moi ! Au secouuuuuurs ! Je deviens complètement réac !
Bon, si ça donne le goût de la lecture à certains, aux ados par exemple, je trouve ça très bien ! Et si ça permet de rendre ces formats accessibles à toutes les bourses, c’est encore mieux ! Tout ce que je souhaite, c’est que les deux cohabitent ! Parce qu’on m’a déjà fait le coup avec ma collection de 45 ou 33 tours que je ne peux plus écouter faute de platine. Bon d’accord, ce parallèle est un peut tiré par les cheveux parce qu’il me restera toujours des yeux (certes presbytés comme on l’a souligné) pour les lire, mais bon…

De toute façon,  lorsque Loupichat aura 20 ans, ça la fera bien marrer de voir sa vieille mère tourner les pages de son  livre alors qu’un gentil Monsieur  lui lira la même histoire dans son iPhone en lui demandant : « Si vous voulez lire le tome 3127 des aventures de Léa Jane, tapez 1. Sinon, tapez 2 ! »

Ben oui, faut vivre avec son temps …

Source SNE

Lire plus

Dur dur d’être un adulte ou quand chacun cherche midi

Épiphanie oblige, je suis allée acheter une belle galette toute dorée chez mon petit boulanger. Loupichat adore la galette !
Madame la boulangère me dit : “Pour que votre Loupichat tombe sur la fève, rien de plus simple, il y en a une à midi et l’autre à trois heures.” Hummmm… Vous savez comment on trouve le midi d’une galette, vous ? Sans la saccager à coup de couteaux ! Passons…
Mais cette petite phrase, innocente au premier abord, me turlupine depuis…

Pourquoi Loupichat a-elle toujours la fève ? Pourquoi le monsieur du manège lui donne-t-il toujours le pompon ? Pourquoi gagne-t-elle toutes les parties d’Hippoglouton  ?

Sans passer pour une mère indigne, je me demande pourquoi on leur apprend qu’on gagne à tous les coups alors que dans la vraie vie d’adulte, ça ne marche pas tout à fait comme ça !
Je me demande aussi pourquoi mon buraliste ne me dit pas : « Il y a un Tacotac gagnant à six heures et un autre à Dix », « Jouez les 6, 9, 39, 13, 44 et 14, ce sont les numéros gagnants du loto de demain » !!!

Pffffffffffffff, devenir adulte, pour ceux qui ont conservé leur âme d’enfant, c’est vraiment pas drôle !
Profite Loupichat, profite !

Lire plus

Comment démarrer l’année en beauté : défense de rire !

Avant d’entrer complètement en 2010, revenons quelques jours en arrière…

Vous voici fin prête, la maison fermée, les bagages entassés, les factures réglées… Prête à rentrer dans votre chère région natale pour profiter de ces instants de trêve en famille !

Vous regardez Loupichat et pensez qu’elle est un peu jeune pour avoir de l’acné.  Petit arrêt chez le médecin. Dame Varicelle a décidé de partir en vacances avec vous ! Qu’à cela ne tienne, en regardant les photos de Noël 2009, dans quelques années, vous en rigolerez !

Noël se passe dans la joie et la bonne humeur, le père Noël a dit a Loupichat de ne pas se gratter et ça a marché ! Le réveillon du nouvel an se profile à l’horizon… Le grand match a lieu chez vous cette année et votre Jules s’active devant les fourneaux… Cannelloni de crabe farci, mousse saumon et foie gras, homard grillé et son beurre de crevette. Hummmmm ! Quand il reçoit, il ne rigole pas !

Vous, vous ne faites rien parce que vous vous sentez un brin fatiguée et  fiévreuse. C’est bien connu, les vacances de Noël sont hypppper crevantes ! On mange trop, on boit trop, on veille trop, et trop c’est trop ! Vous restez enroulée dans votre couette, l’encourageant de vos « Tu salis toute ma cuisine ! », « On voit que ce n’est pas toi qui fait le ménage ! », « Ouais c’est bon, mais ce ne serait pas un peu gras ! »
Oui, ça aussi c’est bien connu, quand vous êtes fatiguée, vous êtes grognon !

Vous vous trainez jusqu’à la douche histoire de vous réveiller un peu et là, horreur, vous êtes couverte de petits points rouges !!! Sûrement, une intoxication alimentaire ! Il faut dire qu’hier, vous avez dîné chez belle-maman (oups !). Vous filez chez le médecin. Un 31 décembre à 18 heures !
Et le verdict tombe : Va-ri-celle !!!
– Mais c’est pas possible, c’est noté là, noir sur blanc, sur mon carnet de santé ! La petite Léa Jane a eu la varicelle en 1976 ! Pffffffff maladie à immunité permanente, mon œil !
Le gentil médecin, mort de rire,  me répond que c’est extrêmement rare mais que ça arrive. Et que je vais en baver pendant au moins 10 jours parce que chez l’adulte, c’est coton comme maladie !
– Merci M’sieur !

Bon effectivement, je suis clouée au lit avec 39 de fièvre, incapable de poser un pied par terre. J’ai compté les boutons : environ 250 (sur une face). Sur l’autre, je ne sais pas, mais le papa de Loupichat pousse des cris d’horreur en me badigeonnant de l’éosine dans le dos et dit qu’on gagnerait du temps à me tremper dans le pot.

Mais le plus terrible, c’est d’annoncer à la dernière minute à vos invités que la grande et incontournable soirée strass et paillettes est annulée et que pour le baiser sous le gui, on repassera !
– Oui, Clara, je sais que tu avais acheté une robe juste pour l’occasion ! Oui, on sert quand même  les repas mais uniquement à emporter !

Et ce qu’il y a de terrible aussi, c’est votre Loupichat qui regarde en rigolant ses p’tits boutons disparaitre et sauter sur vous.
– Tu grattes pas maman, hein !
GRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR
En tout cas, en regardant les photos de cette fin d’année 2009, vous n’êtes plus très sûre que vous aurez envie de rigoler ! Et de toute façon, vous avez toujours trouvé ça très surfait le réveillon !
Ce que vous comptez faire l’année prochaine ? Heu… les oreillons ?

Lire plus

Léa Jane est en vacances et vous souhaite de joyeuses fêtes

Je vous souhaite à tous d`excellentes fêtes de fin d`année ! Que tous vos souhaits se réalisent en 2010 ! On se retrouve l’année prochaine avec quelques nouvelles croustillantes !!!
Je vous remercie pour votre soutien et les nombreux messages d’encouragement !
À très bientôt !
Léa

Lire plus

Il paraît que c’est bientôt Noël…

Difficile de l’ignorer … Avec tous ces hommes à barbe habillés en rouge qui se baladent dans les rues en criant HO HO HO… On se doute bien que quelque chose se prépare !
Loupichat, 3 ans 1/2, en perd un peu son latin !

C’est vrai, on lui raconte que le père Noël est un homme hyper booké qui ne sort de sa tanière qu’une fois l’an, qu’il fait sa tournée de Noël en quelques heures à peine grâce au traineau super sonic et ses rennes qui carburent aux piles Wonder …

Et dès qu’on met un pied dehors, on tombe sur un père Noël !
Des petits, des gros, des frisottants, des myopes à lunettes… Il y en a même qui font de la pub pour le nouveau forfait de chez XFR et d’autres qui vous offrent une photo pour l’achat d’un big mac ! Pffffffffff, il devrait y avoir une loi pour protéger les rêves des enfants !

Sinon, niveau course aux cadeaux, vous en êtes où ? Moi, je ne sais pas comment je fais mon compte ! Chaque année, j’ai l’impression d’être super bien organisée et je me retrouve toujours le 24 décembre à 18h30 dans les rayons de la FNAC à hésiter entre le dernier Marc Levy ou le dernier Musso pour la tante Huguette que j’oublie systématiquement. Allez savoir pourquoi ! P’t’être parce que chaque année, elle arrive en ronchonnant contre cette fête devenue trop COM-MER-CIALE, qu’elle n’a prévu de cadeaux pour personne  et  espère qu’on a fait de même !
Cadeaux qu’elle prend tout de même, sans dire merci et critiquant le phénomène LevyMusso, mais bon, on respire un bon coup et on trouve la dinde délicieuse. C’est Noël !

Parce que Noël c’est aussi le moment où des milliers d’étoiles éclairent les yeux de Loupichat ! Lorsqu’elle descend à cinq heures du mat vérifier que les petits gâteaux et le verre de lait ont disparu et laissé place aux joujoux tant convoités.  Noël, c’est aussi un moment magique où on offre un présent juste pour dire  je t’aime à ceux qui nous sont chers. Un moment de fête que l’on aime partager en famille.

Et quand je dis famille, je pense aussi aux familles d’auteurs et aux charmantes mères Noël rencontrées en cette fin d’année. 3 femmes adorables qui ont croisé mon chemin et que je voudrais remercier.
Et un merci particulier à celle qui voudra bien m’adopter !

Joyeux Noël à vous tous !

Léa

Lire plus

C’est au pied du mur qu’on mange des merles : rencontre avec Luc Doyelle

Auteur des « liaisons presque dangereuses« , son nouveau roman « C’est au pied du mur qu’on mange des merles«  sort aujourd’hui !
Luc m’a fait le plaisir de répondre à quelques questions, à sa façon, toujours avec humour… Tout ce que j’aime, quoi !

Léa : Quel a été l’élément déclencheur, ce qui t’a poussé à écrire un premier roman ?

Tout a commencé un soir de brume, alors que je cherchais un raccourci que jamais je ne trouvai. J’avais entrepris l’ascension de l’Annapurna par la face nord des grandes Jorasses, accompagné d’un sherpa pas cher. Arrivé au sommet, je m’écriai : « Je serai écrivain, ou rien ! ». Comme je mets un point d’honneur à accomplir mes propres prophéties, et que je n’aspirais pas à m’engager vers le néant, il ne me restait qu’une solution : écrire.

Léa: As-tu une méthode particulière pour écrire ? Tes petits trucs d’écrivain…


Je fais trois fois le tour de mon jardin à cloche-pied, puis j’ouvre une page Word (c’est une étape obligatoire = pas moyen de trouver un stylo qui fonctionne, dans cette satané baraque !). Je vide mon esprit, et je me place en mode « écriture automatique ».
A chaque page noircie, je joue « La dispute d’Amélie Poulain » au piano. Ensuite, je reçois la visite des flics qui viennent constater le tapage nocture (ou diurne, car j’écris aussi dans la journée).

Un plan précis ? J’ai oublié ce qu’était un plan depuis le bac philo.
J’écris parfois 15 pages par jour, puis je laisse décanter pendant des mois, tandis que l’histoire continue à se construire dans ma tête…

Léa : Peux-tu nous raconter ton Koh-Lanta de l’édition ?

Après avoir écrit mon premier roman, je me suis écrié, du haut de la tour Montparnasse : « Ce sera Albin Michel, ou rien ! »
J’ai donc pris rendez-vous avec Albin Michel, au Fouquet’s, un mardi du mois de novembre à midi, mais curieusement, il n’est pas venu. Je me suis consolé en dévorant une salade de raviolis à la langoustine.
J’ai procédé de la même manière avec tous les grands éditeurs. Pour mettre toutes les chances de mon côté, j’ai même tenté le coup auprès d’Edith Cresson, Edith Piaf, sans résultat.
Je me suis dit alors qu’il me fallait une couverture médiatique. Je me suis inscrit à « Des chiffres et des lettres » et à « Questions pour un champion », où j’ai gagné une encyclopédie sur les Papous.
J’ai été recalé à « Fort Boyard », parce que j’avais les pieds plats, et aussi parce que j’avais tiré la barbe du père Fouras, parce que j’avais un doute sur son authenticité.

Léa : Petits et grands éditeurs : ça évoque quoi pour toi ? Quelles différences ?

Un grand éditeur, c’est un type bourré aux as, qui peut diffuser sur RTL une pub pour un roman calibré, programmé pour cartonner au box office.
Un petit éditeur, c’est un autre type qui risque sa vie à chaque instant pour faire connaître un auteur qu’il a aimé (pas d’amour tendre. Juste professionnellement parlant).

Léa : Si on parle gros sous, c’est tabou ? Peut-on vivre de l’écriture en France ?

Oui, on peut en vivre, si on est expert comptable, mais c’est rébarbatif. Vivre en écrivant des romans ? Oui, je crois qu’on peut aussi, tout comme on peut ressusciter après avoir été cloué sur une croix, ou comme on peut ouvrir la Mer Rouge en deux pour laisser passer ses copains en revenant d’une croisière sur le Nil.

Léa : Ton actu, peux-tu nous parler de la sortie de ton dernier livre ?

Oui, il sort aujourd’hui ! (le 18 décembre 2009, pour ceux qui liront cet article dans six mois). Son titre ? « C’est au pied du mur qu’on mange des merles ».
C’est mon deuxième roman. Le premier a rencontré un accueil chaleureux (incandescent, devrais-je préciser). Ce nouvel opus, disponible sur le marché du même nom, n’est pas une suite, mais il reprend les personnages (attachants, précisons le) que mes lecteurs ont tant aimés (ce sont eux qui le prétendent !).

Un petit pitch ? D’accord, à la demande générale.
Lucius (le héros) découvre que les placards de sa maison sont pourvus d’une fonction non prévue dans les plans initiaux de l’architecte. Au point de bouleverser des pans entiers de son existence. Lucius se verra dans l’obligation de faire des choix… cornéliens.

Léa : Enfin, si tu devais te réveiller demain matin et que ton plus grand rêve soit exaucé, ce serait quoi ?
J’aimerais que Benoit XVI se réveille dans la peau d’un aborigène bouddhiste, qu’il reconnaisse que Jésus a certes marché sur l’eau, mais c’était en plein hiver et il avait des patins à glace.

Pour en savoir plus ou commander « c’est au pied du mur qu’on mange des merles « , rendez vous sur le site de Laura Mare Editions

Lire plus

Laurent Boyet : un roman beau à en mourir

Une fois n’est pas coutume, je vous conseille un livre à mettre sous votre sapin.
Le nouveau roman de Laurent Boyet « Perpignan, mon amour »…
Une belle surprise dans un genre où on ne l’attendait pas et un roman qui, à coup sûr, fera parler de lui !

Toi, une jeune femme de vingt ans, doit déjà affronter l’idée de sa mort qu’elle sait si proche. Ultime contretemps, elle rencontre Moi, un jeune homme un peu plus âgé qu’elle. Tous deux découvrent ensemble la signification du mot aimer…
Toi hésite entre le désir de vivre cette passion et le choix légitime de la solitude.
Moi, devine l’existence d’un lourd secret et voudrait accompagner la femme qu’il aime.
Depuis «Perpignan, mon amour…» jusqu’à Barcelone se poursuit ce voyage intime entre une femme et un homme, l’un comme l’autre impuissants face aux incohérences de la mort.

Alors, conseil de Léa, courrez l’acheter en exclusivité sur le site de l’éditeur !!!!

Lire plus

Hey Léa Jane, tu dors ou quoi ?

Mais non, je ne dors pas ! Enfin si ! J’étais MA-LA-DE !

Oh, rien de méchant ! Juste le nez aussi rouge que mon bonnet et le cerveau droit tellement bouché que plus aucune petite phrase ne voulait en sortir.
Et quand je suis malade, je suis pire que mon jules, faut pas me parler !

Mais bon, ça va mieux, alors on s’y remet ! J’ai un peu de retard dans mes préparatifs de Noël et il va falloir mettre les bouchées doubles. Mais bon, ça c’est 3615 my life !

Et côté édition ? Pfffffffffffff, j’étais sûre que vous alliez me demander ça !
Et bien, ça fait pile 1 mois 1/2 que les premiers manuscrits sont partis…
A moi, ça me parait une éternité !
Alors, j’ai quand même eu quelques réponses … négatives.
« Malgré les qualités blabla, blabla, vous ne correspondez pas exactement à la nouvelle orientation que nous souhaitons donner à notre ligne éditoriale. » Pfiou ! C’est pas du jeu ça !
C’est déjà quelquefois compliqué  de s’y retrouver et de cerner la ligne de certaines maisons mais si en plus il faut anticiper… Vous n’avez plus qu’à vous transformer en madame Irma !!!

Bon, sinon, j’ai eu aussi « désolé mais nous ne publions pas d’auteurs français dans cette catégorie« . Heu,  je ne comprends pas trop la logique mais je pensais qu’avec mon nom (en prononçant bien, Léa Jayyyyyyyyyyyyne !), ça pouvait le faire !

Enfin, j’ai eu aussi quelques OUI et OUI peut-être…
Affaire à suivre très prochainement !!!

Lire plus

Obsédée textuelle !

Le mot est tombé hier ! Le papa de Loupichat parlait, j’écoutais d’une oreille distraite, il a dit à la prunelle de ses yeux : « Mouche ton nez ! », ça n’a fait ni une ni deux, j’ai dégainé mon super carnet, je tenais le nom du héros de mon conte pour enfants : Benjamin Moucheboeuf ! De fil en aiguille, j’ai pensé à autre chose, je me suis mise à griffonner… Loupichat pouvait toujours renifler et son papa râler, je ne pouvais plus m’arrêter !

Tu n’es qu’une obsédée textuelle !!! Je suis restée sans voix … Moi, une obsédée textuelle ?

D’accord, d’accord ! Je m’excuse à plates coutures mais quand les idées jaillissent, il faut savoir les saisir… C’est comme si un petit être maléfique s’emparait de mon corps et agissait à ma place. Il ouvre les vannes, me bouche les oreilles, me ferme le clapet, me tend une feuille et un crayon et hop, débrouille-toi mais ponds quelque chose de bon ! Si au moins, il pouvait corriger les fautes !

Bon, trêve de plaisanterie ! Pour écrire, chacun a sa petite méthode et ses petits trucs ! Pour ma part, il y a d’abord une longue période de « construction mentale ». Je pense le fil de mon histoire, imagine les personnages, leur trouve des noms (très important pour moi car c’est comme ça qu’ils prennent vie), compose leurs caractères et comme un marionnettiste, commence à jouer avec les fils pour décider ce qui va leur arriver. Je noircis vraiment des tonnes de petits carnets. J’en ai partout à portée de mains et à défaut, il y a le frigo ou les tickets de caisse sur lesquels je gribouille.
Avant de démarrer vraiment la phase d’écriture, il me faut aussi un titre. Et une idée assez précise de la  scène de début et de fin.

Et seulement lorsque tout est relativement clair dans ma p’tite tête, je peux vraiment poser les mains sur le clavier et tout jeter. Et c’est parti mon kiki ! 6 heures par jour en général… Une écriture plutôt frénétique, peu de temps morts où je regarde les mouches voler…

Je n’écris pas d’un jet, reviens souvent en arrière, relis, corrige et rature au fur et à mesure sans attendre d’y mettre le point final !
Et la fin ? Ben, c’est clair, ce n’est jamais celle que j’avais imaginée au départ ! Parce que la plupart du temps, mes personnages n’en font qu’à leur tête et je me laisse porter par leur histoire.

Enfin, quand je dis JE… Vous avez bien compris que tout ça, ce n’est pas vraiment de ma faute !

Lire plus

Ce qu’il y a de merveilleux dans le roman…

« Ce qu’il y a de merveilleux dans le roman, c’est qu’on peut y parler de soi en ayant l’air de parler des autres. »

Est une des petites phrases que j’aime de Catherine Rihoit… Mais on peut aussi parler des autres en ayant l’air de parler de soi !

Dans le même esprit, j’aime aussi celle de Mario Varga Llosa : « Il n’y a rien de mieux qu’un roman, pour faire comprendre que la réalité est mal faite, qu’elle n’est pas suffisante pour satisfaire les désirs, les appétits, les rêves humains. »

Mais bon, c’est compliqué tout ça pour un lundi… On y reviendra !

Lire plus

Un concours de nouvelles… orgasmiques

A la recherche de concours d’écriture auxquels je pourrais prêter ma plume, je suis tombée sur celui-ci : Laissez vos pensées vagabonder, trempez votre plume et donnez vie à votre fantasme que vous nous décrirez sous forme d’une nouvelle. Jusqu’ici, rien d’étonnant… Une nouvelle érotique, pourquoi pas ! J’aime me frotter à tous les styles !

D’autant que l’organisateur réunira début janvier un jury prestigieux, composé d’artistes, d’écrivains et de personnalités pour sélectionner la nouvelle la plus exaltante.

Et qu’est-ce qu’on gagne ? Ben, c’est là que j’ai fait un bond ! Pas de publication dans un recueil de nouvelles ou une quelconque revue ! Non, non, non !
On vous offre la réalisation de votre fantasme, rien que ça…
Rien que d’imaginer ce que ça pourrait donner, ça m’a bien fait rire ! Oui, je sais, ce n’est pas le but !
Passer une nuit extravagante dans un palace, s’exposer sur la scène d’un cabaret prestigieux pour offrir un strip-tease mémorable, partager un moment de haute sensualité au hammam, s’offrir un massage à deux, faire l’amour sur une plage déserte ou devant l’objectif d’une caméra, exprimer sa gourmandise dans tous les sens du terme… Débridez votre imagination et votre créativité et réalisez peut-être le fantasme de votre vie. Oupala !

D’un point de vue marketing (et oui, on ne se refait pas !),  je trouve ça super fort ! La preuve, on est en train d’en parler !
Perso, j’ai envie de raconter de « vraies histoires », pas de raconter mes fantasmes à tout le monde. Déjà que beaucoup de gens pensent qu’on a vécu ce qu’on raconte dans nos romans… Alors, là, c’est sûr,  le papa de Loupichat,  il va me tirer les oreilles !

Je ne mets pas de lien à cause des tits enfants qui pourraient cliquer, mais vous le trouverez sans problème grâce à l’ami Google. Un petit indice au cas où… Sophie Bramly est la créatrice du site Internet en question !


Lire plus

Editer un roman : quelques chiffres…


Lorsqu’on livre un match difficile, il faut toujours s’intéresser au terrain sur lequel on va jouer…

Dans le monde de l’édition, voici quelques chiffres intéressants que j’ai pu glaner ici ou là (et notamment sur le site de Marc Autret) :

Qui veut écrire un roman ?

On dit qu’1,5 millions de Français auraient au moins un manuscrit dans leur tiroir ! Et qu’un Français sur 5 rêve de devenir écrivain.
Alors 1) Je suis déçue parce que je ne pensais pas avoir le rêve de Madame toute le monde !
Et 2) Quand je pense au regard dédaigneux des gens lorsque gamine, j’annonçais que j’allais passer un bac Littéraire et non le sacro-saint bac scientifique, c’est assez rigolo !

Combien de manuscrits reçoivent les éditeurs ?

Un éditeur peut recevoir entre 100 et 8000 manuscrits par an. Bon, plus un éditeur est grand et plus il en reçoit… La moyenne étant de 1300 par an.
On comprend mieux que certains ne lisent pas tout, même si c’est regrettable, on est bien d’accord !
Le taux de rejet ? C’est là que vous allez hurler : 98% (chez les grands éditeurs)
Et oui, les futurs écrivains sont des fous !

Quel est le tirage d’un premier roman ?

Les chiffres sont très disparates en fonction des maisons et du potentiel de vente que représente votre livre. Aujourd’hui le premier tirage moyen chez un grand éditeur semble tourner autour de 3000 exemplaires. Il tombe à 300 ou 500 chez un petit éditeur. Trouver votre livre dans toutes les bonnes librairies devient alors très compliqué !
En plus, il ne faut pas confondre tirage et ventes réelles ! Et oui, les invendus de votre chef-d’œuvre reviendront à la case départ voire au pilon. La mise à mort, quoi !
Il n’empêche qu’avec un bon accueil de la presse et un buzz du tonnerre, votre petit livre peut connaitre de nombreux retirages…

Combien gagne un écrivain ?

Les droits d’auteurs sont d’environ 10% du prix de vente hors taxes du livre. (soit entre 1 et 1,5 euros par livre). Pour atteindre le smic, vous devez donc vendre entre 8000 et 12000 livres par an.
Bon, c’est sûr, si vous sortez un best-seller vendu à 1 million d’exemplaires, vous êtes à l’abri pour un moment… Sinon, on comprend pourquoi il est effectivement difficile de vivre de sa plume !

Heureusement que le père-Noël existe…

Et que certains chiffres vont rêver !

Marc Levy, toujours en tête, avec 1,5 millions d’exemplaires (chiffres 2008)

Guillaume Musso : 1, 3 millions d’exemplaires

Fred vargas : 1 million d’exemplaires

Anna Gavalda : 1 million d’exemplaires

Amélie Nothomb : 734000 exemplaires

Katherine Pancol : 696000 exemplaires

Eric-Emmanuel Schmitt : 496000 exemplaires

Muriel Barbery : 400000 exemplaires

Alors dans ma lettre au père-Noël, je commande un best-seller pour cette année, un autre pour 2012, puis 2015… Et après, on verra !

Lire plus

Fiche-moi la paix Cupidon ou comment chacun cherche son signe

On dit qu’on y croit pas et pourtant…
Vous avez remarqué, lorsque vous lancez votre Cosmo préféré ou votre programme télé, il tombe automatiquement sur la page horoscope ! C’est un peu comme l’histoire du pain et de la confiture…

Alors, au programme cette semaine :

1) Je vais être pétée de tunes
Avec les efforts que vous avez déployés, l’argent finira par rentrer, et ne soyez pas étonné s’il coule à flots. Méfiez-vous cependant des dépenses impulsives : vous ne savez pas toujours résister… Bon, là, bof, je coupe, c’est pas intéressant !

2) Je vais avoir une chance insolente
La période vous sera bénéfique et vous attirera toutes les bienveillances. Sachez profiter de la situation avec tact et diplomatie, ne perdez pas votre temps en bavardages inutiles. C’est maintenant que vous devrez lancer vos projets ; ils vous permettront une belle expansion de carrière grâce aux appuis obtenus et à des coups de chance propices. Vavavoum ! J’adore !

Mais le vrai signe est venu d’Élisabeth (Teissier pour les intimes). Voici, ce qu’elle m’a dit:
Le 26, Cupidon vous décochera des flèches exquises (TV magazine, page 94 si vous ne me croyez pas !)
Une simple petite phrase… Elle est super fortiche cette Elisabeth quand même !  Pas la peine d’agiter mes neurones très longtemps pour comprendre ce que ça signifie. Quoi, vous ne comprenez pas ?

1) Le 26, c’est jeudi.
2) Inutile de vous rappeler que le titre de mon roman est « Fiche-moi la paix Cupidon ! »
3) Conclusion : jeudi, il va se passer un truc énooooorrrrrrrrrrme dans ma vie !

Et avec votre logique implacable, vous avez bien compris ce que ça signifie :  l’horoscope, c’est pas juste un piège à filles pour vendre des magazines. C’est la vérité vraie ! Ça marche !
Faut juste trouver le bon !

Lire plus

On écrit un roman… Et après ?

J’ai donc terminé mon roman il y a un peu plus de 15 jours. Et alors ?
Ben, il faut bien l’avouer, j’ai eu un petit coup de mou ! Une sorte de baby blues…
L’euphorie a laissé place à un drôle de sentiment.

Depuis 15 jours, je regarde tendrement mes petits manuscrits, soigneusement alignés, pressés de rejoindre le royaume de l’édition. Je cible les maisons d’édition qui peuvent être intéressées par mon roman. Là, premières déceptions ! Fleuve noir, une de mes cibles préférées, ne prend plus de manuscrit ! C’est du moins ce qui est indiqué sur leur site Internet : « Les éditions Fleuve Noir n’acceptent pas de manuscrits, quelle que soit la forme sous laquelle ils sont envoyés. »
Pfiou ! Ils ne veulent pas faire une petite exception même pour moi ? Ils ne savent pas ce qu’ils ratent…

Ce ne sont pas les seuls à afficher clairement cette politique. Michel Lafon, par exemple, adresse un gentil petit mot aux auteurs qui voudraient leur envoyer leur prose :« La maison d’édition fonctionnant uniquement avec son propre service éditorial et ses directeurs de collection extérieurs, nous ne pouvons pas recevoir et étudier les manuscrits nous arrivant par la poste. Nous vous souhaitons bon courage dans vos recherches. »

Pour d’autres, c’est moins clair, mais comme chacun le sait, vous aimez vous transformer en Léa la fouine et disséquer les informations et interviews que l’on trouve à foison sur le net. Vous apprenez ainsi à identifier ceux qui préfèrent un «réseau de complicités littéraires et de recommandations d’amis qui connaissent leurs goûts et leur catalogue». Malheureusement, je ne connais pas leurs amis !

Qu’à cela ne tienne … Je ne suis pas la fille cachée de Marc Lévy ou de Nicolas Sarkozy, et alors ?
Quand on veut, on peut ! me disait toujours mamie Lucette.
J’ai donc fait un ciblage le plus fin possible et hop, quelques exemplaires sont en route pour l’aventure !

En référence à mon post précédent, ce qui m’a mis le moral dans les chaussettes, c’est d’être allée lire les blogs de tous ces auteurs qui cherchent en vain une maison d’édition depuis des mois voire des années.
Tous disent qu’avant de réussir à être édité, il faudrait déjà réussir à être lu ! Et qu’avec le manuscrit, vous pouvez fournir la poubelle dans laquelle il va inmanquablement atterrir.

Là, vous avez deux solutions. Soit, vous vous planquez sous votre couette et chouinez toutes les larmes de votre corps, soit vous vous concentrez uniquement sur votre objectif et vous accrochez de toute vos forces à votre bonne étoile.

J’ai bien sûr choisi l’option B ! Et je vais vous révéler un secret… J’ai la preuve qu’il y a de gentils éditeurs et agents littéraires qui lisent vos manuscrits… voire plus… mais chut, parce en plus d’être adepte de la méthode Coué, je suis un brin superstitieuse !
Tout ça pour vous dire que le baby blues est terminé, que j’ai une frite incroyable, et que je me plonge avec délice dans l’écriture du tome 2 …


Lire plus

Les éditeurs lisent-ils les manuscrits ?

manuscritsPetit conseil aux âmes sensibles titillées par l’envie d’écrire l’œuvre de leur vie…

Ne lisez pas les blogs d’auteurs qui cherchent un éditeur !
Oui, je sais ce que vous êtes en train de vous dire : ben, qu’est-ce qu’on fait là alors ?

Ce que je veux dire, c’est qu’il vaut mieux avoir pondu votre chef-d’œuvre avant, et aller lire le témoignage de ces potentiels primo-romanciers après…
Primo-romancier, c’est rigolo comme terme, je trouve ! Ça me fait penser à ma grossesse, lorsque la sage-femme m’a demandé si j’étais une primipare. Remarquez, il y a des similitudes entre les deux. Une longue gestation, une sortie qui peut être douloureuse mais la magie de l’instant qui fait oublier le reste.
Bref, si on ne suit pas ce conseil, le risque est tout simplement d’être découragé avant d’avoir écrit une seule ligne (ça vaut aussi pour l’accouchement !).

Les éditeurs lisent-ils les manuscrits envoyés par la poste ?
Est la question qui revient le plus souvent sur les blogs des presque futurs  auteurs.
Et la réponse qui tombe inexorablement est NON.

Que doit-on en penser ?
Que les auteurs qui se sont vu refuser un manuscrit préfèrent se dire qu’ils n’ont pas été lu plutôt que de penser qu’ils sont tout simplement « mauvais » ?
Qu’ils ne rentrent pas dans la ligne éditoriale de la maison d’édition ?
Que les éditeurs savent en un coup d’oeil, ce qui sera ou ne sera pas le best-seller de l’année, juste en regardant l’enveloppe, en la passant sous un pendule ou dans les mains d’une extralucide ?

Je ne vous donnerai pas la réponse :  je suis quasi vierge dans ce domaine et ne connais absolument pas les pratiques de ce milieu !
Mon optimisme légendaire me fait dire que sans doute, comme partout, il y a certaines dérives, mais qu’il doit bien exister des éditeurs qui font sérieusement leur métier !
Je travaille souvent dans le domaine du recrutement. Pour le parallèle, c’est un peu comme si je jetais tous les CV des candidats ! Mais, sans toutes ces heures passées à dépouiller des candidatures qui ne correspondent pas au poste, à lire des lettres de motivation sans aucune originalité et truffées de fautes, comment puis-je trouver la perle rare ?

Bon, ça c’est mon p’tit  côté idéaliste…
Dans la réalité, il y a aussi une présentation et un manuscrit que j’ai envoyé samedi 31 Octobre 2010…
Et la réponse que j’ai reçu par mail lundi 2 Novembre 2010…

Vous nous avez envoyé un manuscrit il y a un mois. (OUPS !)
Nous avons le regret de vous informer que nous n’avons pu le retenir, et ceci en dépit de ses qualités. Je pense, comme vous le souligniez dans votre présentation, que l’emploi de la deuxième personne alourdit le propos, ce qui est dommage.
En vous remerciant par avance de votre confiance et de votre patience.

Bon, pour la patience, ça ira ! Réponse dans les 24h00 pour une grande maison, c’est pas mal … Qui a dit qu’il y avait des tonnes de manuscrits en attente ?
Pour le reste, j’aurai appris une chose de cette première expérience : n’indiquez rien dans votre présentation qui puisse permettre  de vous envoyer une réponse « personnalisée » sans vous avoir lu.

Lire plus

Léa Jane, le retour !!!

fiche-moi-la-paix-cupidonBonjour, bonjour !

Et bien, me revoilà… Fidèle au poste !
J’espère que vous allez bien et que je ne vous ai pas trop manqué !
Alors YESSSSSSSSSSSSS, j’ai mis un point final à mon roman. Enfin, jusqu’à ce que je trouve un éditeur et que commence la ronde des corrections !

Comment je me sens ?
Ben, d’abord super fière d’être arrivée au bout. Pas genre je suis la meilleure et tout et tout… Non, juste heureuse de voir que toutes ces petites idées enfouies dans ma caboche ont pris forme et sont devenues une vraie histoire avec un vrai début et une vraie fin !

Ensuite, un peu excitée de savoir que la phase 2 peut démarrer. Gentil éditeur, tiens-toi bien, je vais t’at-tra-per !
Et enfin, comme j’avais peur de me sentir trop triste ou trop vide sans mes petits personnages (attention au baby blues m’a-t-on dit), j’ai entamé le tome 2 dans la foulée…
Ainsi qu’un petit conte de Noël pour enfants et plus grands. Oui je sais, je suis foutue, je suis tombée dedans, je n’en sortirai plus jamais ! C’est pas grave ! J’aime ça !
Sinon, ça va …
Ah si, j’ai un peu la trouille aussi ! Ben oui, et s’il ne se passait rien ?

Alors sinon, on fait quoi maintenant ?
Et bien, on cible les gentils éditeurs qui publient ce types d’histoires.
On dépense un budget colossal en photocopies, reliures et frais postaux (y pourraient faire des remises aux pauvres auteurs !).
On envoie le manuscrit aux gentils éditeurs !
Et… on ATTEND !
Houlà, c’est pas trop mon genre ça ! On va trouver d’autres idées…

Lire plus

Grève des posts

Fotolia_10670643_XSJ’attaque la dernière ligne droite, le sprint décisif pour mettre un point final à mon premier roman.

A la fois, ça me stresse parce que, zut, on est pas au boulot et on a le droit d’avancer à son rythme !
Mais en même temps, je trouve ça bien d’avoir des échéances à tenir. Ça m’évite de papillonner et de partir dans tous les sens. Je tiens le cap et  me concentre sur l’essentiel. (pour l’échéance en question, je vous expliquerai plus tard, là j’ai pas le temps, faut que je scribouille !)

En tout cas, il faut que je rende ma copie fin Octobre. Glups ! Léa Jane va-t-elle gagner cette course contre la montre ?

Bref, tout ça pour vous dire que je me retire dans mon donjon ces 4 prochaines semaines et que je vais  vous abandonner un peu. Oui je sais, vous aussi vous allez me manquer !

Promis, quoi qu’il arrive, je vous donne rendez-vous le 1er novembre, de bonne heure et de bonne humeur … (enfin pas trop tôt quand même, parce que c’est dimanche et c’est férié et moi avec tout ça, je risque d’être assez crevée !)

@ très bientôt

Léa

Lire plus

Dans la vie, c’est fou ce qu’on dépense comme énergie…

Dans la série « j’ai  testé pour vous », j’ai dernièrement déménagé et me suis trouvée face à un choix cornélien. Où vais-je dépenser mes sous pour m’éclairer et chauffer mon nid douillet ? Ben oui, vous savez, désormais vous avez le choix, grâce à  l’ouverture des marchés, la libre concurrence et tout et tout…

Screaming  womanBon, ça veut dire aussi libre choix des tarifs donc mieux vaut tout comparer : le coût de l’abonnement, de l’énergie principale, de l’énergie secondaire si vous la prenez chez le vendeur d’énergie principale, les forfaits si vous vous engagez pendant 2 ans…
Franchement, ils n’ont pas pitié des blondes, j’ai trouvé que c’était un vrai casse-tête ce truc.
j’ai fini par demander son avis au conseiller que j’avais au bout du fil qui m’a dit que son concurrent était moins cher. Merci M’sieur !

Nous l’appellerons XDF, pour conserver son anonymat. Je ne suis pas trop pour le principe du prélèvement automatique mais pour l’inscription, vous devez obligatoirement fournir un RIB. Soit…
Je n’y pense plus… Les mois passent et je me dis « ben dis donc, y sont sympatoches chez XDF, ils ne m’envoient même pas de facture ! ».

Au bout de 6 mois, je commence quand même à m’inquiéter et leur passe un petit coup de fil (25 minutes d’attente, coût de l’appel en fonction de votre opérateur téléphonique. Que vient faire France Telecom chez XDF  !). Bref, la charmante conseillère au bout du fil me dit qu’il y a un souci. Mon inscription n’est pas enregistrée. Y paraît que j’habite toujours à mon ancien domicile. Ben moi, je sais bien que non !

Quelques mois plus tard, toujours rien ! Un matin, sous ma douche, je me retrouve dans le noir sous le jet glacé. J’appelle XDF qui me fait croire que je suis une quiche et que c’est sûrement un plomb qui a sauté. Après quelques manipulations infructueuses, il apparaît que c’est XDF qui a coupé le jus.

Monsieur XDF : « Ben oui, c’est normal, vous n’avez pas payé votre facture madame ! »
Moi: « ARGGGGGGG ! Ben, oui, c’est ce que je me tue à vous dire. J’en ai jamais reçu !
 »
Je chouine un bon coup et ils finissent par me croire.

Je vous passe les 4 mois qui suivent. La charmante conseillère et moi, on est devenue copine parce que je les appelle tous les 15 jours. Mais rien n’y fait, toujours pas le moindre signe d’une petite facture !
Ayant encore en mémoire l’épisode de mes cheveux stalagmités, je leur envoie un recommandé les sommant de m’envoyer cette P…. de facture. Sinon, je leur coupe… Heu, sinon je ne paie pas, tiens !

Un super-conseiller finit par m’appeler et me dit que la seule solution pour débloquer mon dossier est de passer en mensualisation. Ne me demandez pas pourquoi ! Comme ça fait déjà un an que je n’ai rien payé et que la note risque d’être salée, il faut partir sur de grosses mensualités: 350 euros par mois.
Le lendemain, je reçois enfin toute une série de petits courriers de mon fournisseur. Wahou ! Quelle réactivité.
Bon, heureusement que j’étais assise parce que XDF m’annonce que je serai prélevée demain de 1650 euros et à partir de ce mois-ci des 350 euros convenus. ARGRRRRRRRRRRRRRRRRRRR

J’appelle une nouvelle fois ma copine conseillère pour lui dire que je ne veux pas payer  cette somme d’un coup et que je souhaite un plan d’étalement de ma créance. Trop tard, on ne peut plus rien faire,  le prélèvement est lancé.

Moi: « Et si je n’ai pas de sous sur mon compte ? »
La copine conseillère : « Et bien, le prélèvement sera rejeté et on pourra vous proposer un plan d’étalement de votre créance. Par contre, vous allez avoir des problèmes avec votre banque ! »

Bon,heureusement que j’avais un peu d’sous sur mon livret A pour régler les 1650 € mais depuis, je reçois chaque mois le même courrier.

Madame,

Un de nos conseillers vous a proposé un plan d’étalement de votre créance de 1650 euros. Il semble toutefois que vous n’ayez  à ce jour réglé aucune mensualité. Nous vous rappelons qu’en cas de non règlement, vous vous exposez à des poursuites…

OUUUINNN !  je vais porter plainte pour harcèlement ! Et ça fait peur toute cette énergie dépensée… Allez la prochaine fois, je vous raconte mon changement de banque qui vaut aussi son pesant de cacahuètes !

PS: Cet article fait partie d’un « speedwriting » que nous organisons régulièrement entre geekwriters. L’objectif était de faire partager (en 30 minutes) une situation désagréable voire horripilante tout en gardant une note d’humour. Le tout en utilisant les mots « énergie », « harcèlement », « manipulations » et « cacahuètes ».
Pour moi, le compte est bon…

Lire plus

Abraracourcix , coupures et autres ratures

paper ballÇa n’aura pas échappé à la vigilance des plus perspicaces : l’extrait de mon roman a été kidnappé ! Par un petit esprit malveillant qui se serait introduit sur mon blog ? Non, non ! By myself !

Mais pourquoi donc ? Chutttttt ! Vous n’en saurez pas plus pour le moment ! Toujours est-il qu’il est de la plus haute importance que je retravaille certains passages.

Alors je suis désolée, je sais que je vous avais fait cadeau d’un petit bout d’suite pour  la rentrée et que donner c’est donner et reprendre c’est voler ! Mais si je reprends quelque chose qui m’appartient pour vous offrir un truc plus chouette, vous ne m’en voudrez pas, hein ?

Allez au boulot !

Lire plus

Loupichat a des amies, les ennuis commencent…

Bon, il était temps ! Ce n’est pas parce que je suis sa môman qu’on doit tout partager… A 3 ans, Loupichat a enfin ses propres amies et ça, c’est cool dans la vie d’une mère.

loupichatLes mercredis pluvieux, enfermées à la maison à jouer à hippos gloutons, au docteur et à la poupée Barbie, « Mammman, tu fais le chien !!!! « , c’est bien mais ça va un temps !

Alors mercredi dernier, j’ai vécu un pur moment de bonheur. Loupichat était invitée chez ses copines en pension complète ! A moi la séance shampoing-coupe-brushing chez le coiffeur, expulsion de comédons chez l’esthéticienne et petit thé vert sur une terrasse en rendez-vous avec moi-même (c’est important les rendez-vous avec soi-même !).
Je l’ai récupérée à moins une (l’autre maman avait dit entre 17h00 et 17h30. Avec le quart d’heure de politesse habituel plus le fait que je n’ai pas le sens de l’orientation, ça fait 17h59 … ) dans un état d’excitation avancé !

Mais là où je n’ai pas senti tout de suite le piège se refermer sur moi, c’est sur le coup du-samedi-suivant…
Parce que LES amies (ce sont des triplées) de Loupichat ont débarqué à la maison, armées jusqu’aux dents et bien décidées à passer une excellente journée !
Loupichat n’a pas voulu prêter ses jouets et une des triplées n’a semble-t-il, pas digéré la mousse au chocolat. On a un canapé blanc…
L’autre maman est venue les récupérer à 18h15 et m’a trouvée dans un état d’énervement avancé …

Je vous passe aussi les 2 heures de rangement du champ de bataille, la peinture sur les murs et les p’tits bouts de pâte à modeler qui se collent sournoisement sous vos chaussons.

J’ai décidé que finalement, j’allais encore tout partager avec ma fille quelques temps. Mercredi prochain, nous irons toutes les 2, en amoureuses, prendre le thé chez une amie commune qui n’a ni chien, ni enfant !

Lire plus

Les pissotières c’est pas fait pour les chiens

roxetrouky

Et bien voilà, une semaine de plus qui se tire ! C’est donc le post du vendredi, celui où tout est… PERMIS !

Je ne sais pas vous mais moi, l’hiver quand il pleut, j’ai une de ces flemmes d’aller sortir Roxetrouky (mon chien).
Heureusement, y a des gens qui pensent pour vous ! Et qui inventent de ces choses dont on n’aurait même pas osé rêver…

Ma trouvaille du jour ( dans mon magazine TV de la semaine. Quelquefois, faut pas chercher bien loin): des toilettes pour chiens !

Ça se présente sous forme d’une petite valise. Vous pouvez donc vous en servir chez vous, dans votre salon, ou à l’extérieur quand vous invitez par exemple votre chien au restaurant…

Sur la notice il est écrit :  » Le chien fait sur une lingette jetable ultra-absorbante. Le mâle peut lever la patte sur la partie verticale et la femelle, s’accroupir sur la partie horizontale. »

Hum, hum… Mon chien est pourtant d’une intelligence remarquable (y ressemble à sa môman) mais le côté horizontal/vertical, c’est pas encore acquis. Heu, la différence entre « faire » sur sa lingette absorbante et mon tapis, non plus !

Sur ces belles paroles, passez un excellent week-end !

Lire plus

Romancière profession à hauts risques

Demain, c’est le jour des poubelles bleues. Ben oui, vous ne faites pas le tri sélectif, vous ?
Je feuillette donc ma pile de magazines avant de les jeter et je tombe sur un « Marie France « de 2006 (oui, mon tri laisse parfois à désirer…).
romanciere_risques
Je redécouvre donc 3 ans après, un dossier fort intéressant de Marie-Sophie Boivin : « Romancière: profession à risques ».
Vous vous souvenez de « Misery », le roman de Stephen King où un auteur est martyrisé par sa plus fervente admiratrice ?
Ben, ça existe aussi dans la vraie vie ! Et ça fait peur !

Elles racontent…

A la sortie de son premier roman, « Truismes », Marie Darrieussecq a reçu une montagne de lettres. Jusque-là, rien d’anormal quand on vend plus d’un million d’exemplaires (mes respects !).
La plupart anonymes (ben oui, fêlés mais pas fous !), et c’est là que ça se gâte… Car pendant plus d’un an, elle a reçu 4 à 5 lettres par semaine particulièrement haineuses et injurieuses. Elle se souvient même d’un lecteur qui lui écrivait sur du papier toilette parsemé de poils. (oupala !!!)

Moi qui viens de recevoir ma toute première lettre très très méchante (alors que je ne suis qu’une illustre inconnue !), j’peux vous dire qu’il faut être sacrément costaud pour encaisser ça !

Au delà du courrier, il y a aussi les rencontres « physiques ». Elle était si fréquemment prise à partie par des lecteurs que son éditeur lui faisait office de garde du corps sur les salons. (d’où l’importance d’en choisir un grand et fort). Bon heureusement, Marie, depuis ton deuxième roman, ta vie a l’air plus calme…

Dans le genre glauquinet, à la sortie de son livre « Viande », Claire Legendre a reçu, je vous le donne en mille… Une barquette de viande (arrivée avariée) dans un colis ! Alors qu’il y a des gens qui meurent de faim ! Elle a également connu le côté fan-très-présent : e-mails d’abord amicaux qui virent à la déclaration, lettres, coups de fil, rencontres inopinées au détour de ruelles près de chez elle ou de son travail… Flatteur ou très pesant ? On est d’accord, flippant !

Dans le genre sournois, Lucia Etxebarria, celle qui a écrit « Amour Prozac et autres Curiosités », a vécu une histoire de « jalousie d’auteur ». Une série de mails injurieux expédiés par trois jeunes femmes sur son blog personnel. Après enquête, il s’est avéré qu’elles n’étaient autres qu’un seul et même écrivain espagnol assez connu dont le troisième roman venait d’être rejeté. Il utilisait ces trois personnages pour critiquer systématiquement ses chroniques, l’injurier ou la descendre.
Et ben, c’est pas joli joli tout ça !

En prime, elle a dû déménager, poursuivie par les assiduités d’une jeune mannequin (oui, une femme !), qui virait au harcèlement.
T’as vraiment la poisse Lucia ! Remarquez, pour ceux qui me connaissent un peu… Vous êtes en train de vous dire…. Avec le bol qu’elle a …

Alors, la vie rêvée des écrivains… Qui n’en veut ?

Lire plus

La musique a des mots que les mots ne connaissent pas

Parfois, pour écrire certains passages de mon livre, j’ai besoin de ressentir les notes de musique pour retrouver des émotions.
Et aujourd’hui, accrochez-vous ! Qu’est-ce que j’ai pu m’agiter, frétiller, sauter, me déchaîner sur cette musique !

Si je pouvais revenir en arrière et choisir un point sur mon échelle de vie, je choisirais exactement ce moment-là (oups ! Après la naissance de ma fille…).

Allez, je vous laisse écouter… Et savourer !

Surprenant, non ?

Lire plus

Ecrivains : des débuts difficiles au brillant avenir de Catherine Cusset

Vous avez remarqué, je ne parle presque jamais de livres, sauf du « futur mien », bien sûr !
Pourquoi ?

1) Parce qu’il y a de nombreux blogs littéraires qui en parlent merveilleusement bien… Au hasard, la lettrine

2) Parce que parler des livres que j’aime, entraînerait inévitablement une dérive vers ceux que je n’aime pas…

3) Et sachant désormais le boulot que ça représente, je n’oserais jamais critiquer le travail des autres même si j’ai détesté (bon, je serai peut-être mauvaise langue une fois ou deux, on ne se refait pas ! Ce jour-là, vous aurez le droit de me taper sur les doigts !).

Mais ce qui m’intéresse, c’est de fouiner un peu pour connaître le parcours de ces écrivains parce que contrairement à ce que pensent les gens, ce n’est pas aussi simple que de s’inscrire à qui veut gagner des millions !
C’est vrai que certains ont le « bol » ou le talent d’écrire un best-seller du premier coup mais pour beaucoup, le chemin est un brin plus sinueux…

Les choses étant dites, mon double, Léa la fouine, s’intéresse aujourd’hui à Catherine Cusset…

catherine cussetBon, là, pas de danger, je ne risque pas de critiquer. Catherine fait partie des auteur(e)s que j’adore et pas uniquement parce qu’elle a des origines bretonnes …

Du « problème avec Jane » (c’est pô moi), en passant par « confessions d’une radine » (encore moins, je suis un panier percé), « jouir » (hum, hum !) et le dernier, « un brillant avenir » (si vous insistez), j’ai -TOUT-aimé !

Mais on parle moins de son premier roman, qu’elle a écrit à 25 ans, à la suite d’un grand chagrin d’amour (ah, les mecs, ça nous fait faire de ces choses ! ).
Au départ, tout va bien puisqu’elle trouve rapidement un gentil éditeur. On imagine sa joie !
Puis rien… Le conte de fée s’écroule comme un soufflé au fromage sorti trop tôt du four !
Pas de critiques (bonnes ou mauvaises) dans la presse, la rencontre n’a pas lieu, à peine 200 exemplaires vendus.
Et encore, Catherine soupçonne sa mère d’en avoir acheté 199. L’autre, c’est moi !

En aparté: petit message personnel pour ma mère.
Maman,
j’espère que tu commences à mettre un peu de sous de côté parce qu’après un rapide calcul , si je veux vendre 500 exemplaires (histoire de ne pas être trop ridicule par rapport à Catherine), ça nous fait:
19€ X 500=9500€
Oui, je sais c’est une somme rondelette ! Rassure-moi… Tu ferais bien ça pour ta fille chérie ?
Ce message vaut aussi pour mes amis ! Si vous voulez un exemplaire dédicacé, il faudra vous le payer !
Fin de l’aparté

Bref, elle a mis 5 ans à se remettre de tout ça et à publier un autre roman… Beaucoup auraient jeté l’éponge et un rien aigris, seraient devenus critiques littéraires (oups ! oui, j’ai senti la tape sur les doigts).
Mais quand on imagine ce à côté de quoi elle aurait pu passer, ben… C’eût été trop bête !

Morale de l’histoire …
Primo : la persévérance ça paie !
Secundo : mieux vaut que je me colle au tome 2 dans la foulée, parce que dans cinq ans, je me connais, j’aurai perdu le fil…
Tertio : les grandes qualités que doit posséder un écrivain (bien avant le talent et tout et tout) sont un moral d’acier, une patience à toute épreuve et … P’t’être avoir un peu de sous de côté …

Lire plus

Auteur cherche éditeur « dead or alive »

Editeur Wanted Allez, juste pour rire, juste parce que j’aime les nouvelles expériences, juste parce que c’est vendredi et que le vendredi, tout est permis (oui Cécile, c’est aussi ravioli !), je lance une autre bouteille à la mer-du-net !

Souvenez-vous… Hier, au petit matin,  je me trouve nez à nez avec un problème de « guillemets typographiques de fermeture ».
Mon blog se sent mal ! Affolée, je lance un SOS  !
Et pof, deux heures plus tard, je reçois un gentil message de Madame WordPress qui m’indique qu’elle a résolu le bug.

Après ce petit miracle, mes neurones ont frétillé dans leur lit et je me suis dit, après tout, si je n’avais rien demandé, je n’aurais rien obtenu, d’où le fameux « qui ne tente rien n’a rien ! »
Comme j’étais particulièrement en forme cette nuit,  j’en suis même devenue polyglotte (et non pas polygame ! ). Bref, j’aime bien savoir comment les choses se disent dans toutes les langues.

Alors « qui ne tente rien n’a rien », ça donne :

En  allemand : wer nicht wagt, der nicht gewinnt (qui ne risque pas ne gagne pas)
En anglais
: nothing ventured, nothing gained (rien d’entrepris, rien de gagné)
En italien : chi non risica, non rosica (qui ne risque pas ne grignote pas)
En espéranto : kiu ne riskas, tiu ne gajnas (qui ne risque pas, ne gagne pas)

Et grande classe, en japonais
: 虎穴に入らずんば虎児を得ず (こけつにいらずんばこじおえず) (koketsu ni irazunba koji o ezu)

Soit « si l’on n’entre pas dans la tanière du tigre, on ne peut atteindre ses petits »

Bon, je ne cherche pas forcément un éditeur japonais. Par contre, j’adore les sushis …
Et loin de moi l’idée de comparer le monde de l’édition à une jungle (même si le tigre est le plus grand et sans doute le plus beau des félins) ! Mais le défi est lancé ! Record à battre : deux heures ! Ça court vite un tigre, non ?

Lire plus

Guillemets typographiques de fermeture, SOS, mon blog se sent mal !

aide-creationDepuis ce matin, mon blog se sent mal !
A chaque fois qu’une phrase comporte des guillemets, il inscrit « guillemets typographiques de fermeture  » !

Alors, non, ça ne fait pas partie du style !
Alors, oui, je me démène pour résoudre ce bug mais en digne représentante des quiches dorées mais blondes, ça peut prendre un peu de temps.

Y a quelqqqqqu’un pour m’aider ?

Lire plus

Bon, c’est pas le tout mais ça avance ton roman Léa Jane ?

roman_lea_jane19h00, chaque jour le même rituel. Porte qui claque. C’est mooooiiiiiii !
C’est le papa de Loupichat. Jeté de sacoche et vidage de poches sauf que ça m’énerve parce qu’on n’a pas de vide-poche.
Lui, ça l’énerve parce qu’on ne lève pas le nez de notre ordinateur pour venir l’accueillir. On ter-mi-nait UNE phrase !

Toujours la même question : « Alors, t’as écrit combien de pages ? »

Les jours où vous avez bien travaillé, ou êtes en tout cas satisfaite de votre petite production, vous donnez un chiffre, le sourire jusqu’aux oreilles : 1, 2, 3, 4, 5… Vous savez compter jusqu’à 20. Bon, ce qu’il ne sait pas, c’est que si ça se trouve, demain, vous les mettrez à la poubelle ces jolies pages…

Les jours où vous avez tourné en rond sur le même paragraphe, vous faites votre tête de clown renfrogné et grommelez un truc du genre : » Combien, combien… Sais pas moi, tu crois que ça se compte en nombre de caractères un bouquin ? Demande moi plutôt ce que j’ai écrit de bien ! ». Oui parfaitement un seul paragraphe, mais capital ! La clé de mon roman !

Et puis, il y a aussi les jours où vous n’avez rien écrit du tout ! Panne sèche ! Vous avez traînaillé sur le net, écouté de la musique, feuilleté quelques magazines, appelé quelques copines… Mais rien n’y a fait, la feuille est restée désespérément blanche, vous savez, comme si Monsieur Propre avait pris possession de votre corps.
Et ben ces jours là, vaut mieux apprendre à vous garer fissa ! Bon, le papa de Loupichat, il fait super bien les créneaux…
Mais ces jours-là, vous préféreriez presque retourner au bureau parce que quitte à ne rien faire, autant être payée pour ça ! Je plaiiiiisante !

Et aujourd’hui ? Débrayez et braquez à fond !

Lire plus

Nicole de Buron, mon cœur, ce ne serait pas un peu de ta faute tout ça ?

nicole_de_buron2Comme je le souligne dans ma petite présentation, je suis une fan inconditionnelle de Nicole de Buron…

Je l’ai découverte en 1985 avec « Qui c’est ce garçon ? ». J’avais 12 ans à l’époque. Ce petit livre trônait au milieu de la bibliothèque de ma mère et j’avais in-ter-dic-tion d’y toucher. « C’est pas de ton âge ! », pfffff !
Je ne sais plus bien comment c’est arrivé mais à force de le regarder, il est monté dans ma chambre, j’ai bravé l’interdit parental et tourné les pages avec délectation. Je l’ai relu depuis, environ 236 fois…

Son credo : l’humour ! L’humour ! L’humour !

Pour moi, Nicole, tu as inventé un genre, un art de rire jamais égalé…
Tu nous racontes, à la deuxième personne du pluriel (tiens, tiens !), des tranches de vie de ta petite famille, en forçant le trait, ça va de soit ! Et moi, je me bidonne le soir au fond de mon lit ! Le rire, c’est bon pour la santé ! C’est pour ça qu’on a dit de toi que tu devrais être remboursée par la sécu ! Je vote pour cette mesure…

Au fil des ans et des romans, les préoccupations et les thèmes de tes romans ont évolué. Normal ! Les personnages « vieillissent » et toi, Nicole, ben tu gagnes en maturité comme on dit. Non, parce que tu es née en 1929, alors ça nous fait dans les… Oui je sais, c’est pas poli de parler de son âge à une dame, tu me pardonnes ?…
N’empêche que je te rassure, ton style n’a pas pris une ride ! C’est juste vivifiant ou « ça déchire », si tu préfères le langage de nos petits jeunes d’aujourd’hui !

Je me suis toujours promis que je t’enverrais une petite lettre mais tu sais ce que c’est, on remet toujours à demain ce qu’on aurait mieux fait de faire hier… Et puis, je n’ai jamais été du genre groupie. La seule et unique fois où j’ai écrit à une personne connue, c’était François Valéry (oui, je sais ! Mais bon des erreurs, on en commet tous). Tiens, tu te souviens de son duo avec Sophie Marceau ?

 » Dream in blue,
Je rêve en bleu, I dream in blue
Lorsque je pense à vous
C’est entre bleu et blue
Dream in blue,
Je dream en bleu, je rêve en blue
Tout est bleu, all is blue… blue
Ooooohhhhhhh dream in blue »

Bref, je ne sais pas trop ce qui m’a pris ce jour là ! Toujours est-il que j’ai reçu une photo dédicacée par François deux ans après (si, si, j’te jure !), en me demandant « Mais qu’est-ce qu’il me veut ce type là ? »

Alors voilà, comme il faut toujours trouver un coupable, je pense que tout ce qui m’arrive aujourd’hui, c’est quand même un peu de ta faute ! Parce qu’à force de te lire, de fil en aiguille, j’ai eu envie d’écrire …
( Pour l’humour, c’est un don naturel qui me vient d’un vieil oncle du côté de la soeur de ma mère…).
En tout cas, c’est fait, je viens de t’écrire … Et même si tu mets deux ans à me répondre, promis, je ne me dirai pas : « Mais-qui-c’est-donc-cette-Nicole-de-Buron-là ! »

Bien à toi…

Ps: pour ceux qui ne connaissent pas Nicole,  « mon coeur » fait référence à un de ces titres de roman « Mon coeur tu penses à quoi ? »

Lire plus

Susanna Lea : j’aimerais tant que vous m’attendiez quelque part…

susanna léaDéjà, lorsque j’ai lu son nom, je me suis dit, tiens, on a un point commun ! Susanna Lea – Léa Jane
Hé, hé ! C’est un signe… Et, moi, j’adore les signes !

Mais qui est Susanna Lea, vous demandez-vous ? C’est un agent littéraire ! Et pas n’importe quel agent littéraire ! Celle qui a, entre autre, découvert Marc Lévy…

Un p’tit bout de femme à l’accent britannique délicieux, d’après ce que j’ai lu dans une interview… Tout comme moi à part l’accent anglais…
Grand sens de l’humour, tiens troisième point commun !
Une britannique donc… Comment est-elle arrivée en France ? Elle est tombée amoureuse d’un Français, et hop, et de quatre !

Pourquoi les agents littéraires n’ont pas bonne presse ?

En France, les agents littéraires n’ont pas toujours bonne presse ! Pourquoi ? Sans doute parce que ce n’est pas dans notre culture de mélanger argent et littérature …

Ben oui, forcément, si l’agent littéraire prend le risque de s’occuper de votre carrière, vous lui donnerez un morceau du gâteau…
Ben moi, franchement, je préfère lui en donner une grosse part plutôt que d’être privée de dessert !

Parmi ceux qui comptent en France (à part Susanna), il y a aussi François Samuelson, qui s’est occupé du transfert de Houellebecq, excusez-moi du peu ! On trouve aussi Virginia López-Ballesteros, Pierre Astier ou Marie-Sophie du Montant… cités dans le blog de la lettrine ( d ‘Anne-Sophie Demonchy que j’affectionne particulièrement).

Pour les agents littéraires, même principe que pour les maisons d’édition… Attention à ceux qui vous demandent des sous dès le départ…
Et à ne pas tomber sur un de ces agents en imper poussiéreux avec une vieille machine à écrire, poussiéreuse elle aussi, qui trône sur son bureau (ça vaut aussi pour les détectives privés !), qui vous dit – « Mon petit, j’ai tout essayé mais votre livre ne se vend pas » et se tire en douce avec la caisse !

Comment approche-t-on les agents littéraires « sérieux » ? Je n’en sais trop rien. Vous savez, vous ? Peut-être en leur envoyant tout simplement votre manuscrit. Mais je pars du principe que ce sont en quelque sorte des chasseurs de têtes d’auteurs, bien faites et bien pleines.

Alors Susanna, je t’attends, c’est toi le chat !

Lire plus

Portrait d’écrivain, Koh-Lanta de l’édition réussi pour Laurent Boyet

Léa : Heu, on a dû vous la faire souvent mais je ne peux pas résister… Flic ou voyou, vous avez visiblement choisi … Mais entre policier et écrivain, s’il ne devait en rester qu’un ?
Pour ceux qui ne le savent pas, Laurent Boyet est capitaine de police et a déjà publié 2 romans policiers

Laurent Boyet : S’il ne devait en rester qu’un, ce serait l’écrivain.
Parce que « écrire » est pour moi une nécessité, quelque chose de vital comme respirer. Je ne peux passer une journée sans écrire. J’aime mon métier, je l’ai choisi et je l’exerce avec passion. Mais pour écrire, il faut avoir une certaine sensibilité et avec mon métier, elle est très souvent mise à mal.
J’écris tout le temps ou tout du moins, je suis toujours en train d’écrire dans ma tête, de préparer la prochaine page, le prochain chapitre…

Léa : Quel a été l’élément déclencheur, qu’est-ce qui vous a poussé un jour à vous servir de votre plume pour livrer votre premier roman ?

Une histoire personnelle. Il y a, je crois, toujours beaucoup de soi dans un premier roman. Dans le mien, il y avait la volonté d’exorciser une histoire personnelle, de tourner la page !
J’ai toujours eu plus de facilité à dire les choses par écrit. Alors, j’ai écrit. J’ai romancé ma propre histoire. Une sorte de thérapie par l’écrit..

Léa : Vous avez un métier très prenant. Comment faites-vous pour concilier les 2 ? Quelle est votre méthode de travail personnelle ?

J’ai besoin de calme pour écrire. Je ne peux pas écrire dans les lieux publics comme certains. Du fait, j’écris très tard le soir, à partir de 22 heures 30. Car, outre mon travail qui me mobilise durant la journée, il y a aussi ma famille que je ne veux pas délaisser, ma femme et mes trois enfants.

Alors, lorsque tout le monde dort à la maison, je me mets devant mes pages blanches. J’écris avec un stylo, sur une feuille. J’ai besoin de ce contact. J’ai besoin de pouvoir raturer, rayer, froisser, dessiner. Je n’arrive pas à écrire directement sur l’ordinateur. Cela me… bloque. J’écris jusqu’à 01h, 02 heures du matin. Je n’ai besoin que de 4 heures de sommeil, c’est un plus. Je n’ai pas à proprement de plan d’écriture. J’ai l’histoire. Je la garde dans ma tête le temps de la mûrir et quand cela me démange trop, lorsque j’ai trouvé un bon début, et surtout le titre, alors j’écris.

Léa : Racontez-nous votre Koh-Lanta de l’édition

Se faire éditer à compte d’éditeur est un parcours du combattant, c’est vrai. Comme tout le monde, je crois, j’étais certain d’avoir écrit avec mon premier roman le futur prix Goncourt. C’est pourquoi j’ai envoyé mon manuscrit à toutes les grandes maisons d’édition parisiennes. Mon salut ne pouvait passer que par elles et je n’imaginais pas alors qu’il puisse y avoir une autre vie éditoriale ailleurs qu’à Paris. Mais, j’ai vite déchanté. Après plusieurs semaines d’attente, j’ai reçu des lettres très gentilles au demeurant mais, quasiment toutes identiques et toutes négatives. Ecrire a toujours été important pour moi, mais me faire publier aussi. Pas par appât d’un quelconque gain, juste pour le plaisir de partager…

Puis, dans le cadre de mon travail, j’ai été muté à Perpignan, où je vis aujourd’hui. J’ai découvert alors qu’il existait de petites maison d’édition très actives, avec de beaux catalogues. Le hasard des rencontres a fait le reste.

Léa : Vous êtes publié chez un “petit” éditeur (ça n’a rien de péjoratif). Quels sont, selon vous, les plus et les moins par rapport à des poids lourds comme Grasset ou Calmann-Levy ?

Les moins sont évidents : il s’agit d’un problème de distribution. Même si mon éditeur est très bien diffusé sur le pourtour méditerranéen, il est difficile de trouver mon roman dans d’autres librairies, sans passer par une commande. Et, pour commander, il faut d’abord en avoir entendu parler.

Côté plus, je dirais qu’on n’est pas un auteur anonyme, livré à soi-même. Mon éditeur m’accompagne. A partir du moment où mon manuscrit est validé par le comité de lecture, il y a un véritable travail pour faire ressortir le meilleur du roman, sans pour autant perdre son âme. C’est un travail de réécriture qui est passionnant. L’oeil de l’éditeur est souvent juste et ses conseils me permettent de garder le ton, le style de mes romans jusqu’à la fin.

Léa : Un troisième roman en cours, une adaptation au cinéma… Peut-on en parler ?

Je suis justement en phase de retouche de mon troisième roman. C’est une histoire d’amour très forte, très puissante, très émouvante enfin… je crois. Le roman s’intitulera « Perpignan, mon amour… ».
Au cinéma, cela devrait s’appeler « Barcelone, l’année dernière ». J’emploie le conditionnel car tout est très long dans ce milieu. Cela fait dix mois que l’on m’a proposé d’adapter mon premier roman policier. Mais, les montages financiers sont de plus en plus difficiles à réaliser. Et désormais, les droits d’adaptation sont achetés une fois le montage effectué.
Les choses semblent aller plus vite pour ce troisième roman et j’en suis ravi. Je ne prends pas cela comme une consécration, ni comme un aboutissement mais plutôt comme une expérience formidable.

Léa : Si on parlait gros sous ? C’est tabou ? Peut-on vivre de l’écriture en France ?

Je crois qu’il est très difficile de vivre de l’écriture. Seule une poignée d’auteurs ont cette chance. L’argent n’est pas tabou pour moi. Je touche 10 % du prix de vente hors taxe pour chaque exemplaire vendu. Mes romans étant vendus à 9 euros je touche donc… 0.70 centimes d’euros. C’est inadmissible que celui qui fournisse la matière première soit celui qui touche le moins, loin, bien loin derrière les distributeurs et l’éditeur. Cela ne peut pas me permettre de vivre, juste d’améliorer un tout petit peu mon ordinaire…

Léa : Enfin, si vous deviez vous réveiller demain matin et que votre plus grand rêve soit exaucé, ce serait quoi ?

Et bien justement, faire partie des chanceux qui peuvent vivre de ce qu’ils écrivent. Me lever le matin et me dire « tiens, qu’est-ce que je vais écrire aujourd’hui ». M’installer sur ma terrasse, sous le soleil écrasant de ma belle Catalogne et réfléchir à mes prochaines pages… Mais, les rêves sont-ils faits pour être atteints ?

Léa : C’est tout le mal qu’on vous souhaite Laurent… Et merci pour ce partage d’expérience !

Les romans de Laurent Boyet
« Le Rédempteur de la Têt », paru chez Cap Béar Editions en avril 2008
« Le Supplice d’Amélie », paru chez le même éditeur en avril 2009
A paraître « Perpignan, mon amour… », fin d’année
http://www.cap-bear-editions.com/

Lire plus

Dans la vie, faut savoir dire merci !

avatarLorsque mon livre sera édité, j’écrirai comme-tout-auteur-qui-se-respecte, une jolie petite série de dédicaces (à ma maman qui m’a faite comme je suis, à mon Jules qui m’a soutenue comme personne, à ma meilleure amie qui est mon meilleur public et aussi ma correctrice, à mes anciens patrons qui m’ont donné envie de faire autre chose de ma vie…). Bref, dans la vie faut savoir dire merci et je trouve que c’est un truc qui se perd, pas vous ?

Alors aujourd’hui, avant que j’oublie je vous dis juste merci. Merci de me lire. Merci pour vos petits messages.

La spéciale dédicace du jour revient à un ami, graphiste de talent (www.kiwimage.com), qui a eu la gentillesse de créer mon « mini moi ». Mon petit avatar qui me ressemble tant ! Pourtant j’ai été un peu casse-bonbons ! Trop blonde, trop souriante, pas assez… Mais y paraît que c’est à ça qu’on reconnaît ses vrais amis !
Alors, merci les amis…

Lire plus

Gagnez plus d’argent sans travailler plus

Ce week-end, je feuilletais un des magazines très sérieux du papa de Loupichat…
Au sommaire, menu alléchant: « Comment gagner plus sans travailler plus, le tout en 20 leçons « . Chouette ! je vais gagner des ronds en gardant les doigts de pied en éventail au soleil (on a un très beau mois de Septembre, soit-dit-en-passant !!!).

shutterstock_35412787Leçon numéro 1: vendre des objets sur Internet

Merci, Monsieur le magazine, mais le papa de Loupichat ne vous a pas attendu pour vider la maison. De la cave au grenier, tout ce qui était moche, vieux, cassé (inscrire « vendu en l’état » sur l’annonce) ou inutile y est déjà passé !
J’ai mis le holà quand il a commencé à s’attaquer à ma garde-robe et aux jouets du chat et de Loupichat !
Non, parce que c’est bien de vendre ses affaires sur Internet mais si c’est pour tout devoir racheter…

Leçon numéro 2: Ouvrez vos portes au cinéma

Alors celle-là, elle m’a fait bien rire ! Accueillir un plateau cinéma dans mon salon, c’est trop de la wax !

–  » Viendez filmer dans mon HLM en Seine-Saint-Denis, monsieur le cinématographe ! »
–  » Quoi, ça colle pas avec l’intrigue parce qu’ y a pas de piscine ni vue sur le grand bleu ! Et la piscine municipale vous en faîtes quoi ? »

Après tout, flute, à eux d’adapter le scénario à mon intérieur !

Leçon numéro 3: louez votre matériel

Heu, comme souligné plus haut, le papa de Loupichat a tout vendu. Si bien, qu’on n’a plus rien à louer non plus !
Alors je loue au mois ou à la semaine mon Loupichat et son papa. ça tente quelqu’un ?

Leçon numéro 4: faites-vous payer une part de votre mutuelle

Les personnes aux revenus modestes peuvent toucher une aide de l’assurance maladie. C’est bien ça ! Je tiens peut-être une piste…
Bon en lisant plus loin, je m’aperçois que suis pas concernée … Faut gagner entre 15794 € et 18953 €… pour un foyer de 4 personnes !

Même si je suis pas très bonne en calcul, ça fait dans les 329€ par mois et par personne, ça ! Alors là, c’est décidé, je reviens à la leçon numéro un et je revends tout, même ce qui est utile !

Leçon numéro 5 : circulez en voiture-sandwich

Si j’avais le permis, ça pourrait être pas mal… Une voiture customisée www.roman-a-lire.com …ça laisse rêveur !
Bon, faudrait aussi que je déménage , le montant à gagner dépendant de la région où vous habitez et chez moi, à part les chèvres…(parce que je ne vous l’ai jamais dit mais j’habite dans un trou…  On y reviendra !).
Par contre, femme-sandwich avec de la pub pour le fromage (de chèvre), faut que je me renseigne, ça peut être un bon plan !

Leçon numéro 6: cumulez les allocations familiales

A ce stade, je me suis vraiment bidonnée !
C’est bien connu, les gosses, faut en faire des tonnes quand on manque de sous parce que ça mange pas, ça s’habille pas en Nike-Reebok-en-changeant-de-taille-deux-fois-par-an, ça fait pas d’études et ça travaille dès 14 ans, ça se garde tout seul donc pas besoin de nounou (On peut aussi choisir ne pas travailler pour les garder !), et mieux que les couches lavables, y a pas de couche du tout !

Non, c’est bien connu, vivre des allocs est très tendance… Un véritable art de vivre !

Bon, je vous passe les leçons 7, 8, 9 et suivantes… Louez ponctuellement votre appartement (dormir à la belle étoile, ça ressource !), accueillez un étudiant à la maison (blonde et suédoise… comme ça, vous n’aurez plus de mari non plus, ça vous fera des économies), plantez des panneaux publicitaires dans votre jardin (vous préférez les tomates, c’est meilleur pour votre régime)…

Leçon suivante : confiez vos bois à des sociétés de chasse

On t’a déjà dit ! On n’a pas de piscine… Alors un bois … ça tourne vraiment pas rond !
Et si ça continue, vous allez prévenir Brigitte Bardot !

Dernière leçon intéressante : vendez votre appartement en viager

Alors, jeune femme de 35 ans (blonde ! ben oui, ça peut jouer !) recherche pigeon pour investissement longue durée risqué mais qui peut rapporter…
Bonne santé mais avec tout ce qu’on mange et respire comme saloperies sans compter les mauvaises ondes des téléphones portables et la grippe A

Bon ben, tant pis… P’t’être que je vais être obligée de travailler plus pour gagner plus après tout…
Mais s’il-vous-plait, arrêtez avec les conseils à 2 balles qui rapportent pas un rond !
C’est un peu comme les 100 idées de boites à lancer ! En général, quand elles font la une de tous les magazines, faut se méfier, c’est que beaucoup de gens ont eu cette bonne idée avant vous !


Lire plus

Ecrire un roman en Toscane : qu’y a-t-il de plus beau ?

Ce paysage fait partie des choses qui me font pleurer, tellement c’est beau !

toscane_ecrireJ’ai écrit les premiers chapitres de mon roman là-bas, au bord de la piscine sur cette chaise longue. Aucun bruit sauf celui de la légère brise et des grillons. Vous regardez au loin et l’inspiration vous vient !
Alors tous les jours, lorsque je me colle devant mon ordinateur à 5h59, je ferme les yeux et me téléporte jusqu’à ce petit havre de paix (on se demande comment on faisait avant, sans la téléportation !)…

Mon grand rêve, après celui de devenir écrivain, cela-va-de-soit, serait d’y vivre et d’y installer mon petit QG d’écrivaillon, ce qui revient donc à peu près au même. Les deux sont intimement liés. Sans doute parce que c’est là-bas que j’ai trouvé le courage de passer du rêve à la future réalité.

Si vous avez l’occasion d’y aller, foncez, je vous donnerai quelques bonnes adresses…

Lire plus

Mon petit cadeau de rentrée, la suite du roman de Léa Jane…

shutterstock_36041443Oui, j’avais oublié de vous dire… Je voulais vous offrir un petit cadeau… de rentrée

La suite du roman « Fiche-moi la paix cupidon » est en ligne !

Enfin, un tout, tout, tout p’tit bout, juste parce que vous avez été très sages et très gentils !

@ bientôt

Léa Jane

Lire plus

Chick lit or not chick lit ou de la littérature de poulette et fière de l’être

C’est de la chick lit ton truc !

chicklitEst une petite phrase qui ressort parfois. Surtout chez les hommes … Ou chez ceux qui ne savent pas comment me dire qu’ils n’ont pas aimé…
Ton condescendant, moqueur, déçu de voir que vous n’écrivez pas de la grande littérature avec au moins un mot par page que personne n’utilise voire ne connaît …

Un ami éditeur me disait l’autre jour (et oui, j’ai des amis éditeurs !): « c’est pas mal ton truc à lire le soir avec une tisane ! » . Moi je préfère « à lire l’après-midi au bord de l’eau avec un p’tit cocktail de fruits frais vitaminés parce que ça donne la pêche  » ! Mais ça c’est personnel…

Le même ami éditeur: « t’es sur une niche, tout le monde ne t’éditera pas et ne te lira pas ! ».
Ben ouais, je suis sur une niche ! Mais une grosse niche si on considère le nombre de femmes en France (et d’ hommes qui ont de l’humour) et les chiffres des ventes de la littérature de poulettes (c’est pas beau, hein !) en Angleterre, aux États-Unis ou même en France car paradoxalement les auteurs britanniques s’exportent super bien chez nous.

Chick lit ou chicken literature : définition

Est-ce que j’écris vraiment de la chick lit ? Je n’en sais trop rien… Si on se réfère à la définition de notre ami wikipedia, voici ce que ça donne :

La chick lit se caractérise sur le plan thématique : elle raconte l’histoire d’une jeune citadine, âgée d’une vingtaine d’années, souvent blanche, célibataire, branchée, et généralement issue de la classe moyenne. Elle est habituellement aux prises avec un travail harassant ou inintéressant dans le monde des médias (magazine de mode, maison d’édition, émission télévisée etc.). À la recherche de l’homme de sa vie et souvent en désaccord avec sa famille (le plus souvent avec sa mère) ou minée par un besoin compulsif (celui d’acheter des vêtements par exemple) visant à calmer ses anxiétés, l’héroïne est obsédée par l’apparence et a une passion pour le shopping. Les aventures sont toujours saupoudrée d’humour et de dérision, spécificités essentielles de la chick lit.

Le ton est très spécifique : désinvolte, désabusé, bourré d’humour (noir).

Bien que des éléments romantiques soient souvent présents dans la littérature féminine, ils ne sont généralement pas considérés comme faisant partie intégrante du genre, car les relations de l’héroïne avec sa famille, ses amis sont peut-être aussi importantes que ses relations avec l’Homme.

Hé hé ! Ma léa à moi n’est pas célibataire, ne cherche pas l’homme de sa vie et n’a pas de besoins compulsifs … Enfin, pas tant que ça !
Par contre, pour le ton, ça me fait vraiment très plaisir de savoir que mon petit livre est bourré d’humour (noir) !
Et de ce côté, je serais très heureuse d’appartenir à la famille des écrivains qui caquettent, gloussent voire crétèlent (et oui moi aussi je connais des mots !)

Bon, on ne peut pas plaire à tout le monde et après tout, vous croyez que Musso ou Levy sont vexés quand on leur dit qu’ils revisitent le genre Harlequin ?
Moi je dis qu’Helen Fielding (Bridget Jones) doit bien se marrer en lisant ça !

La chick-lit en France (toujours selon notre ami Wikipedia)

Harlequin a réagi dès 2003 en lançant la collection Red Dress Ink. Les éditions Jean-Claude Lattès, sans avoir créé de collection spécifique, suivent également le phénomène en publiant les romans d’Isabel Wolf. Les éditeurs soutiennent ce genre vu son potentiel économique.

Aujourd’hui, les romans de chick-lit sont facilement reconnaissables, quelle que soit la collection, à leur couverture girly rose et flashy.

Le format de ces livres est à mi-chemin entre le livre de poche et le Beau Livre : pratique à emporter et financièrement abordable, le livre reste malgré tout un objet de plaisir.

Alix Girod de l’Ain, journaliste au magazine Elle, signe De l’autre côté du lit en 2004 (adapté au cinéma en 2008 sous le même titre). Sainte-Futile sort en 2006. Les thèmes abordés sont récurrents : amour, mariage, sexe, etc. Ces romans sont parfois perçus comme, au choix, superficiels ou hilarants.

Les auteurs français ne semblent pas s’adapter à l’écriture anglo-saxonne. Si certaines parviennent à faire rire, beaucoup sont juste moins mordantes.

Mouais, mouais…

Lire plus

On gagne tous à être connus…

écrivains à découvrirJe ne sais pas pour vous, mais moi, lorsque j’ai envie de faire quelque chose, j’aime bien échanger avec ceux qui partagent la même passion, connaître leur histoire, leur parcours et leurs erreurs pour essayer de ne pas sauter dedans à pieds joints…

Mais c’est malin une erreur, très malin, tout le monde le sait ! Pour l’éviter, vous êtes souvent obligé d’en commettre une autre et on n’en finit pas…
Enfin… Il paraît que l’expérience, c’est ce qui nous permet de reconnaître une erreur quand nous la recommençons donc no panic, on s’en sortira !

Bref, je m’égare… J’ai donc envie d’ouvrir ma petite porte à de jeunes auteurs qui ont réussi à franchir les innombrables obstacles pour accéder au Mont Publication !

Pourquoi je n’interviewe pas des écrivains célèbres comme Marc Lévy, Amélie Nothomb ou Frédéric Beigbeder ? Ben, p’t’être que je préfère me dire que ces petits auteurs deviendront grands !
Bon d’accord,  c’est aussi parce que je ne les connais pas, ces auteurs à succès !
Marc, si vous me lisez, vous êtes aussi le bienvenu…

Lire plus

Interview d’une jeune auteure : Sidérade ou le parcours du combattant pour publier un roman

Léa Jane: Bonjour Florence… Ou dois-je vous appeler Sidérade ? D’ailleurs, d’où vient votre pseudo ?

Bonjour Léa ! Sidérade est un nom d’auteur, c’est d’ailleurs une anagramme deDésirade, dénominateur commun de mes trois héroïnes : Désiradebleue (tome 1), Désiradeblanche (tome 2) et Désiraderouge (tome 3), mais n’y voyez pas de signe politique particulier, c’est juste un hasard ! Le lecteur comprendra…
Pour connaître la génèse du premier pseudonyme « Désiradebleue », la réponse se trouve dans les toutes premières lignes du tome 1.


Léa Jane : Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire ? Qu’est-ce qui vous motive ? Quand avez-vous su que vous deviendriez écrivain ?

Ecrivain, je souhaite l’être un jour ! Tout dépend de la définition de chacun. En ce qui me concerne, un écrivain est celui qui parvient à vivre de ses écrits. Mais si un écrivain est une personne qui écrit comme elle respire, alors on peut dire que je le suis devenue ! Rire…
J’ai coutume de répondre à cette question sur la motivation en regrettant de ne pas savoir dessiner ni peindre ni sculpter… Adolescente, j’avais la musique et les mots, il ne m’est plus restée que les mots.


Léa Jane : Avez-vous une méthode particulière pour écrire… Vous savez ces petits trucs d’écrivain : ne rien écrire pendant un an et s’enfermer pendant un autre comme Beigbeder ou plus scolaire, tous les jours de 8 heures à 12h et de 14h à 18h, sur un cahier à spirale ou un mac ultra portable ?

Ah le cahier à spirales ! Si j’étais plus courageuse, j’adorerais commencer par là, en effet, on ressent les hésitations, les recherches à la vue des ratures et autres corrections. Le cahier me permettrait ce bonheur de pouvoir écrire partout, dans un pré, au bord d’un ruisseau, en haut d’une montagne, mais non.. Je suis davantage conventionnelle, je m’assieds devant mon PC en prenant tout de même soin d’ouvrir ma fenêtre sur le jardin.
Au début, je saisissais sur le clavier en prononçant les phrases à voix haute ce qui me permettait de repérer les éventuelles répétitions et surtout de percevoir la musicalité des mots. Cette méthode en live m’évitait de devoir le faire à la relecture. Aujourd’hui je n’en ai plus besoin.

Lorsque les vannes s’ouvrent, il m’arrive de me lever à cinq heures du matin et d’écrire six à sept heures d’affilée en perdant toute notion de la réalité, jusqu’à souffrir de crampes dans les avants-bras ! Et d’autres jours où je n’écris pas une ligne, ça ne m’inquiète pas. J’ai l’impression que ce n’est même pas moi qui décide ! Rires…

Léa  Jane : Pouvez-vous nous raconter en quelques mots votre parcours du combattant pour trouver un éditeur ? Vous êtes aujourd’hui publiée par les Editions du Manuscrit, quelle est leur particularité ?

Au tout début, j’écrivais pour moi. Pour laisser une trace des aventures rocambolesques que je vivais au quotidien. Au moins pour ma fille, pour qu’un jour elle sache. C’est la raison pour laquelle j’avais choisi d’utiliser un pseudonyme : pour être plus libre dans mes écrits.

Un jour, sur un chat de rencontres, j’ai dialogué avec un écrivain (un vrai…) dont je tairais le nom (…) et qui m’a demandée de lui envoyer un extrait par mail, juste pour me permettre d’obtenir un avis désintéressé et franc de la part d’un professionnel. Le lendemain, il me proposait de m’éditer pour le Noël suivant et me demandait de respecter le format A4, 100 pages maximum, etc… Il a eu l’ouvrage un mois plus tard. Mais il n’a jamais monté sa maison d’édition !!

Cependant le ver était dans le fruit : je venais d’envisager l’éventualité d’être publiée. La course aux grandes maisons d’éditions conventionnelles aura duré cinq ans. En vain, bien entendu. Et puis, un beau matin, de guerre lasse, une publicité dans le journal Métro présentait les Editions du Manuscrit, j’ai tenté, j’ai été retenue !
Je n’étais pas préparée à ce style d’éditions « à la demande ». J’ai dû également apprendre à vendre moi-même et seule. Mais si j’avais su que ce roman était le début d’une telle remise en question et de tant de renoncements et d’apprentissages sur moi-même, ……et bien, j’y serais allée quand même !!

Léa Jane : Aujourd’hui, vous écrivez, vous vous chargez de votre auto promo. Vous êtes également coach émotionnel et écrivain public. Vous êtes wonderwoman ou quoi ? C’est quoi votre wonder-journée type ?

Wonderwoman… j’aimerais bien !! C’est gentil Léa, mais non, je ne pense pas. En revanche, comme vous avez pu le voir dans la question précédente, tout ceci m’a permis d’apprendre seule les rouages et les codes de la vente directe. Alors pourquoi pas le mettre au service d’autrui ??
Le chemin était tout tracé mais je ne l’ai compris qu’en me retournant.

J’ai suivi en parallèle des formations de développement personnel et toujours mue par le même sentiment de partage, j’ai décidé d’en faire profiter les autres : je me suis installée en tant que coach émotionnel. Puis, la réussite venant à ma rencontre, j’ai utilisé les histoires de mes clients avec leur accord bien entendu, pour écrire le tome 3. Vous pourrez très vite constater au fil des trois opus à quel point les héroïnes et leur auteur ont mûri ! Enfin, j’espère….

Aujourd’hui, la suite logique de mon parcours est l’écriture de biographies pour le particulier, le personnage public, l’artiste, etc…
En ce qui concerne la journée type : il n’y en a pas, comme vous pouvez le deviner aisément ! Mais cette fois-ci, c’est moi qui ai voulu les choses ainsi !

Léa jane : Aujourd’hui, est sorti le second tome de votre trilogie “@Désideradeblanche”. C’est quoi le thème ?

Le thème est celui d’une femme de quarante ans qui a beaucoup appris sur elle-même à travers ses rencontres sur internet, qui a repris pied dans la vie, qui a acquis une certaine forme d’autonomie et surtout qui n’a plus peur de rien.
Vous savez, Léa, c’est la peur qui paralyse les gens. Je le vois en coaching. Si vous parvenez à éradiquer cette émotion-là, l’Univers entier s’ouvre devant vous par magie !
Et dans le tome 2, la vie va placer brusquement l’héroïne devant un choix fondamental : retourner vers le vide par lâcheté ou tout risquer sur un coup de dés pour pouvoir réussir.
A votre avis, que va-t-elle décider ?


Léa Jane : Vos projets pour le futur ? Un 3ème tome. Et après, avez-vous déjà d’autres idées de thème de roman ? Pensez-vous qu’un écrivain soit prisonnier d’un style ou est-il possible d’effectuer un virage à 360 ° ?

Le troisième tome est achevé. Mon entourage est en train de le relire, leurs réactions sont surprenantes : vous verrez, l’héroïne a gravi les échelons de la prise de conscience, les clefs de la réussite suprême sont dans sa main. J’en profite pour prendre position moi aussi et livrer au lecteur ma propre vision du monde, mes valeurs, mes fondamentaux. Je crois que c’est ce qui fait la différence avec les deux autres tomes !

Sortir d’un style ? Oui, je comprends ce que vous voulez dire. Je savais que ce tome 3 serait le dernier de « l’Aventurière du net » puisque j’avais décidé d’une trilogie dès le début. Je l’ai donc particulièrement ciselé, finement décoré. J’ai mis trois semaines à le quitter vraiment, trois semaines de vide total, d’errance sans but dans la journée… Et puis un matin, la page était tournée, si je puis dire. C’est aussi une étape de ma vie qui s’achève. Il était temps !

Aujourd’hui, je bouillonne, tout m’est permis, je vais jouer avec les émotions de mes clients, emprunter le chemin de la science fiction toujours munie d’un fil rouge policier… Le ton sera donné par le tome 3. Le plus dur sera de trouver un nom inédit pour mon héroïne ?! A moins que ce ne soit un héros ?

Léa Jane : C’est tabou ou on peut parler “petits sous”, combien vous rapportent vos écrits aujourd’hui ? Pensez-vous qu’il soit possible en France de vivre de l’écriture (à part Beigbeder, Nothomd, Levy & co) ?

Alors là, Léa, je vais être tout à fait honnête et faire grincer quelques dents, mais vous aurez compris que je n’ai pas de langue de bois : à ce jour, je n’ai touché aucun euro !!
Je ne sais pas où sont les droits d’auteur…. J’ai beau réclamer, je ne sais pas où ils sont passés, on ne peut même pas me donner un chiffre exact d’exemplaires vendus !
Tout ceci explique pourquoi je reprendrai les rennes en mains dès 2010 en montant ma propre maison d’édition.

En revanche, la rédaction des biographies est tout à fait rentable, à condition de tenir le rythme.
Vivre de son écriture en France sera pour moi alors possible, mais par ce biais-là.

 

Léa Jane : Pour finir, que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Si je dois formuler un vœu, un seul, ce serait d’avoir la chance d’écrire pour la télévision. Si j’étais scénariste, je ne ferais pas grève !! Est-ce que l’équipe de Marc Cherry recrute en ce moment ?? Rires.

Et puis finalement, je vais formuler un second vœu : voir avant ma mort une adaptation de « l’Aventurière du net » au cinéma. Mais peut-être est-ce trop prétentieux…

Léa Jane : Prétentieux ? Non, pas du tout ! Tous les auteurs en rêvent mais peu osent le dire…
Merci Sidérade !
Pour en savoir plus :
www.siderade.net

Lire plus

C’est la rentrée ! La mienne sera littéraire…

C'est la rentréeEt oui, c’est la fin des vacances ! Terminées ces semaines où chaque jour est un éternel dimanche (ou un samedi, je préfère. Le dimanche c’est trop près du lundi !), terminées les soirées jusqu’à pas d’heure à refaire le monde avec ses amis, terminées les grasses mat et le petit dej au lit (en vrai, je déteste, ça met pleins de miettes dans le lit !), terminées les journées à se dorer la pilule au soleil en rêvassant à ce qu’on fera dans une autre vie …

Et oui, demain c’est la rentrée ! Et le coeur un peu gros, faut remettre le collier, le tailleur, les petits souliers fermés, rouvrir ses petits dossiers !

Et bien NON ! moi je dis vivement demain ! Parce que demain c’est la rentrée de loupichat qui retourne à l’école, la rentrée du papa de loupichat qui retourne au bureau (le coeur gros et tout et tout…), la rentrée de mes collègues de bureau (qui me raconteront, c’est promis ! Enfin, pas trop quand même …)

Et moi Léa jane, je vais rester seule à la maison à savourer chaque instant passé en tête à tête avec mes petits personnages, à suer sang et eau pour faire vivre ces petites gens imaginaires et essayer de vous faire rire ou au moins sourire. Des heures entières avec de vraies et longues minutes passées à ne rien faire d’autre qu’écrire et encore écrire … Et dieu que c’est bon !

Petit bilan personnel de l’été:

Pages écrites: 200
Pages écrites et bonnes à garder: 120
Pages écrites et bonnes à jeter: 80 (oui, y a toujours un peu de déchets)
Contact avec des éditeurs: 1 (un, en toutes lettres. C’est déjà pas mal, me direz-vous !)
Bulles de plaisir: 16200 (45 jours d’écriture X 6 heures/jour X 60 minutes/heure)

Bon oui, c’est sûr, je me suis levée à l’aube tous les jours (samedi et dimanche inclus) pour profiter des moments de calme dans la maison pour écrire sereinement (parce qu’avec Loupichat qui arrive en hurlant: mamaaaan qu’est-ce qu’on fait ? C’est pas toujours simple de se concentrer!). Donc oui…Les fêtes et les grasses mat, c’était du flan !
Et conclusion: ne prenez pas de vacances, la rentrée sera moins rude !

Je vous souhaite néanmoins bon courage à tous !

Lire plus

Le roman de l’été avance ! Léa Jane est en vacances…

First class travel 5Et oui, c’est l’heure des vacances !!! On change de rythme, on essaie d’oublier le stress du quotidien… Pas toujours simple mais comme on bosse toute l’année pour ça, on essaie de ne pas trop se rater !

Qu’aimez-vous faire pendant vos vacances ? Plage, nage, musées, lire un bon bouquin au bord de la piscine en sirotant un mojito ou simplement prendre le temps de regarder rire vos enfants et songer que le temps passe vraiment trop vite et qu’il est temps d’en profiter ?

Et bien moi, ce qui m’emplit de joie, c’est de voir à quelle allure mon roman avance ! Du pur plaisir ! L’inspiration jaillit d’un trait puis je relis, rature, corrige, complète inlassablement certains passages que je trouve moins drôle (pas si simple de tenir un rythme). Puis je recommence tout depuis le début… Je ne sais pas si à un moment on peut lâcher un manuscrit et se dire qu’il est abouti mais à  ce rythme là, j’aurai terminé le tome 2 à la rentrée… L’été et le soleil m’inspire… Je suis un écrivain-en-herbe-estival !
Bon c’est vrai, je délaisse un peu le blog !  mais pour ma défense, je n’ai pas Internenette. Je vis recluse dans un lieu tenu secret, enfin en Bretagne, une vie presque monacale (excepté le mojito et 2 ou 3 autres petits détails), car je me suis jurée que l’accouchement de mon bébé aurait lieu avant la rentrée !

Je vous souhaite à tous d’excellentes vacances ! En espérant que le petit livre que vous lirez l’été prochain… sera le mien !

Léa Jane

Lire plus

Panique chez meetic, la pauvre Léa Jane se glisse chez les VIP

Bon, je suis belle, intelligente, bien élevée, j’ai des sous (Bien sûr que la richesse intérieure, ça compte !) … Je suis parée pour rentrer dans le cercle très fermé de Meetic VIP ! Sans rire, l’autre jour, j’étais chez le coiffeur à écouter ces petits « pia-pia-pia » reposants pour l’âme et les neurones :

Rose In Love ShapeDame aux cheveux mauves sous le casque :  » Y paraît qu’on a retrouvé Paris Hilton à califourchon sur un autre garçon » (ben oui avec le beau Doug, c’est fini ! Y a de quoi remarquez !)

Dame aux cheveux mouillés au bac : « C’est comme Cameron Diaz ! terminé aussi avec Paul ! Ah de mon temps, on savait garder un homme ! »

Ah oui, et bien moi du mien, on utilisait des méthodes simples pour en trouver un !

Quand le sujet « Meetic VIP » a fait son entrée, j’avoue que j’ai senti mes cheveux se hérisser ! Et oui, le célèbre site de rencontre a décidé de lancer son club pour riches en mal d’amour ou + si affinités…

Curieuse comme je suis, j’ai testé pour vous !

Pour y entrer, vous devez vous soumettre à un questionnaire assez poussé : un auto-portrait, vos atouts de séduction, votre leitmotiv (ma coiffeuse a coincé sur ce point), votre soirée idéale (champagne et paillette ! hé hé, je vais pas me faire avoir comme une bleue en leur disant que je préfère une « moule-frite » avec une bonne bière !), votre silhouette (je pense qu’il vaut mieux éviter la case « quelques kilos en trop »).

De toute façon la photo est obligatoire (ben oui, les riches n’aiment pas les moches c’est connu), soigner sa présentation_pas de langage SMS ou fautes d’orthographe (ça va faire du boulot pour les nègres littéraires)_, faire état d’un brillant parcours scolaire (bac+12 mention golden boy, parfait !). Pour ce qui est des sous, honnêtement, on ne m’a pas demandé d’état bancaire ! juste ma situation professionnelle: future écrivain, ça pète !

Une fois ce profil renseigné, vous êtes jugés par vos pairs (ma coiffeuse m’avait dit par son père mais ça m’étonnait aussi !) qui vont accepter, ou pas, votre candidature…

Ah oui, j’oubliais, bien lire l’article 4 des conditions générales de vente « prix et modalités de paiement  » : un pass initial de 3 mois pour la modique somme de 237€ et après…79€/mois. De quoi se payer quelques « moules-frites » !

Alors vais-je trouver un prince charmant , beau, intelligent et pété de tune à ce prix là ? La pauvre Léa Jane va-t-elle entrer dans les hautes sphères ? C’est ce que nous découvrirons dans quelques jours … J’espère qu’il y a des codes réduc pour Meetic VIP !

Bon allez, c’est pas le tout mais faut que je teste les autres sites de rencontres communautaires: entre vieux, cathos, noirs, juifs … Oui ça existe ! Oui ça fait peur ! La discrimination positive, vous connaissez ?

Lire plus

Message pour mes ami(e)s: toute ressemblance avec des faits réels est purement fortuite

Je commence à faire lire mon roman à quelques-uns de mes amis …
Et croyez-moi, c’est pas facile !

Parce qu’il s’ensuit une phase d’explications et de justifications sans fin…

coeur découpé dans du boisNon, Jules n’est pas mon jules et on ne va pas divorcer !
Non, tu n’es pas Clara même si c’est vrai que j’ai pris quelques traits de caractère de ton véritable (enfin, un de tes nombreux) ex !
Non, maman, tu n’as pas ruiné ma vie en me disant qu’une fac de philo, ça mène à rien !
Oui, tu peux venir chez nous de temps en temps prendre une bière dans le frigo !
Et, oui ! Désolée cher ancien patron , mais c’est bien toi !

Bref, tout ça pour dire que c’est juste un roman, une historiette, quelques anecdotes, le fruit de mon imagination débordante…
Il y a quelques faits réels, certes ! Mais où puiser cette inspiration si ce n’est chez des amis qu’on aime.
Restez naturels et je vous mettrai peut-être dans le tome 2, oups !

Lire plus

Entre burn-out et coming-out professionnel: allez, on se reprend !

10 jours que je n’ai pas écrit une ligne ! Je me filerais bien une paire de claques ! Y a des fois, j’vous jure, je me fatigue moi-même !

Pourquoi je n’ai pas écrit une ligne ? Parce que mes clients m’aiment trop ou est-ce l’inverse ? Je ne sais pas mais en tout cas, malgré mes bonnes résolutions, je n’arrive pas à décrocher de mon ancienne vie de business woman et à réussir ma transformation en supperrrr Léa Jane !

burn-outY a un client qu’est pas content ? j’accoure … Un autre qui ne paie pas ? j’enfile ma robe et vais au tribunal… Un autre qui n’aime pas le bleu ? Je mets du orange ! Un qui a juste envie qu’on l’écoute se plaindre ? Je branche mon I-pod et acquiesce poliment!
Bref, c’est le burn(e)-out total (hein madame Momo Lepic … Ou pour tous ceux qui suivent !). Et ça ne me fait plus rire du tout  !
Alors comment voulez-vous que je vous fasse rire ?

Ma cop Annie dit que je suis un vrai petit mec : je peux pas faire 2 choses à la fois (pardon Hommes lecteurs !).
Mais promis, je vais me reprendre, prendre Léa Jane par les cornes  et réussir mon coming-out professionnel !

D’ailleurs, ça y est, je viens d’écrire 10 lignes. 10 lignes en 10 jours… J’aurais dû m’appeler calamity Jane !

Lire plus

Le petit monde de loupichat : c’est beau un monde d’enfant

Loupichat… Comment vous dire…

Fait partie de mon monde à moi depuis quelques années déjà, 3 pour être exact (e)…

filousineC’est moi qui l’ai en quelque sorte créée… Enfin pas toute seule !

Loupichat, c’est mon trésor à moi ! Une source d’inspiration inépuisable… Enfin pour le futur tome 3 des aventures rocambolesques de Léa Jane_quand elle aura un enfant_si elle y arrive… Mais ça c’est une autre histoire  !

Loupichat, c’est ma fille ! Rassurez-vous, ce n’est ni son prénom ni un pseudo, juste un surnom ! Mon Loupichat a la langue bien pendue et s’exprime très bien pour son âge. Ce qui a le don d’attirer toutes les pinceuses de joues du village.

Du haut de ses 3 ans, elle me surprend souvent tant son petit monde paraît simple …

L’autre jour, elle s’interrogeait sur le principe de filiation:

-« C’est toi ma maman ! C’est qui ta maman à toi ? »

-« Ma maman, c’est mamie Danielle »

– » Et la maman de mamie Danielle, c’est qui ? »

-« C’est mamie Janette ! »

Elle me regarde dubitative ! Comment toutes ces femmes qu’elle connaît si bien pouvaient s’emboiter comme des poupées russes… je tente donc de lui expliquer la différence entre une maman, une grand-maman et une arrière grand-maman…

-« Et papa ? » Pfffff…Non papa n’est pas la grand-mère de mamie Danielle.

« Et bien, heu,  tu sais mon Loupichat, papa n’a plus de papy et mamie ».

Je panique, préparant mon petit laïus sur la vie et la mort, le ciel, les anges_le tout adapté à un petit cervelet de 3 années seulement_, quand je la vois détaler en courant … Et revenir tout sourire avec son petit cochon qui lui sert de tirelire.

 » oh mon pov petit papa, c’est pas grave, il faut qu’on aille lui en acheter d’autres des papy et des mamies. »

C’est beau la simplicité d’un monde d’enfant…

Lire plus

Pour réussir sa vie, un homme doit faire un enfant, écrire un livre et planter un arbre.

J’aime bien cette petite phrase qu’on attribue à Compay Segundo  ou à un vieux sage indien ( Il s’agirait, en fait, d’un dicton latino-américain qu’il a contribué à populariser …)

arbre« Avant de mourir, un homme doit faire un enfant, écrire un livre et planter un arbre.« 

Et là, je commence à avoir la trouille ! heu…rempoter une plante, ça compte ?

Lire plus

Ecrivain : un métier ?

Je me souviens assez précisément du moment où je me suis dit que j’aimerais devenir écrivain. C’était il y a fort fort fort longtemps. Les années collège…
Nous devions remplir des petites fiches d’orientation sur lesquelles j’inscrivais obstinément : écrivain, auteur, scénariste…
La réponse des professeurs et des conseillers d’orientation était invariable: « écrivain, ce n’est pas un métier ! Vous êtes bonne élève. Choisissez un VRAI métier et l’écriture comme passe-temps. »

Celle qui m’a donné l’amour des mots et surtout l’envie de raconter des histoires est une prof de français en 6ème ou 5ème, Mme Lefèbvre (merci !). Au lieu de nous faire plancher sur des sujets de dissertation sans lien les uns avec les autres et surtout très loin de nos sujets de préoccupation de jeunes prépuberts, elle avait eu une idée formidable. Nous faire écrire un roman. Tout au long de l’année, sans thème imposé, chapitre après chapitre, semaine après semaine, nous avons construit ce qui reste aujourd’hui mon plus joli souvenir d’école. Quelle fierté de rentrer à la fin de l’année et de présenter à mes parents mon premier roman. Bon, je ne sais pas trop s’ils l’ont lu !

Mais je rentrais aussi avec ces fameuses petites fiches d’orientation. « Léa Jane doit choisir une autre orientation. N’a aucune idée de ce qu’elle souhaite faire plus tard. Doit choisir un vrai métier: avocat, vétérinaire, professeur… »
C’est ce que j’ai fini par faire en gardant cette idée _pour plus tard_ dans un coin de ma petite caboche bretonne !

Et vous voici 25 ans après. L’idée est restée intacte. L’envie encore plus forte. La pression sociale et parentale moins importante.
Ce qui n’a pas changé, c’est le regard des gens lorsque vous annoncez que vous avez envie de devenir écrivain. Des yeux tout ronds, réprobateurs, moqueurs…
Je ne comprends toujours pas ce côté tabou du mot « écrivain ». C’est comme si vous annonciez que vous alliez décrocher la lune, comme si c’était un manque d’humilité, de la vantardise…
Me regarderiez-vous différemment si je vous disais que mon rêve était de réussir le concours de l’ENA, de commencer des études de médecine à 35 ans, de devenir un grand chef étoilé alors que j’ai du mal à me faire cuire des nouilles ?

Je suis toujours étonnée de voir ces écrivains édités qui vous disent lors d’interviews : « Je n’oserais jamais dire que je suis écrivain… ». Ah bon, tu fais quoi alors ? C’est quelque chose de très français, ce mythe qu’on a créé autour du monde des arts. En Angleterre ou en Espagne, on a aucune gêne à dire qu’on est auteur, acteur, sculpteur… En France, il faut quasi être mort pour devenir philosophe (enfin, à part Bernard Henry Levy…).

Enfin… Je remercie néanmoins l’ANPE. Et oui ! Vous savez que l’ANPE nous range dans des petites cases par code ROME.
Et le métier d’écrivain existe ! Code ROME 21112

21112 Auteur-écrivain

Définition de l’emploi/métier :

Ecrit un texte destiné à la publication, ou à la production de spectacles vivants ou audiovisuels, dans un ou plusieurs genres (roman, scénario, chanson…).
Travaille sur un projet de son choix ou répond à une commande, en s’appuyant sur les techniques d’écriture propres à la spécialité choisie.
Intègre dans sa création les contraintes éventuelles (forme, structure…) liées au support médiatique et aux souhaits du client diffuseur de l’oeuvre (éditeur, producteur, chanteur…).
Peut, à partir d’un texte déjà écrit ou de documents plus ou moins élaborés (scientifiques, techniques, pratiques, biographiques ou littéraires) adapter, rédiger, ou réécrire un ouvrage. Peut aussi, dans certains cas, créer directement (nouvelles, contes…) sur des supports informatiques accessibles au public.

Conditions générales d’exercice de l’emploi/métier :

L’emploi/métier s’exerce en général à domicile, dans un bureau, ou tout autre lieu convenant le mieux à l’inspiration de l’auteur.
La promotion de l’ouvrage peut occasionner des contacts avec divers médias (télévision, radio, presse). La plupart des auteurs sont indépendants. Ils sont rétribués par des droits d’auteur perçus en fonction de l’exploitation de leur oeuvre. Dans certains cas prévus par la loi, les droits sont évalués forfaitairement.

Formation et expérience :

Il n’existe pas de conditions strictement définies pour accéder à l’emploi/métier et être reconnu comme auteur-écrivain. La première publication d’un texte et la reconnaissance par les pairs renforcent l’identification et l’appartenance à ce milieu.
Si les auteurs sont souvent de formation initiale littéraire, ces métiers restent toutefois accessibles à des professionnels de secteurs totalement différents.

Bon, je ne suis pas certaine que les auteurs inscrits croulent sous les offres d’emploi, ni même que ce système soit adapté à ce métier qui n’en est pas un ! Mais je suis juste soulagée. Je ne passe pas toutes ces heures derrière mon ordinateur à écrire pour rien… Quand je serai grande, mon métier ce sera écrivain…

Lire plus

Le grand philosophe Eric Cantona a dit: « Si tu choisis un rêve, fais en sorte qu’il soit grand »

cantona L’autre jour, mon Jules était avachi sur le canapé, zapette en main. Quant un cri strident retentit: « Louuuu-Louuuuuu, viens vite, Eric Cantona dit un truc pour toi ! » « Si tu choisis un rêve,  fais en sorte qu’il soit grand ».

Bon, le temps que j’arrive, moi j’ai juste entendu la vérité suivante: « quand les mouettes suivent le chalutier, c’est parce qu’elles pensent qu’on va leur jeter des sardines. »

Ben oui, c’est fait pour moi ça, enfin le truc sur les rêves pas sur les sardines… mais heu…, je ne sais pas trop comment je dois le prendre en fait ?

Je demande à Jules de préciser sa pensée… « Ben, on peut pas dire que t’aies choisi un objectif facile à atteindre… C’est pas le rêve de madame tout-le-monde quand même…C’est assez gonflé ! ».

Assez, trop ? Je me liquéfie. « OUUUUIIIIINNNNN, moi je croyais que t’avais confiance en moi, que t’y croyais à mon rêve ! Tu dis toujours quand-tu-toucheras-ton-premier-cachet on s’achètera notre petite maison en Toscane, j’arrêterai de bosser, tu vois la petite Porsche là ? c’est quand ton roman sera adapté au cinéma. »

Et puis j’ai compris. Mon Jules n’a pas de rêve. Enfin, à part gagner au loto sans jouer, avoir une augmentation en travaillant moins, et se la couler douce quand je serai riche et célèbre.
En fait, si je regarde autour de moi, je me dis que peu de gens ont de vrais rêves ! Et qu’on a fait de ma génération une drôle de génération pas très drôle.

A 35 ans, on parle plan d’épargne, prêt immobilier sur 40 ans, prévoyance pour payer les futures études des enfants même pas nés, peur de changer de job parce qu’on ne sait pas ce qu’on va trouver,  retraite complémentaire parce que faut-pas-rêver-on-aura-rien !

Cela dit, je les comprends. J’ai décalé mon horaire de petit déjeuner pour ne plus subir les infos du matin sur RTL que Jules écoute religieusement pour se mettre en condition avant d’aller bosser: Encore 250 licenciements,  la bourse de Paris a encore perdu 3 points, Il faut être réaliste, on n’a encore rien vu, le pire reste encore à venir , l’avenir est bouché, on a les mêmes conditions qu’en 1929 voire pires, des solutions anti-crise pour consommer malin: des magasins proposent des produits avariés à prix discount…

Alors j’ai compris mon indécence, ma grossièreté, mon impertinence, mon impolitesse, mon impudence, mon inconvenance, mon incorrection, mon obscénité…

Mais j’assume et je préfère essayer de construire mon petit château en Espagne même s’il doit s’écrouler plutôt que le dos courbé et le chignon décrépi, raconter à mes arrières petits enfants: « Tu saaaais ta mééémé, elle aurait pu devenir écrivain si elle avait eu un peu de courrraaage. ».

Et puis je m’en fous. Eric Cantona me comprend, lui ! Remarque, c’est peut-être  plus facile à dire et plus crédible quand tu as réussi …

Et au fait, c’est quoi votre rêve à vous ?

Lire plus

Maisons d’édition à compte d’auteurs, s’abstenir !

ça fait à peine quelques jours que mon blog est en ligne que déjà, je croule sous les propositions des maisons d’édition…

Oui MAIS ! On me demande de payer pour me faire éditer ! Ce sont les maisons d’édition à compte d’auteurs (à la différence des maisons à compte d’éditeurs qui ont trouvé que votre manuscrit valait la peine qu’ils misent sur vous et y investissent leurs sous).

Payer pour se faire éditer ? Et qu’en font-ils après, votre livre est-il distribué ? S’occupent-ils réellement des relations presse, du marketing (et oui, on en revient toujours là !) ? Si c’est juste pour l’imprimer en quelques centaines d’exemplaires pour l’offrir à maman ou à mes amis, je connais de très bons imprimeurs !

Alors maisons d’édition à compte d’auteurs, merci de vous abstenir ! J’ai déjà fait le choix de prendre une année pour me consacrer à l’écriture et donc de vivre sans le sou, ce n’est pas pour financer en sus, ce luxe que je m’octroie !
j’aimerais être éditée mais ne suis pas désespérée… Enfin, pas encore !
Les auteurs ont peu de droits. Merci de respecter celui-ci…

Lire plus

J’ai gagné les 126 millions d’euros à l’euromillions

euromillion3h33, c’est ce qu’indique mon radio réveil. Je me réveille en sursaut. J’ai gagné les 126 millions d’euros à l’euromillions. Je suis en nage, je sens mon cœur cogner contre ma poitrine, je ne vais jamais pouvoir me rendormir.

Mon ticket est-il en sécurité ? Où vais-je cacher mon précieux pour le protéger ? Avec mon chéri, nous allons monter la garde, faire des rondes … Et si la maison prenait feu ? Et si je passais à la machine ma chemise avec le ticket que je garde contre mon coeur ? Et si nous avions un accident en nous rendant à Paris au siège de la Française des jeux pour échanger ce ticket contre cet argent trébuchant ? Et si mon chéri partait avec ses valises et mon ticket en m’annonçant tranquillement que moi, je reste là ?

Vais-je le dire à ma famille, mes amis ? Comment reconnaîtrais-je alors mes vrais amis ? Ceux qui m’aiment pour ce que je suis et non pour ce que je vaux ? Que vais-je faire de tout cet argent ? Je ne peux pas dire « au revoir patron » parce que le patron, c’est moi.
Je vais m’acheter une jolie maison en Toscane disons pour 2 millions d’euros… Il m’en restera 124 des millions, de quoi voir venir !
Et je vais écrire, écrire, écrire… et arrêter de me poser des questions du genre « Est-ce bien raisonnable de faire une pause en pleine crise économique pour espérer devenir écrivain ? », « Peut-on vivre de l’écriture ? », « Que vais-je faire si ça ne marche pas ? »
Avec les 124 millions qui me reste, je pourrais créer ma propre maison d’édition. Comme ça, je suis sûre d’être publiée et diffusée, oui, ça c’est une bonne idée !

3h35. Je reprends mes esprits. Y a un truc qui cloche… Et si je m’étais trompée ? Hier soir j’ai entendu dire que le gagnant était espagnol. Pffff, sans doute pour protéger l’anonymat du véritable gagnant , moi !

3h36 je me rends compte. Ce n’était qu’un rêve ! Ben oui, le vrai truc qui cloche, c’est que je n’ai pas joué au loto ! Je viens de vivre les 3 minutes les plus merveilleuses de ma vie. Je les prolonge encore un instant car j’ai du mal à dire adieu à ma petite maison en Toscane nichée au creux des vignes.

3h37 Je me rendors tranquillement. Ouf, je n’ai plus à veiller sur mon précieux ticket ! Reste plus qu’à espérer que je serai quand même publiée mais par sécurité, demain, je joue au loto !

Lire plus